Archives du mot-clé Freinet

Apprendre, c’est naturel

Pourquoi apprendre peut-il parfois apparaître comme si compliqué ?

Pourtant, apprendre, c’est ce qu’il y a de plus naturel au monde, c’est un besoin naturel, apprendre, c’est la vie même. Et vivre, c’est apprendre. Dès la naissance, l’enfant apprend : il apprend à respirer, à se nourrir, à babiller, à parler, à se déplacer à quatre pattes puis à marcher, à entrer en contact avec l’autre … 

petit Firmin qui explore son environnement proche et apprend à garder son équilibre en marchant sur des galets.

Maria Montessori crée à ce sujet le concept « d’esprit absorbant de l’enfant ». L’enfant n’a jamais eu besoin de leçons pour découvrir tout cela. Il apprend seul, par imprégnation, sans faire d’effort particulier. Rien ne peut l’empêcher d’absorber tout cela de manière inconsciente, et ce que les notions soient complexes ou non. C’est pourquoi l’environnement dans lequel évolue l’enfant est si important.

Noé qui observe un insecte trouvé mort puis va le dessiner.

Les neurosciences modernes rejoignent sa théorie en parlant de « plasticité cérébrale » pour expliquer que notre cerveau est capable d’ajuster ses connexions neuronales en fonction de notre environnement. Des milliards de connexions se font, se défont ou se renforcent, selon qu’elles seront beaucoup utilisées ou pas. Mais le cerveau a besoin d’une alternance entre exercices et repos.

Ainsi, nous serons des apprenants toute notre vie, et ce besoin d’apprendre est très fort, physiologique, vital. Chaque individu, comme le proclament les enseignants de la pédagogie Reggio, est plein de richesses, avec une multitude de potentialités, naturellement doué. Chacun a ses propres ressources. Il est donc important de favoriser tous ces possibles en encourageant l’enfant à explorer de nombreux domaines sans séparer les apprentissages de la vie même ! 

On apprend en vivant : en construisant, en peignant, en photographiant, en jouant de la musique, en faisant des expériences seul ou avec les autres … LEs enfants peuvent explorer 100 langages différents comme est dit dans la pédagogie Reggio

Pour préparer notre « grand guide des pédagogies alternatives », j’avais lu beaucoup d’ouvrages de/sur tous ces pédagogues inspirants : Freinet, Montessori, Decroly, Loris Malaguzzi, Friedrich Froebel … et bien d’autres. J’avais pris bien sûr énormément de notes sur leurs idées, leurs pédagogies, leurs façons d’aborder l’apprentissage. 

Noé passionné depuis tout petit par la géographie fasciné par le globe Montessori

Toutes ces notes m’ont servi à présenter ces grands pédagogues dans le grand guide, puis dans les trois autres petits guides.

            Et puis, il m’est apparu évident que ces idées des uns ou des autres se regroupaient, des grandes lignes au sujet des apprentissages se dessinaient, ces pédagogues allaient dans le même sens, ou se complétaient, ou bien exploraient des aspects différents, parfois contradictoires les uns avec les autres mais tout ce foisonnement d’idées était d’une grande richesse. 

Alors j’ai repris mes notes, j’ai attrapé une feuille, j’ai écrit « apprendre » au centre et j’ai commencé à noter toutes ces idées sous forme d’arbre. La feuille bien sûr n’était pas assez grande, j’en ai scotché une autre, puis une autre … Une arborescence passionnante apparaissait, et même plus qu’une arborescence, une représentation neuronale. Parce qu’apprendre, c’est bien sûr une multitude de choses ! Et ce sont tous ces chemins que j’ai envie d’approfondir. Bien sûr, certaines notions pourront nous paraître évidentes, mais c’est important je trouve de les poser toutes, en lien les unes avec les autres. 

            Apprendre à apprendre avec ces grands pédagogues, en découvrant leurs idées mais aussi avec des pistes concrètes, pratiques d’activités.

Ca vous tente d’explorer tout ça avec moi ? 

Si vous voulez retrouver tous les articles sur ce projet, ce sera là : apprendre à apprendre avec les pédagogies alternatives

Mots en couleur et chasse aux mots !

Et oui, c’est la rentrée, les devoirs d’école reprennent et Noé a sa liste de mots hebdomadaire à savoir écrire ! Alors, nous ressortons la botte secrète qui avait bien fonctionné l’année dernière et reprenons nos feutres !Ils ont en amont déjà bien travaillé sur ces mots à l’école mais nous y mettons notre touche colorée !

