Archives pour la catégorie Vivre

Suivre une recette tout seul !

Aujourd’hui, Noé voulait faire un gâteau mais cette fois-ci en se débrouillant tout seul ! Son projet :  faire un coulant au chocolat (mmm ! Bonne idée !). Nous avons cherché une recette sur internet, et c’était parti pour Noé. J’étais à côté en train de préparer le reste du repas, mais je l’ai laissé en autonomie .

Savoir se repérer dans la recette, rassembler les ingrédients nécessaires …

Verser soigneusement …

Peser …

Apprendre à allumer la plaque tout seul, mélanger, porter la casserole précautionneusement sans en renverser ni se brûler !

Casser des oeufs ( ce qu’il a fait très bien, presque pas de coquilles à aller repêcher ! )

Un petit Spiderman alléché est venu observer les opérations de plus près … Du coup, un autre gâteau est prévu pour ce week-end, mais cette fois-ci confectionné par Firmin (peut-être avec les conseils du grand frère !) et avec du chocolat au lait a-t-il déclaré !

Puis ranger, nettoyer, se régaler en léchant le plat ( peut-être le meilleur moment ! J’ai oublié la photo des minois pleins de chocolat, dommage! )

Apprendre aussi à faire fonctionner le four ! L’allumer, mettre la bonne température …

Puis enfourner le gâteau sans se brûler (avec un peu d’aide ! )

Et un Noé particulièrement fier et heureux lorsque l’on a sorti le gâteau !

Coulant à souhait, comme il le voulait !

Un délice !

Voici la recette de chez Marmiton.  Au niveau de la cuisson, je ne sais pas si c’est mon four qui faiblit, mais nous avons laissé le gâteau plus longtemps (sinon, ce n’était plus un coulant mais une soupe au chocolat 😉 )

La cuisine, c’est vraiment une activité parfaite pour nos loulous ! Lire (et bien comprendre ! ), calculer, manipuler, avoir l’esprit pratique … et se régaler !

Age au moment de l’activité : Noé, 8 ans

 

On invente des histoires !

Tout à l’heure, pendant le cours de clarinette de Noé, nous nous sommes promenés avec Firmin, admirant les coquelicots, jouant avec un bout de bois …

Et puis on a eu envie, Firmin et moi ( je ne saurais pas dire lequel en premier !) de s’inventer des histoires ! J’ai pensé à Gianni Rodari, auteur jeunesse italien mais aussi grand ami et collaborateur de Loris Malaguzzi dans les écoles Reggio et à sa grammaire de l’imagination dont je vous ai déjà parlé. J’ai donc choisi Firmin comme principal protagoniste de nos histoires pour lui faire vivre de folles aventures ! Et puis nous avons inventé ces histoires à deux … Je racontai un peu … Je l’interrogeai régulièrement : et là soudain … qu’est-ce qui se passe à ton avis ? Et là qu’est ce qu’il fait ? 

Notre histoire de Firmin dans l’espace avançait … Quand les idées se tarissaient je rajoutais un événement imprévu qui le faisait sourire, une rencontre … Ces histoires à deux nous ont beaucoup amusés ! Après un voyage en fusée, Firmin commença un voyage autour du monde : il voulait faire un tour en dromadaire mais l’avion les a conduits au pôle Nord … Après un peu de patin à glace, ils sont repartis, ont visité les pyramides d’Egypte, ont traversé le désert en dormant dans des tentes berbères et en faisant des parties de cache cache dans les dunes … puis sont partis en Inde voir les éléphants et la fête des couleurs et puis … ben c’était l’heure de récupérer Noé !

Mais, ce que j’ai trouvé super, c’est que Firmin s’est mis à raconter nos histoires à son frère Noé!  Et puis il faisait quelques variantes : « non mais ça c’est moi qui l’ai rajouté !  » Partage, réinvestissement, mémorisation, imagination, vocabulaire, structure d’un récit, lien avec des connaissances et expériences passées…  il était riche notre petit jeu d’invention improvisé !

Et  Noé s’est mis lui aussi à inventer sa propre histoire ! Le trajet en voiture a été animé !

Ages au moment de l’activité : Firmin, 5 ans ; Noé, 8 ans

Pour découvrir d’autres jeux d’imagination autour des histoires, cliquez ici

 

 

L’art contemporain, ça donne plein d’idées !

Pendant ces vacances, nous avons passé quelques jours à Bordeaux et nous avons notamment visité le CAPC qui est le musée d’art contemporain de la ville. C’est un ancien entrepôt réaménagé ce qui lui fournit un espace superbe !

