Archives mensuelles : janvier 2018

Noé fait un livre : l’Arche de Noé !

Noé avait déjà réalisé un livre quand il était plus jeune : l’aventure de la petite casserole : il avait inventé une histoire qu’il m’avait dictée, on l’avait imprimée en coupant le texte en plusieurs parties puis Noé avait illustré chacune des parties.

Là, le processus a été un peu différent. Noé avait fait un dessin représentant l’Arche de Noé, puis il en a fait un autre un peu différent, puis il s’est mis à en dessiner un certain nombre en s’exclamant : je sais, je vais faire un livre !!!

Puis il a écrit un petit texte sur chaque dessin pour raconter l’histoire. Je lui ai alors proposé de taper le texte à l’ordi (en corrigeant l’orthographe ensemble mais sans modifier le texte) pour mettre le texte en face de l’image pour plus de lisibilité ! Il a accepté avec plaisir, mais il a alors souhaité effacer le texte qu’il avait écrit lui-même sur les dessins.

Puis, je lui ai conseillé de repasser au feutre sur certains dessins qu’il avait tracés aux crayons de couleur peu visibles, d’améliorer un peu le coloriage de certaines parties …

Un coup d’agrafeuse et quel plaisir de pouvoir lire son livre !

Et encore plus de le lire à quelqu’un d’autre, en l’occurence son petit frère ! Il a aussi été fier de le montrer à ses copains à l’école ! Et en plus, apparemment, il a fait des émules car certains ont commencé cet après-midi à faire leur propre livre en classe !

Et voici donc : L’arche de Noé réalisé par … Noé !

(Age au moment de l’activité : Noé, 7 ans et 1 mois ) 

Pour découvrir d’autres activités autour de l’écrit, cliquez ici 

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

Créations !

A la maison, nous avons un coin un peu Reggio avec des boites ou paniers remplis de choses diverses : morceaux de bois et pommes de pin ramassées lors de promenades, cailloux, fossiles, graines …

Nous avons aussi des objets de récupération non naturels dans des boîtes ou petits pots à trésor : boutons, bouchons, objets métalliques, cure-dents … On appelle souvent ces objets des loose parts. Pourquoi avons-nous tout ça ? Ce sont des objets que l’enfant peut utiliser librement dans un jeu de construction, dans une jolie installation, dans une création artistique, dans une expérience …

Et puis nous avons aussi dans une boîte des restes de puzzles 3D en bois (papillon par exemple) que les grands avaient fabriqués autrefois, qui étaient restés un moment exposés, mais dont à force on avait perdu, abîmé des morceaux, perdu le modèle … Alors j’avais placé tous les morceaux restants dans une boîte. Comme Noé observait le contenu de la boîte, je lui ai dit qu’il pouvait les utiliser comme il voulait, les coller, les peindre … Ce n’est pas tombé dans l’oreille d’un sourd ! Il m’a demandé de la peinture : c’est là que mes pots du jeu de peindre servent bien car hop, je peux lui sortir rapidement les pots de la couleur qu’il veut. Firmin aussi , forcément, a voulu faire de la peinture, mais lui voulait que je lui accroche une grande feuille sur la vitre.

Et puis comme ils se sont dépatouillés tout seuls, j’étais occupée à autre chose et je n’ai même pas de photo en action !

Le résultat : Noé a fabriqué une drôle de souris !!!

Pour Firmin, je lui avais dit de réfléchir avant ce qu’il voulait peindre (on n’était donc pas dans le spontané du jeu de peindre, plus dans le projet !) et il m’avait dit : des ronds … des traits … et un tournesol, comme il avait fait il y a quelques temps ! Et quand je suis revenue voir, il avait bien fait ce qu’il avait projeté !!!

(Ages au moment de l’activité : Noé, 7 ans et 1 mois ; Firmin, 4 ans et 1 mois)

Pour voir d’autres activités Reggio, cliquez ici

Pour voir d’autres activités d’art plastique, cliquez là !

EnregistrerEnregistrer

Gare au chacal, un chouette petit jeu

Je voulais vous présenter aujourd’hui Gare au chacal, un petit jeu de cartes sympa, cadeau d’anniversaire de Noé, jouable à partir de 6 ans mais intéressant aussi pour les grands !

Le but du jeu est de constituer des élevages avec le plus possible d’animaux (de la même espèce) dans chaque élevage. Ainsi à la fin de la partie, on regarde par exemple qui a le plus de chèvres et celui qui en a le plus marque 1 point, pareil pour chaque espèce d’animaux.