Première étape, Noé me dicte les mots en verbalisant les difficultés de chacun et en y associant la couleur que l’on a définie ensemble peu à peu l’année dernière. Ainsi il va me dire pour écrire des coquillages : des il y a un s vert parce que c’est le pluriel, co, c’est facile à écrire donc en noir, le qu, on le met en jaune, les deux l sur « ill » en rose parce que ce sont des lettres doubles, le g en orange parce que ce n’est pas j, le e muet en bleu et on retrouve le s du pluriel toujours en vert. Donc, déjà, le fait que l’enfant décortique lui-même le mot et ce qui lui parait difficile, qu’il le fait verbalement, ça lui permet d’analyser le mot et de faire marcher sa mémoire auditive. Puis les couleurs, toujours le même code, vont bien sûr aller titiller sa mémoire visuelle. On affiche la liste à un endroit devant lequel il passe souvent (chez nous en bas de l’escalier !) et il y jette un oeil de temps en temps pendant la semaine, je lui suggère s’il n’y pense pas.

Parfois, c’est lui même qui fait ce travail et qui écrit mais je reste là de toute façon pour qu’il verbalise bien à haute voix ce qu’il fait. Je pense que c’est difficile de savoir exactement si notre enfant est plus visuel, auditif ou kinesthésique (apprendre par le mouvement) comme nous l’explique Antoine de la Garanderie alors il vaut mieux mettre toutes les chances de son côté en utilisant à la fois ces différentes possibilités !

Puis je lui dicte les mots une première fois, il dit à haute voix les remarques que nous nous sommes faites précédemment et s’il fait une erreur, je lui indique immédiatement (pas à la fin de la dictée) , on corrige tout de suite pour ne pas se mettre une mauvaise orthographe dans la tête … Et on prendra ensuite cinq minutes de temps en temps dans la semaine pour réécrire les mots car notre mémoire fonctionne beaucoup par la répétition, et si on la remobilise pour la même chose, cela s’ancre plus durablement (en principe !) . Nous profitons également des trajets en voiture (oui, à la campagne, pour aller aux activités, c’est tout de suite un peu loin !) pour essayer de se remémorer la liste de mots et Noé essaie de les épeler (mémoire auditive encore).  L’enfant peut aussi s’amuser à inventer une histoire rigolote avec ces mots (tous ou quelques uns) en étant bien sûr tout particulièrement attentifs à leur orthographe.

Je voulais en profiter pour vous parler de la chasse aux mots dans la pédagogie Freinet ! En effet, pour Noé, ce sont des listes de mots fixées à l’avance qu’il a à apprendre mais Freinet fonctionnait un peu différemment. Au fil des projets, des exposés des enfants, des intérêts du moment, certains thèmes  émergeaient. Ainsi, si plusieurs enfants ont parlé de leurs animaux, si l’un a fait un exposé sur son chat, le maître peut proposer de réaliser une chasse aux mots sur les animaux par exemple: tous les enfants vont reprendre des textes écrits ou lus en classe, ils vont farfouiller dans les livres de la bibliothèque, dans une lettre d’un correspondant … et vont essayer de trouver le plus de noms d’animaux possible. Une véritable chasse au trésor très ludique et enthousiasmante ! Pourront ensuite s’en suivre plusieurs possibilités de travaux ou d’analyses : on pourra classer les mots de façon scientifique (les oiseaux, les mammifères, les insectes …) et travailler sur ce domaine, ou faire des listes des animaux que l’on préfère, ou les classer selon leur lieu de vie … Mais on pourra aussi réfléchir sur leur orthographe et les classer selon certaines caractéristiques (oh abeille, papillon, grenouille, il y a deux  l, on entend « ill » mais dans sauterelle il y a deux l aussi, on n’entend pas le même son, pourquoi …) et de ces discussions et observations pourront naître des « règles » crées ensemble qui trouveront place dans le classeur avec d’autres règles observées précédemment. Ces règles pourront être complétées ultérieurement à l’issue d’autres observations.

Mais ces chasses aux mots ne sont pas uniquement thématiques. Si on garde l’idée du « deux l », les enfants pourront partir à la chasse aux mots qui ont deux l pour avoir de longues listes ce qui permettra de mieux en tirer des lois générales. Cela pourra aussi être une chasse aux mots de la même famille qu’un mot générique. Si on travaille la terre (argile par exemple), on pourra à un moment donné partir à la chasse aux mots de la même famille que terre : enterrer, terrestre, terreux, souterrain … Terrible aussi ? Un petit coup d’oeil du coup côté de l’étymologie ! Est ce qu’on retrouve l’idée de la terre ? Cela peut aussi être une chasse aux synonymes si les enfants, en analysant le texte d’un camarade pendant le « toilettage de textes » comme on fait chez Freinet, ont remarqué que le mot « dit » revenait tout le temps. Et les enfants souligneront peut-être que c’est aussi une difficulté pour eux ! Alors chasse aux mots dans les texte : s’exclame, déclare, répond, chuchote … Et là aussi tout un travail de tri, de classement selon le sens de ces mots peut être effectué.