Nous avons commencé par l’expo Takako Saito et nous sommes tombés sous le charme ! Tout d’abord, nous avons découvert qu’elle proposait un art participatif et que nous pouvions manipuler un certain nombre de ses oeuvres, ce qui est quand même royal et encore plus quand on a des enfants ! Nous pouvions donc jouer avec ses sculptures en introduisant des petites billes et en regardant pour où elles sortaient !

Des oeuvres/jouets, quel plaisir ! on a bien aimé ses petites échelles tordues que l’on voit sur le mur derrière, et que l’on peut s’amuser à essayer de construire avec les enfants en prenant des bâtons aux différentes formes.

Et puis on est rentré dans cette salle ! « Oh des loose parts ! » nous sommes-nous tous exclamés ! En pleine pédagogie Reggio ! Nous n’avons pas eu la chance d’être là au moment de la présence de l’artiste pour pouvoir faire ses ateliers mais on était heureux de voir tout ça !

Apparemment, elle propose de faire sa petite installation en disposant ou piquant des éléments sur une barquette ou  comme on veut !

Allez, je vous liste ce que je peux y voir et qui peut nous donner des idées pour étoffer nos loose parts : pommes de pin, cailloux, galets avec des lettres, feuilles mortes, pelures d’oignons ou d’ail, végétaux séchés en tous genres, noyaux de cerises, pêche, abricot, dattes … , cylindres de carton coupés en deux, cures dents, piques, coquillages, dés, petits bouts de bois, graines, peaux d’avocats, de kiwis ou d’oranges séchées coupées en deux (ce qui fait de petites coupelles), filtres à café, peaux de litchis, coquilles de pistaches, gousses de cacahuètes, fleurs séchées, graines de pissenlit, morceaux de verre poli, bouts de carton ondulé, écorces, plumes, épines de sapin … La liste est bien sûr infinie ! Mais j’y ai trouvé de nouvelles idées auxquelles je n’avais pas pensé !

Et puis dans la salle suivante, nous voyons des oeuvres avec à côté une main dessinée … Mais oui ! Là encore c’est à nous de jouer ! 

Il s’agit d’un grand panneau rectangle aimanté auquel on peut rajouter d’autres longues formes allongées noires pour déstructurer le tableau (ou non !) et toutes sortes d’éléments métalliques !

Les enfants s’en sont donnés à coeur joie ! Bon, le tableau était un peu haut alors Noé a joué le rôle de chef de chantier : il donnait les ordres et Baptiste exécutait ! Mets les chaînes bien droites ! Et celle-là, enroule-la comme un escargot, ici,  etc …

Et ma foi, j’ai beaucoup aimé leur composition !

Tadam !

La même chose, objets aimantés mais sur des tableaux d’autres formes.

Je pense que ça aussi c’est faisable, ne serait-ce que sur le frigo … des idées d’objets métalliques : des chaînes de différentes longueurs, couleurs, formes de maillons, plus ou moins fines ; des couvercles de boîtes de conserve, des petites boîtes de conserve, des moules métalliques, des fils électriques ou fils de fer, des je sais pas comment ça s’appelle pour fermer des sachets, des éponges/boules à récurer, des morceaux de grillage, des morceaux de tôles, des rails, des petites râpes, des charnières, ressorts, petites pièces de monnaie, trombones, vis … là encore la liste peut être longue ! Et puis n’importe quel petit objet auquel on colle des aimants bien sûr.

Les enfants, se sont aussi beaucoup amusés avec ces cubes ( ou autres solides moins réguliers)  jaunes et noirs où ,là encore, tout était aimanté.

Ils pouvaient les disposer comme ils voulaient et y ont passé un long moment !

Là, il s’agit de l’installation de l’artiste elle-même .

Et puis on a pu observer toutes sortes d’oeuvres qui là aussi donnent des idées ! Des suspensions d’assemblages papiers/perles…

De petites boîtes accrochées au mur pour se « raconter des histoires » avec de vieilles photos, des lettres, des éléments naturels, des jouets …

Et,  de même, de petites boîtes en bois dans lesquelles on peut coller ou installer des objets. Les boîtes ,avec les enfants, cela peut toujours faire des activités très riches ! Ils peuvent y coller par exemple des objets pour symboliser des choses importantes pour eux (représentant des personnes, des activités qu’ils aiment faire, des endroits où ils aiment aller, des choses qu’ils trouvent belles …). Cela peut être aussi des boîtes à trésors …

On a trouvé aussi dans le musée ( mais pas dans l’expo Saito cette fois) cette video inspirante je trouve ! Un enfant dessine dans le dos de sa mère qui elle-même essaie de reproduire le dessin de son fils d’après ce qu’elle ressent ! Bon, on peut le faire habillés et avec un stylo bouché dans le dos si l’on préfère 😉

Quelques autres oeuvres que nous avons trouvées délicates, belles, drôles ou intrigantes !