Pour ce faire, chaque joueur a 4 cartes en main. A chaque tour, il peut poser une carte animal (ou deux de la même espèce) puis pioche pour avoir toujours 4 cartes en main. Mais attention, si l’on joue à 4 par exemple, on n’a pas le droit de faire plus de 6 élevages ( c’est à dire 6 types d’animaux différents).

Le nombre sur chaque carte indique le nombre total d’animaux dans cette espèce (par exemple, en tout, il y a 6 cartes moutons). Intéressant car il faut un peu de stratégie pour comprendre que certains espèces sont plus rares que d’autres, à privilégier ou non ?

Mais, car bien sûr il y a un mais, chaque joueur a deux cartes jokers .

– Son renard lui permet d’échanger une de ses cartes bétail contre celle d’un autre joueur.

– Son chien de garde peut être posé sur un de ses élevages ( par exemple sur les chèvres) : on ne pourra plus lui voler de chèvre mais lui ne pourra plus en rajouter non plus !

Et puis parfois, en piochant, on tombe sur un chacal qui permet de dévorer un animal d’un autre joueur (les deux cartes, le chacal et l’animal mangé,  sont ensuite défaussées)

Un petit jeu simple, rapide et bien sympa ! Et adaptable pour les plus jeunes en enlevant les jokers par exemple !

(Ages au moment de l’activité : Noé, 7 ans ; Lison, 12 ans et 11 mois ; Baptiste, 15 ans et demi)

Pour découvrir les autres jeux dont j’ai parlé dans le blog, cliquez ici ! 

Spielgaben : activités dirigées et créations libres !

Ca fait longtemps que sur le blog je ne vous ai pas partagé des activités spielgaben !!! Alors en voici toute une série ! Spielgaben est donc utilisé à la maison souvent en jeu libre mais je l’utilise aussi avec une personne avec un handicap mental pour aborder certains apprentissages. Vous verrez donc des photos de ces différentes utilisations!

Activités autour des couleurs : placer la balle de la bonne couleur sur l’objet correspondant (orange sur la carotte, jaune sur le citron …) tout en nommant les couleurs ( j’ai associé le nom de la couleur à un objet référent, toujours le même,  pour que ce soit plus facile quand on parle : rouge tomate, jaune soleil, etc.)

Puis coloriage de la bonne couleur et jetons de la même couleur placés dessus.

On a aussi associé les barres rouges Montessori et les petits bâtonnets de Spielgaben. Là, il s’agissait de mettre les grands d’un côté, puis les moyens, et enfin les petits de l’autre.

après avoir classé plusieurs fossiles barres rouges en escalier …

On travaille avec les bâtonnets … sur une fiche Spielgaben … On place les bâtonnets au bon endroit selon leur taille …

Puis encore d’autres bâtonnets …

Puis classement des bâtonnets sans fiche … puis encore d’une autre couleur … et encore … (la photo est à l’envers) : on monte l’escalier avec le doigt

On place un rond au bout de chaque bâtonnet ( de la bonne couleur) et le doigt grimpe en touchant les ronds

Pour finir et pour faire joli, un point au centre de chaque rond

Placer les cubes comme moi !

Là aussi, aligner les cubes comme moi !

Placer les cubes comme moi puis placer un carré coloré sur chaque cube

Reproduire une tortue …

Puis décorer librement … J’aime beaucoup alterner les moments de consigne précise avec des moments plus créatifs et plus « cools »

Et puis des activités pour compter :

Donner deux bonbons à chaque enfant …

Faire des tours de deux cubes …

Puis les décorer …

Des tours de trois cubes …

Enfiler trois perles sur des bâtonnets juste à la taille des trois perles …

Puis la même chose mais sur des grands bâtonnets ( c’est plus dur !)

Et fermer chaque bâtonnet par une boule (motricité fine, pas facile !)

A partir d’un petit loto pour compter (pédagogie Decroly tiens, il faudra que je vous en parle de ce loto !!), placer un point sur chaque animal …

Puis déplacer les points de l’image dans un anneau placé dessous. Recompter pour comparer.

Placer dans l’anneau le même nombre de points que de boutons (ah ben tiens, Decroly encore le boutons ! )

Placer le bon nombre de points dans chaque anneau …

Suivre un chemin en plaçant des points dessus

Chemin toujours : un pion dans chaque rond, dans l’ordre du chemin

Reproduire avec des anneaux le chemin de la fiche précédente, y faire se déplacer un personnage ( c’est un bonhomme Grimm’s !).

Puis placer un point dans chaque rond, toujours dans le sens du chemin …

Puis un deuxième …

Aligner des pions …

Puis tracer des lignes de la même couleur que les lignes de points.

Et à partir du dessin, faire d’autres lignes encore mais avec les bâtonnets.

