Archives du mot-clé trier

Firmin découvre nos « trésors »… et quelques infos sur Reggio !

Il y a de cela plusieurs mois,  je vous avais parlé de nos « pots à trésors » (dont on avait d’ailleurs peint les couvercles avec Noé) . Ils sont repérés depuis un petit moment par notre Firmin qui n’avait jusqu’à présent pas trop le droit d’y toucher … Cette fois-ci, il est allé chercher un pot et je l’ai laissé faire. Je lui ai aussi donné du coup un petit plateau. Il a commencé à sortir ce qu’il y avait dans les pots.P1000352

Il a essayé avec sa petite main dans le pot mais, « coincé ! » comme dirait Firmin !P1000362

C’est plus simple de renverser le pot ! C’est beau toutes ces petites perles !P1000366

Les boules de cotillon … Firmin utilise le pot vide des petites perles et commence à y mettre une par une les boules blanches !P1000368

Une autre fois, Noé était là ! Très intéressé, il a voulu participer ! Pendant que son frère touchait les plumes, il a renversé des petites babioles/paillettes sur un miroir.P1000725 P1000726 P1000728

C’est doux les plumes ! Mais pas faciles à remettre dans le pot !P1000729 P1000730

Là, Noé a utilisé des petits objets nacrés et les a posés sur son miroir. Puis il a commencé à les trier …

P1000733 P1000735

Vider … remplir… pour Firmin !

P1000736P1000742

Le plaisir de voir et de toucher !

P1000745

Et de la motricité fine pour essayer d’attraper cette petite paillette tombée sur la table ! P1000748

Le plaisir de faire rouler les boules sous ses doigts !

P1000739

Les boutons … trop rigolo à toucher ça aussi ! Et puis ça fait du bruit !P1000753

Hop, on remet dans le pot !

P1000755

Et puis il a versé aussi le pot de cotillons dans les boutons ! (Bon, après, je suis intervenue car il était parti pour me mélange tous les pots et là, c’était pas possible !) (Vous pouvez voir mon Noé qui au bout d’un moment s’est plongé dans un livre !)

P1000764

Et il a commencé de lui même un super exercice de tri ! Les boules d’un côté, les boutons de l’autre ! Bon, au bout d’un moment, c’était trop long alors il les prenait par poignées et là, forcément, c’était mélangé !

P1000765

Et puis situation de problème !!! Il voulait refermer ses pots, mais il faut trouver le bon couvercle !!! Et Firmin trouvait étrange ce couvercle qui tombait dans le pot !

P1000766

Il a essayé un bon moment de le mettre !P1000768

Mais c’est quand même mieux avec le bon couvercle !!!P1000770

En résumé : porter, ouvrir, fermer, visser (un peu), verser, toucher, regarder, écouter, trier, remplir, vider, attraper … et tout ça sans consigne, juste en découvrant librement !

Et mon titre d’article alors ? Pourquoi quelques infos sur Reggio ? Parce qu’ici, plus que de la pédagogie Montessori, on est plutôt dans du Reggio . Reggio Emilia . C’est qui celle-là ? Non, pas une copine de Maria Montessori comme on pourrait le croire, c’est une ville italienne ! Comment raconter ça en quelques mots … Au départ, nous sommes dans la période d’après guerre. Un petit groupe de personnes dans la ville de Reggio se disent que si on ne veut plus que les gens suivent aveuglément des idéologies comme le fascisme qui se nourrit de l’ignorance, il faut les éduquer petits à la démocratie, à la liberté et à la culture ! Ils créent donc une école, en vendant chars d’assaut et camions allemands abandonnés dans la ville, pour les enfants d’âge pré-scolaire (0-6 ans). Le principe, c’est que enseignants, parents, enfants, cuisiners, municipalité, simples citoyens, tous ont un rôle à jouer dans ce projet . L’enfant est un citoyen à part entière, acteur lui aussi ! Peu à peu, tout un réseau de crèches et d’écoles maternelles se créent dans la ville, toutes en lien les unes avec les autres. La personne qui est le pivot de ce projet et de cette pédagogie, c’est Loris Malaguzzi.

Bon, je ne vous décris pas tout le fonctionnement en détails, juste quelques points essentiels de leur philosophie : Le but : transformer l’utopique en possible. Il faut créer des liens entre les différents domaines, favoriser ce qui est complexe donc riche de combinaisons, d’échanges. On parle des « cent langages de l’enfant » : à l’école traditionnelle, on favorise surtout le langage écrit, mais ils sont multiples : dessiner, peindre, jouer de la musique, faire du théâtre, utiliser la lumière, l’architecture, la poésie … Et l’idéal c’est d’utiliser ces différents langages pour « qu’ils dansent ensemble ! », l’un se nourrissant de l’autre ! La créativité, l’invention, les expériences en tous genres sont donc fortement encouragées ! D’ailleurs, « l’atelier » est au centre de leurs écoles, avec un artiste qui les aider à mettre en oeuvre leurs projets en utilisant justement différents langages.

Bon, il y aurait encore mille choses à dire, mais j’en reste là pour cette fois ! D’autant plus qu’on ne parle pas de « pédagogie Reggio » car les enseignants sont constamment en recherche (comme les enfants !) et cette pédagogie évolue donc sans arrêt !

