Archives pour la catégorie Découvrir

Apprendre la géographie avec « Sur le chemin de l’école. »

Nous avons regardé récemment le documentaire long métrage « Sur le chemin de l’école ». Comme les enfants ont particulièrement accroché, nous regardons à présent des petits épisodes de 20 minutes chacun issus du coffret « les chemins de l’école. »

Je vous rappelle le principe de ces films : nous suivons un peu de la vie quotidienne puis le trajet d’un enfant du bout du monde pour aller à l’école. Noé et Firmin étaient impressionnés de voir ces enfants faire parfois plus de 2 heures de trajet à pied, à vélo ou à cheval, en traversant des montagnes, de grandes villes ou en évitant des animaux sauvages car l’école est leur seul espoir de sortir de la pauvreté, leur rêve étant souvent de se rendre utile en étant médecin ou enseignant.

Firmin s’exclamait devant les magnifiques paysages de Patagonie, du Kenya ou les montagnes de l’Atlas : « c’est magnifique ! ». Ils voient que les enfants ont rarement l’eau courante et l’électricité, que parfois ils vivent sur des montagnes de déchets comme aux Philippines, que chaque objet qu’ils ont est précieux et que le vélo rouillé, le fauteuil roulant bricolé ou la brouette trouée seront mille et une fois rafistolées car tellement précieux! Ils sont admiratifs devant le courage des deux petits indiens de leur âge poussant leur grand frère Samuel qui est en fauteuil roulant pendant des kilomètres, devant le petit mexicain Angel qui guide son grand frère Alfredo aveugle pour traverser pendant deux heures la monstrueuse ville de Mexico et ses multiples dangers et se rendre à l’école pour mal voyants située à l’autre bout de la ville, devant Nicol et Niessa qui, avant d’aller à l’école, débutent la journée pendant plusieurs heures à essayer de vendre des bijoux de pacotille aux passants pour gagner quelques piécettes …

Après chaque petit film, Noé et Firmin se précipitent vers la carte pour repérer le nouveau pays : les Philippines, le Mali, le Kenya …

Et on se redit à chaque fois le nom des enfants et leur pays ! Du coup, ils savent même situer des lieux plus précis comme la Patagonie, la montagne de l’Atlas ou le golfe du Bengale. Se remémorer à chaque fois tous ces pays permet de les ancrer durablement dans la mémoire. De même, au cours des discussions, si l’on en vient à parler de tel ou tel pays, les lieux vus dans la video seront des repères : ah oui, c’est près du Kenya, le pays de Jackson. Et ils associent à ces lieux des paysages, des modes de vie, des personnes réelles…

Voici quelques secondes de notre petite récapitulation à l’issue du dernier reportage que nous avons vu ( aujourd’hui, c’était Angel et Alfredo de Mexico) :

Une belle leçon de géographie mais surtout une belle leçon de vie !

Ages au moment de l’activité : Firmin, 5 ans ; Noé, 8 ans.

Si vous voulez découvrir d’autres activités sur la découverte du monde, cliquez là

Un jeu pour connaître les arbres

L’autre jour, Noé me demandait des cartes sur les arbres pour son activité du jour… Comme je n’avais pas ça en magasin, j’ai farfouillé et j’ai trouvé exactement ce que je voulais, ce super fichier sur le site Ti’Loustics ( cliquez sur le lien si vous voulez le télécharger)

Je n’ai utilisé que les dernières fiches où sur chaque bande on retrouve la silhouette de l’arbre, la feuille, la fleur, le fruit et l’écorce. Je lui ai présenté façon « leçon en trois temps Montessori » (sur sa demande !) :

  • je lui montrai d’abord 3 arbres, on observait ensemble les caractéristiques de chacun, je lui donnais les noms. (premier temps)
  • Puis je lui demandai de me donner … le charme … le frêne … ( deuxième temps)
  • Enfin, troisième temps, c’est lui qui devait me donner le nom de l’arbre.