Placer les points de façon concentrique

Et puis réaliser des algorithmes de deux couleurs ! Et puis encore ! Jusqu’à remplir la plaque.

Un tableau à double entrée ! Possibilité de plier la feuille au début pour ne laisser qu’une ligne si c’est trop difficile, et déplier petit à petit pour complexifier.

Placer des bâtonnets sur un modèle pour écrire son prénom

Et puis des créations libres !

… donnant des résultats très graphiques !

Je trouve que ça ressemble à du Poliakoff !

Disposition libre des bâtonnets (mais tous orientés !)

Puis complétés avec des points …

Motricité fine et résultat très graphique aussi !

A la maison des compositions libres, souvent à plusieurs …

Un des jeux préférés de Firmin : faire des maisons en associant des solides.

Et là il avait rajouté des chemins !

Et les avait aussi associés à d’autres maisons (notre petit village en bois)

Se concentrer très fort pour arriver à mettre les bâtonnets dans les trous !

A deux …

Faire des arbres …

Ou des forêts dans lesquelles les bonhommes se perdent !

Et puis ranger les bâtonnets par taille, c’est une activité à part entière qui avait bien occupé Firmin !

Noé toujours fan des labyrinthes !!! Aller jusqu’au trésor en poussant la boule avec un bâtonnet !

Noé qui continue aussi ses petits mondes : ici un parc d’attraction avec grande roue, montagne russe, manège, auto tamponneuses, piscine à boules , manège avec les chaises qui tournent et s’envolent (si si, tout ça, je vous assure !!!)

ici, il avait entrepris de fabriquer le Palais idéal du facteur Cheval !

Un petit escalier dans la construction …

Et un des géants du palais idéal !!!

Ici, l’intérieur d’un château avec une table de banquet, un puits, une chambre, une armoire, la porte …

Un coeur débordant d’amour !!!

A plusieurs main, une histoire qui s’invente tout en jouant : une ville, des voitures qui roulent, un incendie …

Un champ de fleurs !

tout en points …

Représenter aussi la vie quotidienne : le jardin après la cueillette des cerises !

Et puis parfois Noé utilise le spielgaben avec d’autres jeux : ici avec son circuit de train, kapla, pierres et animaux !

Il a construit un zoo géant !

J’aime bien le panda dans sa forêt de bambous !

Des constructions abstraites qui s’enrichissent petit à petit !

Mêler différents dons : les balles, les cordelettes, les bâtonnets, des points pour toujours plus de créations !

Et puis hier soir encore, on n’a pas pris de photo, mais Noé s’est intéressé à juste quatre losanges pour voir tout ce qu’on pouvait juste avec ces quatre formes ! C’était super intéressant ! La géométrie en jouant …

Voilà, spielgaben pour jouer, pour inventer, pour voir le monde d’une façon plus organisée, pour apprendre à maitriser ses gestes, pour apprendre, pour expérimenter, pour faire une activité avec un nombre limité d’éléments ou au contraire avec toutes les boîtes, pour jouer seul ou à plusieurs mains, pour représenter quelque chose ou faire une belle composition mais qui ne ressemble à rien de connu ! Mille et une façons de l’utiliser, de façon totalement libre ou très dirigée, tout est possible et c’est ce que j’aime ! Ca fait trois ans que nous l’avons, et je l’aime toujours autant ! A certaines périodes, il est un peu oublié et à d’autres, il sert quotidiennement ! Souvent, il suffit que je m’installe moi-même pour y jouer et hop !!! L’intérêt renaît et les enfants se précipitent !!!

Pour découvrir tous mes articles sur le spielgaben, cliquez ici.

(Je ne suis pas sponsorisée par spielgaben, juste passionnée par ce matériel, mais si vous êtes intéressé je peux vous parrainer ce qui vous permettra une réduc car c’est pas donné cette petite bête là …)

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Mobile de pédagogues, arbre généalogique et cellule !

C’est vrai que mon titre fait un peu inventaire à la Prévert !!! Bon, ça mérite une explication !

La semaine dernière, nous avons fêté mon anniversaire ! 

Baptiste m’a fabriqué un super mobile !!! Sur chaque coquille Saint Jacques, on retrouve un pédagogue : Maria Montessori, Célestin Freinet, Loris Malaguzzi (monsieur « Reggio), Rudolf Steiner, Friedrich Froebel et Ovide Decroly ( que l’on retrouve bien sûr dans notre grand guide des pédagogies alternatives !!! )

Bon un mobile par définition, ça bouge, alors difficile de les avoir tous en photos !