Ce musée était décidément très riche puisqu’il y avait aussi une partie architecture, qui a notamment beaucoup plu à Noé toujours fan de cartes et de plans !

 

Nous aimons beaucoup visiter les musées d’art contemporain ! On est surpris, choqué, amusé, touché, ou pas du tout … En tout cas, cela ne laisse pas indifférent et permet à chacun d’exprimer son ressenti en essayant d’argumenter et d’aller un peu plus loin que : « c’est nul…  » ou « c’est trop beau ! ». Et cet art, beaucoup plus que la peinture plus classique, donne envie de faire ! Ah oui, moi aussi je pourrais … assembler, installer, coller, accumuler … Presque chaque oeuvre peut inspirer ou donner une idée, en recopiant, adaptant ou comme point de départ à quelque chose de plus personnel !

Ages au moment des activités : Firmin, 5 ans ; Noé, 8 ans ; Lison, 14 ans ; Baptiste, 16 ans !

Pour découvrir d’autres articles sur la découverte de l’art, cliquez ici

Pour découvrir d’autres idées et techniques artistiques, cliquez là.

Notre cuisine de boue !

Allez, c’est décidé, depuis le temps que je vois des petits loulous patouiller sur la page d’au  jardin des curieux  (et sur d’autres pages aussi), on se fait dans le jardin un coin cuisine de boue (« mud kitchen » en anglais).

C’est parti ! Maman pioche, Noé et Firmin grattouillent, enlèvent les herbes et les racines… 

Puis chacun sa brouette pour transporter tout ça !

Quand ils estiment que l’espace de terre est suffisant, on farfouille dans le garage. L’objectif n’est pas d’acheter des choses particulières pour « meubler » l’espace mais de construire un espace de bric et de broc.

Alors direction le garage où dorment des choses inutilisées en attente de déchetterie ou d’atterrir dans le jardin ! Une table, deux « sièges », un endroit pour déposer outils et ustensiles, des bacs pour recueillir éventuellement l’eau de pluie … Parce que pas de patouille sans eau bien sûr !

A leur disposition : des petits outils de jardin que nous avions  : une petite pelle, une serfouette, une griffe ; un arrosoir ; de grands bâtons ; des coquilles Saint Jacques ;  des jeux de sable (seau, pelle, râteau, passoire, moules …) ; de vieux ustensiles de cuisine abîmés : casseroles, assiettes, bols, gobelets, cuillères,  fourchettes, couteaux …

On y a rajouté une vieille cuisinière en jouet, un tractopelle … Mais tout cela se modifiera selon les envies ou les trouvailles ! Ils peuvent aussi aller chercher de l’eau au récupérateur d’eau de pluie qui se trouve un peu plus loin.

Et puis tous les éléments naturels qu’ils peuvent trouver autour d’eux : des fleurs, des pâquerettes, des cailloux … On observe en passant les vers de terre et les insectes bien sûr.

Pour la tenue, bottes obligatoires ! Pour aujourd’hui, vieux habits mais j’ai commandé des salopettes imperméables, on verra ce que ça donne !

Hier, le plaisir de la découverte était vraiment dans la patouille au sens le plus pur du terme !!! Mélanger des herbes avec de la boue, y enfoncer toutes sortes de choses …

Ouais … Avoir les mains pleines de boue, se salir en toute impunité et avec une grande jubilation !

Faire des pâtés, des traces de main, couper la terre …

Voilà un espace qui va faire naître de longs moments de plaisir et de découverte à l’extérieur et où l’imagination et les jeux libres seront maîtres ! De la terre, de l’eau, des bouts de bois, des cailloux, des herbes, des récipients, les meilleurs jouets pour les enfants !!!

Et pour finir, une chanson pas tout à fait politiquement correcte mais qu’on adore et qu’on a eue dans la tête toute la journée : la pâte à patouille du roi des papas !

(Ages au moment de l’activité : Firmin, 5 ans ; Noé, 8 ans)

Pour découvrir d’autres activités « nature », cliquez ici.

Des livres pour nos philosophes en herbe

Je vous avais parlé il y a quelques temps des ateliers philo que je faisais avec mes petits de maternelle, des moments riches d’échange qui aidaient les petits à se forger une pensée, une opinion, à écouter celle des autres, et à comprendre que parfois, il n’y a pas de réponse juste ou fausse à une question !