Puis je faisais la même chose avec trois autres arbres, puis les six arbres ensemble, etc …

Il pouvait aussi y jouer tout seul en plaçant la bonne étiquette nom sous chaque arbre (j’avais écrit le nom derrière la bande pour autocorrection).

Il y a ensuite une étape que nous n’avons pas encore faite : on trouve dans le fichier les mêmes images en plus grand format. On peut les découper et ne jouer qu’avec les silhouettes, les feuilles ou  les fruits … On peut aussi jouer avec toutes les cartes séparément pour essayer de retrouver à quel arbre appartiennent les différents éléments. Nettement plus compliqué !

Puis,  bien évidemment, nous emporterons le jeu lors de balades pour nous aider à identifier des arbres car bien sûr rien ne vaut d’apprendre en vrai, dans la nature ! On pourra aussi ramasser des feuilles par exemple, puis faire un herbier en essayant de déterminer à quel arbre elles appartiennent.

Age au moment de l’activité : Noé, 8 ans

Pour découvrir d’autres activités Montessori, cliquez ici

Pour découvrir d’autres activités en lien avec la nature, cliquez là. 

L’art contemporain, ça donne plein d’idées !

Pendant ces vacances, nous avons passé quelques jours à Bordeaux et nous avons notamment visité le CAPC qui est le musée d’art contemporain de la ville. C’est un ancien entrepôt réaménagé ce qui lui fournit un espace superbe !

Nous avons commencé par l’expo Takako Saito et nous sommes tombés sous le charme ! Tout d’abord, nous avons découvert qu’elle proposait un art participatif et que nous pouvions manipuler un certain nombre de ses oeuvres, ce qui est quand même royal et encore plus quand on a des enfants ! Nous pouvions donc jouer avec ses sculptures en introduisant des petites billes et en regardant pour où elles sortaient !

Des oeuvres/jouets, quel plaisir ! on a bien aimé ses petites échelles tordues que l’on voit sur le mur derrière, et que l’on peut s’amuser à essayer de construire avec les enfants en prenant des bâtons aux différentes formes.

Et puis on est rentré dans cette salle ! « Oh des loose parts ! » nous sommes-nous tous exclamés ! En pleine pédagogie Reggio ! Nous n’avons pas eu la chance d’être là au moment de la présence de l’artiste pour pouvoir faire ses ateliers mais on était heureux de voir tout ça !

Apparemment, elle propose de faire sa petite installation en disposant ou piquant des éléments sur une barquette ou  comme on veut !

Allez, je vous liste ce que je peux y voir et qui peut nous donner des idées pour étoffer nos loose parts : pommes de pin, cailloux, galets avec des lettres, feuilles mortes, pelures d’oignons ou d’ail, végétaux séchés en tous genres, noyaux de cerises, pêche, abricot, dattes … , cylindres de carton coupés en deux, cures dents, piques, coquillages, dés, petits bouts de bois, graines, peaux d’avocats, de kiwis ou d’oranges séchées coupées en deux (ce qui fait de petites coupelles), filtres à café, peaux de litchis, coquilles de pistaches, gousses de cacahuètes, fleurs séchées, graines de pissenlit, morceaux de verre poli, bouts de carton ondulé, écorces, plumes, épines de sapin … La liste est bien sûr infinie ! Mais j’y ai trouvé de nouvelles idées auxquelles je n’avais pas pensé !

Et puis dans la salle suivante, nous voyons des oeuvres avec à côté une main dessinée … Mais oui ! Là encore c’est à nous de jouer ! 

Il s’agit d’un grand panneau rectangle aimanté auquel on peut rajouter d’autres longues formes allongées noires pour déstructurer le tableau (ou non !) et toutes sortes d’éléments métalliques !

Les enfants s’en sont donnés à coeur joie ! Bon, le tableau était un peu haut alors Noé a joué le rôle de chef de chantier : il donnait les ordres et Baptiste exécutait ! Mets les chaînes bien droites ! Et celle-là, enroule-la comme un escargot, ici,  etc …

Et ma foi, j’ai beaucoup aimé leur composition !