Chez Freinet, on aime lier coopération, recherche, centres d’intérêt, plaisir, créativité , bref , des enfants actifs et vivants !

(Age au moment de l’activité : Noé, 7 ans et demi)

Pour découvrir d’autres activités autour de l’écrit, cliquez ici

Pour découvrir d’autres articles sur les pédagogies alternatives (Freinet et les autres), cliquez là.

Et pour découvrir d’autres activités en lien avec les pédagogies alternatives autour de la lecture, écriture, vocabulaire, orthographe ou grammaire, vous pouvez vous procurer « Lire et écrire, apprendre avec les pédagogies alternatives » !  Et bien sûr le grand guide pour mieux connaître les pédagogies alternatives.

Vous trouverez d’autres idées d’activités inspirées par les pédagogies alternatives dans mes autres livres écrits avec Madeleine Deny :  compter et calculer apprendre avec les pédagogies alternatives et  mes tout premiers apprentissages avec les pédagogies alternatives !

 

Expérience radiophonique !

Hier, grande première pour moi ! Je me suis rendue avec Madeleine Deny à RFI, Radio France Internationale,  pour participer à l’émission 7 milliards de voisins, présentée par Emmanuelle Bastide. Le sujet de l’émission était la lecture et l’écriture puisqu’aujourd’hui est célébrée la journée internationale de l’alphabétisation.

Nous avons attendu quelques instants derrière la porte du studio, juste le temps de stresser un peu !

Et puis c’était parti pour une émission de 50 minutes, pour répondre aux questions de la journaliste et des auditeurs. On essaie de parler pédagogies alternatives, d’aborder Freinet, Steiner, Montessori … de donner des exemples concrets d’activités, d’insister sur la manipulation, l’approche sensorielle, l’enfant actif, le plaisir, l’importance de donner du sens à la lecture, la nécessité d’éviter toute pression dans l’apprentissage de la lecture et de l’écriture, d’observer son enfant et de suivre ses intérêts …

On a sûrement oublié des choses importantes mais on a fait au mieux !

Voici un extrait de l’émission où je parle du jeu des messages que l’on retrouve chez Maria Montessori. J’en avais déjà parlé dans le blog dans l’article « messages secrets »

Voilà ! Vous pouvez découvrir l’intégralité de l’émission en cliquant sur ce lien ! 

Et bien sûr, vous pouvez vous procurer « lire et écrire, apprendre avec les pédagogies alternatives »  ainsi que « le grand guide des pédagogies alternatives » dans toutes les bonnes librairies !

Pour découvrir d’autres articles au sujet des pédagogies alternatives, cliquez ici

Pour découvrir d’autres articles sur l’apprentissage de la lecture, cliquez là 

Vous trouverez d’autres idées d’activités inspirées par les pédagogies alternatives dans mes autres livres écrits avec Madeleine Deny : compter et calculer apprendre avec les pédagogies alternatives et  mes tout premiers apprentissages avec les pédagogies alternatives !

Lire et écrire : apprendre avec les pédagogies alternatives

Et voilà ! J’ai reçu mes exemplaires de « Lire et écrire » ! En librairie dès les 21 (ce qui fait jeudi prochain !!) mais précommandable dès maintenant sur internet.

Je vais donc pouvoir le feuilleter avec vous pour vous le présenter un peu !!!

Notre objectif avec ce livre était d’aller voir ce qu’un certain nombre de pédagogues pouvaient avoir à nous dire dans plusieurs domaines d’apprentissage. Nous avons tout naturellement commencé par l’apprentissage de la lecture et de l’écriture en étudiant une vingtaine de personnalités connues et d’autres moins connues, mais toutes avec des pistes intéressantes et variées : Froebel, Grosselin, Seguin,  Kergomard, Mason, Steiner, Montessori, Decroly, Claparède, Freinet, Tortel, Borel-Maisonny, Ashton-Warner, Gattegno, Malaguzzi (Reggio), Rodari, la Garanderie, Freire, Holt … et même dans l’Antiquité avec Quintilien !