Le sujet est en ce moment d’actualité car sort un film intitulé « le cercle des petits philosophes » sur justement ces ateliers philo à l’école.

Je ne l’ai pas encore vu mais voici la bande annonce :

 

On en discutait donc sur les réseaux sociaux, et l’envie de faire ce genre d’atelier en famille se faisait sentir. Mais bon, avec un seul enfant, l’échange est vite limité ! Je voulais donc vous proposer des supports pour ces discussions philosophiques, des livres adaptés à différents âges.

Pour commencer, je trouve que pour les plus jeunes « les p’tits philosophes » que l’on trouve dans la revue Pomme d’Api sont parfaits !

A partir d’une question, les petits héros vont échanger, chacun ayant son opinion.

Les thèmes sont tout à fait adaptés aux petits.

Les différents personnages ont chacun leur personnalité, ce qui donne des avis variés : naïfs, plus raisonnés, tournés vers les autres ou plus égocentriques …

Ces petits dialogues sont simples, drôles et l’enfant peut s’identifier à tel ou tel personnage.

Il peut ensuite verbaliser sur pourquoi il est plus d’accord avec tel ou tel personnage, ou s’il pense autrement.

Une grande image termine souvent la petite BD pour permettre à l’enfant de s’exprimer .

Chez nous, nous n’avons que les revues mais on retrouve ces petits philosophes dans des livres regroupant leurs questionnements .

Une autre série pour les un petit peu plus grands (mais pas tant que ça ! ) chez Nathan : Philozenfants. on retrouve des thèmes très variés comme : savoir c’est quoi, le beau et l’art , la violence, le bien et le mal, la vie, moi c’est quoi, etc … Il y a aussi la même série mais pour les plus jeunes : les petits philozenfants  mais je ne les connais pas (par exemple : dis maman pourquoi j’existe).

On retrouve dans chaque livre 6 grands thèmes. Par exemple, pour savoir : comment sais-tu que l’univers existe, est-ce important de réfléchir , dois-tu tout savoir ,  à quoi sert l’imagination ?

Pour chaque question, 4 réponses possibles suivies de plusieurs oui mais, donc d’autres questions. Je trouve ça très bien, car la philo, c’est justement se poser des questions, et comprendre qu’il n’y a pas de réponses toutes faites.

Puis à la fin une petite réflexion sur la question, que l’on peut bien sûr discuter avec l’enfant, qui peut susciter d’autres questions ou désaccords ! Rien n’est figé.

Pour les sept ans et plus, des livres issus des rubriques d’Astrapi ( qui ont changé de titres parce que mes livres commencent à être anciens !) : les grandes questions philo 1 et 2

Là aussi, on part de nombreuses questions : faut-il toujours obéir ; faut-il toujours être gentil, comment savoir ce qui est vrai ou faux, est-ce que c’est grave de se tromper … etc ! Dans chaque livres, 30 questions sont abordées.

Je pense qu’avant de lire le texte, il est intéressant d’échanger avec son enfant, qu’il exprime d’abord sa pensée. Puis la double page vivante et avec une pointe d’humour va soulever d’autres aspects auxquels il n’aura pas pensé, apporter des opinions différentes … Il pourra au fur et à mesure de la lecture donner sa propre expérience (ah oui, moi aussi …) ou dire éventuellement son désaccord.

Ce qui est important, c’est de ne pas lui dire tu as raison ou tu as tort, mais de le laisser construire sa propre pensée.

Une autre série que j’aimais beaucoup mais qu’on ne trouve que d’occasion, aux éditions autrement, les petits albums de philosophie.  on retrouve comme thèmes le bonheur, la vérité, le beau, l’amour…

Dans ces livres, on suit la petite Ninon et ses questionnements au fil des pages dans sa vie quotidienne. Elle va échanger avec ses parents, ses amis, son frère, son voisin, sa maîtresse et même son chien ! Autant d’opinions qui peuvent être différentes ou se compléter.

Parfois, on lui raconte une histoire pour mieux lui faire découvrir une notion, et ici par exemple on lui explique le mythe de la caverne de Platon.

Ca se lit facilement comme une BD peut-être pour les un peu plus grands ( il est indiqué 8 ans sur le livre)

Dans une présentation un peu différente, voici le livre des grands contraires philosophiques. On trouve dans la même série :  le sens de la vie, c’est bien c’est mal, l’amour et l’amitié …

Il s’agit ici de présenter dans de grandes illustrations des oppositions philosophiques, l’image aidant à mieux comprendre cette notion et permettant d’échanger (toujours !). Ici, par exemple, sur la notion d’unité et de multiplicité (pas simple !). Une classe, c’est une unité mais composée de beaucoup d’éléments différents, les élèves ne sont pas tous identiques.