Tadam !

La même chose, objets aimantés mais sur des tableaux d’autres formes.

Je pense que ça aussi c’est faisable, ne serait-ce que sur le frigo … des idées d’objets métalliques : des chaînes de différentes longueurs, couleurs, formes de maillons, plus ou moins fines ; des couvercles de boîtes de conserve, des petites boîtes de conserve, des moules métalliques, des fils électriques ou fils de fer, des je sais pas comment ça s’appelle pour fermer des sachets, des éponges/boules à récurer, des morceaux de grillage, des morceaux de tôles, des rails, des petites râpes, des charnières, ressorts, petites pièces de monnaie, trombones, vis … là encore la liste peut être longue ! Et puis n’importe quel petit objet auquel on colle des aimants bien sûr.

Les enfants, se sont aussi beaucoup amusés avec ces cubes ( ou autres solides moins réguliers)  jaunes et noirs où ,là encore, tout était aimanté.

Ils pouvaient les disposer comme ils voulaient et y ont passé un long moment !

Là, il s’agit de l’installation de l’artiste elle-même .

Et puis on a pu observer toutes sortes d’oeuvres qui là aussi donnent des idées ! Des suspensions d’assemblages papiers/perles…

De petites boîtes accrochées au mur pour se « raconter des histoires » avec de vieilles photos, des lettres, des éléments naturels, des jouets …

Et,  de même, de petites boîtes en bois dans lesquelles on peut coller ou installer des objets. Les boîtes ,avec les enfants, cela peut toujours faire des activités très riches ! Ils peuvent y coller par exemple des objets pour symboliser des choses importantes pour eux (représentant des personnes, des activités qu’ils aiment faire, des endroits où ils aiment aller, des choses qu’ils trouvent belles …). Cela peut être aussi des boîtes à trésors …

On a trouvé aussi dans le musée ( mais pas dans l’expo Saito cette fois) cette video inspirante je trouve ! Un enfant dessine dans le dos de sa mère qui elle-même essaie de reproduire le dessin de son fils d’après ce qu’elle ressent ! Bon, on peut le faire habillés et avec un stylo bouché dans le dos si l’on préfère 😉

Quelques autres oeuvres que nous avons trouvées délicates, belles, drôles ou intrigantes !

Ce musée était décidément très riche puisqu’il y avait aussi une partie architecture, qui a notamment beaucoup plu à Noé toujours fan de cartes et de plans !

 

Nous aimons beaucoup visiter les musées d’art contemporain ! On est surpris, choqué, amusé, touché, ou pas du tout … En tout cas, cela ne laisse pas indifférent et permet à chacun d’exprimer son ressenti en essayant d’argumenter et d’aller un peu plus loin que : « c’est nul…  » ou « c’est trop beau ! ». Et cet art, beaucoup plus que la peinture plus classique, donne envie de faire ! Ah oui, moi aussi je pourrais … assembler, installer, coller, accumuler … Presque chaque oeuvre peut inspirer ou donner une idée, en recopiant, adaptant ou comme point de départ à quelque chose de plus personnel !

Ages au moment des activités : Firmin, 5 ans ; Noé, 8 ans ; Lison, 14 ans ; Baptiste, 16 ans !

Pour découvrir d’autres articles sur la découverte de l’art, cliquez ici

Pour découvrir d’autres idées et techniques artistiques, cliquez là.

200 films à voir avant d’être grand

Notre grand Baptiste étant passionné de cinéma avec comme projet devenir réalisateur ( pour voir ses petits films, cliquez ici ! 😉 ), nous faisons régulièrement des soirées cinéma à la maison pour voir des films de tous genres et de toutes époques. Baptiste va aussi bien sûr très souvent au « vrai cinéma » ! Mais nous le faisons moins avec les plus jeunes, Noé et Firmin. Alors quand j’ai vu ces livres en librairie, ils m’ont tapé dans l’oeil et je les ai commandés au Père Noël !