Lison m’a offert un livre. Noé, lui, s’était enfermé dans une pièce de la maison, interdiction pour moi d’y entrer, et il a dessiné cet arbre généalogique de notre famille ! ❤

Quant à mon Fifi, son papa lui avait dit plusieurs fois que c’était mon anniversaire, que peut-être il pourrait faire un petit dessin, mais il était toujours occupé à autre chose ! Mais quand il a vu tout le monde s’approcher de moi avec un cadeau à la main après avoir soufflé les bougies, j’ai vu qu’il avait l’air bien embêté !!! Alors il s’est précipité pour allé chercher une feuille, hop, un feutre vert, un dessin vite fait ( un bonhomme qui roule sur une boule m’a-t-il dit !!!) , je l’ai vu essayer de rouler son dessin comme avait fait Noé, aller chercher une petite ficelle pour l’attacher !!! C’était vraiment trop drôle et trop mignon !!!

J’en avais un autre d’embêté, c’était Rémi, qui avait chargé son frère Baptiste d’acheter un cadeau ( c’est souvent Rémi qui s’en charge d’habitude), mais Baptiste avait oublié ! Alors mon bricoleur de Baptiste avait fabriqué son beau mobile, mais mon Rémi s’était retrouvé sans rien ! Quand il a vu Firmin se précipiter pour faire un dessin, il a ri et a dit « Ah ben moi aussi je vais faire une cadeau vite fait !!! » et il m’a dessiné cette superbe cellule en m’en décrivant les différentes parties (j’avais reconnu le noyau quand même !) . Il m’a bien fait rire lui aussi , et je crois que l’oubli a été réparé cette semaine 😉

Voilà, de l’amour, du rire, de la tendresse ! Quoi de plus !!!

(Ages au moment des activités : Firmin, 4 ans ; Noé, 7 ans ; Lison, 12 ans et 11 mois ; Baptiste 15 ans et demi et Rémi 17 ans)

L’île aux dragons

Aujourd’hui, c’est un jeu coopératif pour les plus jeunes que je voulais vous présenter ! Firmin et Noé l’ont beaucoup apprécié ! Il s’agit de l’île aux dragons de chez Logis.

L’histoire ? De dangereux dragons peuplent une île.

Les hommes qui y habitent étaient en sécurité dans leur château mais une tempête a détruit ce château. Le but du jeu est donc de reconstruire ce château pour s’y mettre à l’abri avant l’arrivée des dragons.

Les joueurs lancent donc le dé chacun à leur tour pour avancer leur pion. S’ils tombent sur une case où se trouve un morceau du château, ils le ramassent et pourront le poser pour construire le château à la fin du tour.

Mais ! Et oui, il y a un mais !!! En lançant le dé, on peut tomber sur la face dragon.

Dans ce cas là, on avance un dragon d’une case et ils vont petit à petit bloquer tout le chemin, si l’on n’arrive pas à construire le château avant !

Et si jamais l’on tombe sur une case occupée par un dragon, on va vite trouver refuge dans le bois de l’île au milieu du plateau. Alors on est à l’abri, mais bon, on est coincé, on ne peut plus continuer à construire le château et les dragons continuent à avancer …

Mais on peut continuer à lancer le dé et tomber sur la face « soleil » ! Là, on peut sortir du bois et se remettre dans le jeu. Mais !!! Et tout l’intérêt du jeu réside à mon avis dans ce petit soleil ! En tombant sur le soleil, on a le choix : soit jouer son pion, soit aider un autre joueur (je vous rappelle que c’est un jeu coopératif ! ) On peut donc choisir de sortir son pion (ou un autre) du bois magique ou d’avancer son pion (ou le pion d’un autre) du nombre de cases que l’on veut. On sort là du jeu de pur hasard pour avoir un peu de stratégie ! Vaut-il mieux sortir mon pion du bois, ou avancer le pion du copain afin qu’il dépasse les dragons ? Vaut il mieux que j’avance jusqu’à une case avec un des derniers morceaux du château ou délivrer un copain du bois ?

Décisions pas forcément faciles à prendre ! Un petit aura bien sûr envie d’avancer son propre pion, et apprendra petit à petit que ce n’était peut-être pas la meilleure idée si tous les autres sont bloqués dans le bois magique !

Un jeu intéressant donc, avec un vrai suspense ! Arrivera-t-on à construire le château avant que tous les dragons ne soient là ! (Et c’est pas simple, je peux vous le dire ! ) Le plus petit jouera déjà à avancer son pion et à construire le château, et en grandissant il acquerra un peu plus de stratégie !

Et puis de jolis pions en bois, ce qui ne gâte rien !

(Ages au moment du jeu : Firmin, 4 ans; Noé, 7 ans)

Pour découvrir les autres jeux pour petits ou grands auxquels nous avons joué, cliquez ici !