Pourquoi j’ai parlé de Reggio pour notre petite activité ? Parce qu’ils utilisent beaucoup d’objets de récupération ou naturels (ils sont appelés « loose parts » en anglais) et les enfants les utilisent librement dans leurs projets. On parle aussi de « provocations » : on dispose sur des tables différents objets, matériels … qui vont intéresser l’enfant et l’inciter à agir comme il le souhaite avec ces matériaux. Je ne vous ai pas parlé non plus de la « documentation », essentielle à Reggio, où l’adulte observe l’enfant, prend en photos, prend des notes (ils sont toujours deux par classe ! Cool ça !) car la démarche de l’enfant est plus importante que le résultat  ! Sont affichées ensuite les productions des enfants, des photos de l’enfant en train d’agir, des explications … qui servent de repères à l’enfant, aux parents et aux enseignants.

Il n’y a donc pas de matériel Reggio à proprement parlé, mais le matériel artistique est très important et doit être d’excellente qualité (peinture, crayons …) Ils utilisent aussi beaucoup les miroirs, les jeux de lumière, la table lumineuse …

Bref, cette vision des choses me parle beaucoup et me plaît énormément !!!

Allez, pour le plaisir, le poème des cent langages de l’enfant :

LES CENT LANGAGES DE L’ENFANT

l’enfant
est constituée d’une centaine.
L’enfant dispose d’
une centaine de langues
de cent mains
d’une centaine de pensées
d’une centaine de façons de penser
de jouer et de parler
toujours à cent pour cent
façons d’écouter
de s’émerveiller à l’amour
cent joies
pour le chant et la compréhension
une centaine de mondes
à découvrir
une centaine de mondes
à inventer
une centaine de mondes
à rêver.
L’enfant a
une centaine de langues
(Et une centaine de centaines de centaines d’autres)
mais ils lui volent quatre vingt dix neuf.
L’école et la culture,à
séparer la tête du corps.
Ils lui disent:
de penser sans les mains,de
faire sans tête
d’écouter et de ne pas parler
à comprendre sans joie
à aimer et à admirer
seulement à Pâques et à Noël.
Ils lui disent:
pour découvrir le monde déjà là
et pour cent
ils volent quatre vingt dix neuf.
Ils lui disent:
que le travail et le jeu
la réalité et l’imaginaire
la science et l’imagination
le ciel et la terre
la raison et le rêve
sont des choses
qui ne vont pas ensemble.
Et c’est ainsi qu’ils disent
que la centaine n’est pas là.
L’enfant dit:
Rien à faire; Le cent est là.

Loris Malaguzzi

(Age au moment de l’activité : Firmin, 21 mois et Noé, 4 ans et 9 mois )

Activités à la maison
Pour découvrir d’autres articles sur la pédagogie Reggio, cliquez ici

 

EnregistrerEnregistrer

Période sensible du rangement : placer des objets dans des cases

Au mois de juin dernier, j’avais proposé à Firmin (18 mois donc à l’époque) des noix dans un panier et une boîte à oeufs.DSC00127

Ce qui l’intéressait le plus à ce moment, c’était de toucher les noix, les faire rouler, écouter le bruit qu’elles faisaient en s’entrechoquant, éventuellement goûter quand une finissait par s’ouvrir !DSC00128

Et puis un petit peu mettre dans les cases de la boîte à oeufs.DSC00124

En ce moment, l’idée de mettre dans les cases l’intéresse beaucoup plus, sûrement parce qu’il doit être dans une phase sensible de rangement. Oh, ça ne veut pas dire qu’il va systématiquement ranger ses jouets, ça serait trop simple ! Non, ça veut dire qu’il est sensible au fait que les choses aient une place, il aime, comme je l’ai dit dans l’article d’hier, sortir un jeu, y toucher à peine, juste pour le plaisir de le reposer. A peine après avoir sorti une boîte, il dit « on range? on range ? ». Je pense que c’est pour ça que ces activités de « mettre un objet dans une case » semblent l’intéresser en ce moment ! Passer des objets en vrac dans une boîte à quelque chose d’organisé.

Je lui ai donc proposé un bac à glaçons (je l’aime beaucoup celui-là avec toutes ses petites cases !) et des pompons.

DSC03204

Rejoint par Noé !DSC03205

Un autre jour, il était bien attiré par un stock de bouchons en plastique (avec lesquels je jouais quand j’étais petite ! Je faisais des tours avec je me souviens ! On peut aussi les trier et les empiler par couleurs, ou en algorithme). Bref.P1000321

Mes petits bouchons rentraient pile poil dans les petites cases ! Ca a bien plu à Firmin, surtout qu’il fallait les mettre dans un certain sens pour que ça tienne !

P1000319

Et comme je vous ai montré hier, les balles de Spielgaben dans les moules à muffins.

DSC03210

Alors à quoi ça peut servir à l’enfant de mettre des trucs dans des cases, allez-vous me demander ? D’abord, ça lui plaît ! Et si ça lui plaît et qu’il le fait, c’est que ça correspond à un besoin de l’enfant. D’après Maria Montessori, l’enfant fait des choses qui paraissent parfois à l’adulte sans intérêt ou absurdes, mais il se prépare à des activités plus complexes, et il faut le laisser faire sans l’interrompre. Comme pour le langage : avant de parler correctement, l’enfant babille des sons qui n’ont pas de sens, mais qui sont essentiels à la construction du langage. Ici, il travaille l’habileté de ses mains, la motricité fine, le sens de la précision, l’organisation des choses, la notion 1/1 (1 case, 1 objet)… Si l’enfant ne fait ça que quelques secondes puis passe à autre chose, ce n’est pas grave, petit à petit sa concentration et sa persévérance se développent.

Prochaine étape de ce type d’activités : avec une pince !

(Age au moment de l’activité : Firmin, 21 mois (18 mois pour l’activité noix) )

Activités à la maison
Pour découvrir des articles sur la pédagogie Montessori, cliquez ici
Pour découvrir des activités de motricité fine, cliquez là

EnregistrerEnregistrer