En plus, la préface de l’un des livres est de Laurent Tirard, réalisateur notamment du Petit Nicolas et d’un Astérix qui a eu l’extrême gentillesse d’accueillir Baptiste pendant trois jours pour qu’il puisse assister au montage de son film « Le retour du héros » avec Jean Dujardin et Mélanie Laurent. Il avait pu être dans les tout premiers à voir le film et avait été ravi de son expérience !

Bref, revenons à nos livres ! Une page par film, ceux-ci étant classés par âge conseillé pour les voir. Catégories 3/4 ans , 5/6 ans ; 7 ans et 8 ans pour le premier ; 9 ans, 10 ans, 11 ans et 12 ans pour le deuxième.

On retrouve dans chaque page une fiche technique : année, pays, durée, réalisateur, acteurs principaux, scénario, musique …

On trouve également le pitch en quelques lignes, une petite analyse du film, quelques infos plus anecdotiques …

Et dans le « post-it » jaune, ce que je trouve très sympa, d’autres films du même genre qui peuvent plaire si l’on a aimé ce film. Une petite astérisque à côté indique si ce film est par ailleurs présenté dans le livre.

On peut ainsi selon les âges découvrir toutes sortes de dessins animés, vieux films ou d’autres beaucoup plus récents, de grands classiques ou d’autres que l’on découvre totalement … Bien sûr, tout choix est subjectif et l’on peut ne pas être toujours d’accord avec leurs choix, mais cela permet une ouverture vers plein de films auxquels on n’aurait pas pensé qui est intéressante ! Pa exemple, pour les plus jeunes, on va retrouver l’enfant au grelot, Winnie l’ourson, le bonhomme de neige, le gruffalo, les moomins, Totoro, un Tom et Jerry …

Soit nous avions déjà les films en DVD dans notre réserve mais les enfants ne les avaient pas vus, soit j’ai farfouillé sur internet pour voir si l’on peut les trouver, soit je les achète, notamment parfois de bonnes affaires d’occasion.

On a ainsi commencé par le ballon rouge que les grands avaient vus mais qu’ont découvert Noé et Firmin !

Une histoire pleine de poésie sur l’amitié d’un petit garçon et de son ballon rouge.

Et hier, nous avons regardé tous ensemble mon voisin Totoro que nous n’avions jamais vu, alors que pourtant nous aimons beaucoup Miyazaki et que les grands sont fans du voyage de Chihiro qu’ils ont visionné souvent.

Une histoire grave et joyeuse tout à la fois, douce et poétique.

Et puis maintenant les enfants aiment feuilleter le livre, se remémorer les films qu’ils ont déjà vus, se dire que tel autre film leur plairait bien …

Par contre, ce qui me dérangeait dans ce livre, c’est que souvent l’éditeur n’a pas eu le droit de mettre des images du film et je trouvais que ça manquait beaucoup. Donc, comme j’avais fait pour le livre 100 grands personnages de l’Histoire, j’ai imprimé des images pour coller sur les pages correspondantes.

Pour voir d’autres activités ou conseils autour du cinéma, cliquez ici 

Si cela vous intéresse, voici le fichier pdf avec toutes les photos manquantes ; cliquez ici : photos livre 200 films à voir avant

Ages au moment de l’activité : Firmin, 5 ans ; Noé, 8 ans ; Lison, 14 ans ; Baptiste, 16 ans ; Rémi, 18 ans.

Je vous avais aussi présenté précédemment un site internet pour découvrir de très beaux courts métrages d’animation pour les enfants. 

Notre cuisine de boue !

Allez, c’est décidé, depuis le temps que je vois des petits loulous patouiller sur la page d’au  jardin des curieux  (et sur d’autres pages aussi), on se fait dans le jardin un coin cuisine de boue (« mud kitchen » en anglais).

C’est parti ! Maman pioche, Noé et Firmin grattouillent, enlèvent les herbes et les racines… 

Puis chacun sa brouette pour transporter tout ça !

Quand ils estiment que l’espace de terre est suffisant, on farfouille dans le garage. L’objectif n’est pas d’acheter des choses particulières pour « meubler » l’espace mais de construire un espace de bric et de broc.