Ce qui nous a plu, ce sont toutes ces propositions d’apprentissage actif où l’on apprend à lire en jouant, en dansant, en touchant, en dessinant, en écoutant, en chantant, en bougeant, en utilisant les gestes ou les couleurs, en échangeant avec les autres, en prenant en compte la personnalité et l’affectivité de l’enfant… Nous n’avons pas voulu rentrer dans des querelles de méthodes, étant persuadées que chaque enfant est différent et que ces approches multiples se complétaient. L’essentiel est bien d’être dans la joie d’apprendre, de découvrir, d’inventer et de s’amuser !

Chaque double page aborde ainsi un aspect de la lecture autour d’un ou plusieurs pédagogues. Sur la page de gauche, il s’agit de voir ce que ces pédagogues en ont dit et ce qu’ils pouvaient avec les enfants sur ce sujet et sur la page de droite, on retrouve des activités très concrètes et simples à mettre en place.

A la fin de chaque chapitre, nous échangeons avec Madeleine sur les différents points énoncés précédemment, donnant des exemples vécus en famille ou avec d’autres enfants (vous reconnaissez peut-être Noé et Firmin sur les photos 😉 )

A la fin de l’ouvrage, on retrouve tous les pédagogues dont on a parlé dans le livre avec pour chacun une biographie et ses grandes idées, ainsi que les pages où l’on peut les découvrir.

Dans la lignée du grand guide des pédagogies alternatives, voici donc une nouvelle collection qui commence !

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Apprendre avec les pédagogies alternatives : une nouvelle collection !!!

Oui ! Il s’agit bien d’une nouvelle collection qui commence !

Après le grand guide des pédagogies alternatives qui apparemment vous plaît beaucoup, nous avons écrit avec ma co-autrice Madeleine Deny deux nouveaux petits guides :

Lire et écrire , apprendre avec les pédagogies alternatives

Compter et calculer, apprendre avec les pédagogies alternatives.

En restant dans la lignée du grand guide, nous sommes allées voir dans de nombreuses pédagogies (Montessori bien sûr, mais aussi Freinet, Decroly, Reggio, Steiner, John Holt et bien d’autres) ce qui était proposé pour ces divers apprentissages. Vous y verrez donc à la fois des aspects théoriques assortis de multiples activités très concrètes pour accompagner les enfants dans leurs découvertes ! Et puis vous retrouverez des dialogues entre Madeleine et moi qui permettent d’aborder d’autres points et de partager nos expériences !

La bonne nouvelle, c’est que « Lire et écrire » sort très très bientôt, dans une dizaine de jours à peine !

Alors n’hésitez pas à le commander chez votre libraire préféré ( vive les librairies indépendantes !) mais si vous préférez, vous pouvez précommander « Lire et écrire » par exemple en cliquant ici !

« Compter et calculer » le suivra de près et vous pourrez l’avoir courant juillet ( à précommander par exemple en cliquant ici ).

Et puis bien sûr, si vous n’avez pas encore lu le grand guide des pédagogies alternatives (ou si vous souhaitez l’offrir !), cliquez là !

J’ai hâte de les avoir dans les mains et de pouvoir échanger avec vous à leurs sujets !

Un nouveau rendez-vous : la vidéo alternative du samedi . #1 : Freinet

Allez, et si on disait que j’inaugurais un nouveau rendez-vous sur le blog !

Je vous propose tous les samedis une vidéo au sujet d’une pédagogie alternative, ca vous dit ?
Pour commencer, installez-vous confortablement pour voir le film de Jean Paul le Chanois tourné en 1949, l’école buissonnière avec Bernard Blier dans le rôle de Célestin Freinet !

Alors, l’histoire en elle même est romancée , notamment la fin , mais cette histoire de cabale contre freinet est bien réelle et surtout la façon dont travaillent les enfants est fidèle à la réalité puisque Freinet lui même était présent au moment du tournage et donnait son avis et que les petits figurants sont des élèves de Freinet !
Bon visionnage !

Pour voir toutes les vidéos alternatives du samedi, cliquez ici

Pour voir les articles du blog traitant de Célestin Freinet ou d’autres pédagogies alternatives, cliquez-là !

Et bien sûr pour acheter le grand guide des pédagogies alternatives et tout savoir sur Freinet, Steiner, Reggio et les autres, cliquez là !

Vous trouverez d’autres idées d’activités inspirées par les pédagogies alternatives dans mes autres livres écrits avec Madeleine Deny : lire et écrire apprendre avec les pédagogies alternatives, compter et calculer apprendre avec les pédagogies alternatives et  mes tout premiers apprentissages avec les pédagogies alternatives !