Ce qui peut aussi amener à parler de sciences !

Je trouve les images très belles et la réflexion intéressante mais souvent plus complexes que dans les autres ouvrages. Mais bien sûr, on peut discuter chacun à son niveau !

D’autres ouvrages que nous n’avons pas à la maison mais que nous avons déjà empruntés à la bibliothèque, très bien aussi.

La série « les goûters philo » de chez Milan  avec également des thèmes variés et de nombreux titres  : moi et les autres , les droits et les devoirs, la justice et l’injustice…

Et la série des petits Platons qui permettent plus d’aborder la pensée de grands philosophes célèbres : Socrate, Pascal, Kant …

Voilà, la liste n’est pas exhaustive mais elle vous donne déjà pas mal d’outils et de pistes pour philosopher avec vos enfants !

Pour découvrir d’autres livres que nous aimons, cliquez ici

Pour découvrir d’autres activités autour des apprentissages, cliquez là ! 

 

 

[Edit : Voici des suggestions des lecteurs du blog  :

  • Un livre pour animer des ateliers philo avec des outils à télécharger en cliquant ici

   

Merci pour le partage ! 🙂 ]

Echanges de livres!

Lison dévore des livres depuis son plus jeune âge ! Ses cadeaux de Noël ou d’anniversaire : des livres … Elle dévore les livres de ses grands frères, de la bibliothèque, du CDI … Elle regarde des videos de Youtubeuses qui conseillent des livres et sa liste s’allonge un peu plus chaque jour ! J’avais du mal à suivre quand elle me racontait l’histoire de ses multiples livres !

En février, elle m’a proposé un deal : une fois par mois, elle choisirait un de ses livres pour que je le lise, et en échange elle lirait un livre que je lui proposerai. Mais quelle excellente idée ma fille ! Le but étant, de son côté comme du mien, d’essayer de proposer des ouvrages variés et ensuite bien sûr d’en discuter.

Voici donc les livres de février, mars et avril proposés par Lison.

J’ai démarré par les petits orages de Marie Chartes, très beau livre sur l’amitié entre un jeune indien un peu étrange arrivant d’une réserve et un adolescent meurtri dans son coeur et dans sa chair après un accident de voiture dont il se sent responsable et qui a eu pour conséquence la paralysie de sa mère.

Dans un tout autre registre, Shades of magic de Victoria Schwab est un roman fantastique où les deux héros voyagent dans des Londres « parallèles » et où la magie peut être bien inquiétante.

Quant à Trouble vérité de E.Lockart qui est en cours de lecture, on suit une jeune fille dont le comportement ne cesse de nous surprendre. La construction du livre est étonnante car chapitre après chapitre, nous remontons le temps, comprenant mieux, peu à peu,  l’histoire de Jule.

Quant à moi, j’essaie d’être éclectique ! Je lui ai proposé un grand classique de la littérature romantique britannique, les Hauts de Hurlevent d’Emily Brontë, une histoire d’amour, de vengeance, de ressentiment, de haine … Bref, ce n’est pas du tiède ! Lison a mis un peu de temps à rentrer dans l’histoire mais je crois qu’ensuite elle a bien accroché, elle a même versé sa larme !

Dans un tout autre style, si par une nuit d’hiver un voyageur d’Italo Calvino. L’auteur s’amuse à faire tourner en bourrique le lecteur ! Le personnage principal va au cours du livre être amené à lire le début de dix histoires mais sans pouvoir en connaître la suite (la suite de son livre ne comporte que des pages blanches, on lui prend son livre, il le perd …). Nous découvrons donc plein d’histoires dont on a très envie de connaître la suite … mais frustration extrême, on n’a plus qu’à l’inventer ! Mais par contre en fil rouge, on suit bien l’histoire du personnage principal !

Et puis je lui ai passé un auteur que je dévorais à l’adolescence, Stephen King, avec ses histoires fantastiques terrifiantes … Et pour avoir plusieurs styles d’histoires, je lui ai proposé Brume qui est un recueil de nouvelles.

Je trouve que c’est vraiment un échange intéressant avec un ado, un enrichissement mutuel, une ouverture vers des horizons variés ! Là, en plus, l’idée venait d’elle, alors c’était vraiment nickel !!!

On doit pouvoir faire ça avec des enfants plus jeunes : ils nous font lire leur livre préféré, on leur propose un livre qu’on adorait quand on était enfant !

Age au moment de l’activité : Lison, 14 ans

Pour découvrir d’autres livres que nous avons aimés en famille, cliquez ici