Alors direction le garage où dorment des choses inutilisées en attente de déchetterie ou d’atterrir dans le jardin ! Une table, deux « sièges », un endroit pour déposer outils et ustensiles, des bacs pour recueillir éventuellement l’eau de pluie … Parce que pas de patouille sans eau bien sûr !

A leur disposition : des petits outils de jardin que nous avions  : une petite pelle, une serfouette, une griffe ; un arrosoir ; de grands bâtons ; des coquilles Saint Jacques ;  des jeux de sable (seau, pelle, râteau, passoire, moules …) ; de vieux ustensiles de cuisine abîmés : casseroles, assiettes, bols, gobelets, cuillères,  fourchettes, couteaux …

On y a rajouté une vieille cuisinière en jouet, un tractopelle … Mais tout cela se modifiera selon les envies ou les trouvailles ! Ils peuvent aussi aller chercher de l’eau au récupérateur d’eau de pluie qui se trouve un peu plus loin.

Et puis tous les éléments naturels qu’ils peuvent trouver autour d’eux : des fleurs, des pâquerettes, des cailloux … On observe en passant les vers de terre et les insectes bien sûr.

Pour la tenue, bottes obligatoires ! Pour aujourd’hui, vieux habits mais j’ai commandé des salopettes imperméables, on verra ce que ça donne !

Hier, le plaisir de la découverte était vraiment dans la patouille au sens le plus pur du terme !!! Mélanger des herbes avec de la boue, y enfoncer toutes sortes de choses …

Ouais … Avoir les mains pleines de boue, se salir en toute impunité et avec une grande jubilation !

Faire des pâtés, des traces de main, couper la terre …

Voilà un espace qui va faire naître de longs moments de plaisir et de découverte à l’extérieur et où l’imagination et les jeux libres seront maîtres ! De la terre, de l’eau, des bouts de bois, des cailloux, des herbes, des récipients, les meilleurs jouets pour les enfants !!!

Et pour finir, une chanson pas tout à fait politiquement correcte mais qu’on adore et qu’on a eue dans la tête toute la journée : la pâte à patouille du roi des papas !

(Ages au moment de l’activité : Firmin, 5 ans ; Noé, 8 ans)

Pour découvrir d’autres activités « nature », cliquez ici.

Anthony Browne et les poupées-tracas

Ici, on adore les merveilleux livres d’Anthony Browne, pleins de tendresse, d’humour, de poésie et de sensibilité ! Des chefs d’oeuvre ! Je vous ai déjà présenté dans le blog ( mais il y a bien longtemps maintenant !) Une histoire à quatre voix, les tableaux de Marcel ainsi qu’une autre histoire.Et voilà qu’à l’école, Firmin a travaillé sur l’album « Billy se bile » qui nous parle d’un petit garçon très sensible et à la grande imagination qui se fait beaucoup de soucis pour tout au point que cela lui fait perdre le sommeil. Mais sa grand mère a une idée pour son petit Billy.

Elle lui fabrique, selon une tradition venant du Guatemala, une « poupée-tracas » à qui il va pouvoir confier ses angoisses. Il met ensuite la poupée sous son oreiller et peut dormir tranquillement, la poupée le délivrant de ses soucis.

Firmin, à l’école, a donc fabriqué une jolie poupée tracas !

Et le soir venu, il lui a confié ses petits tracas de la journée !

Encore un merveilleux livre d’Anthony Browne, donc, avec en plus des allusions artistiques au surréalisme et notamment à l’oeuvre de Magritte !

On peut y voir aussi un tableau typique du romantisme allemand de C.D. Friedrich symbolisant tout le trouble et l’inquiétude du petit garçon.

 

 

 

 

 

 

 

 

Plusieurs niveaux de lecture donc, comme toujours chez cet auteur d’une grande richesse.

Age au moment de l’activité : Firmin, 5 ans et 3 mois.

Pour découvrir d’autres livres que nous aimons, cliquez ici