Archives mensuelles : avril 2018

Take it easy

Je voulais vous présenter ce jeu, Take it easy, auquel on a joué intensément avec mon chéri du temps où on n’avait pas encore d’enfants, et puis il a mystérieusement disparu …  ( le jeu, pas mon chéri !!!) On a du l’oublier à droite ou à gauche ! Bref, en discutant d’un jeu auquel on pourrait jouer à deux, on s’est fait une séquence souvenir et , achat compulsif, on a retrouvé et commandé notre take it easy !!!

Et il est parfait pour jouer à deux, mais tout aussi parfait à plusieurs, jusqu’à 6 joueurs ! On peut également faire une petite partie en solitaire sans problème !

Donc, le principe : chacun a un petit carton vierge avec des cases hexagonales ressemblant à des alvéoles d’abeilles je trouve, ainsi que des petites pièces de même forme aves 3 lignes colorées et des chiffres ( chaque couleur correspondant à un chiffre). Et, bien sûr, on essaye de placer les pièces de façon à former des lignes colorées.

Ce qui est intéressant, c’est que nous jouons tous en même temps avec les mêmes pièces. Comment cela fonctionne ? Et bien un joueur a ses pièces à l’envers devant lui et en pioche une au hasard. Il énonce pour les autres les chiffres ( par exemple il a la pièce 5, 7, 4). Les autres , eux, ont leurs pièces face visible devant eux et prennent la même pièce (la 5,7, 4). Vous me suivez ? Puis chacun pose sa pièce sur son carton en même temps. Au début, tout va bien, puis plus ça va, plus on risque d’être bloqué !

Parfois, on n’a pas d’autre choix que de former des lignes de différentes couleurs. Par exemple, dans la photo ci-dessous, il y a une ligne avec des 5 et des 1. Quand tous les cartons sont remplis, on compte les points. Seules les lignes d’une seule couleur peuvent rapporter des points. Donc ma ligne 1-5-1-5 ne rapporte rien, ni ma ligne jaune de 9 puisqu’il y a un 5 en bas. Une ligne avec quatre 6 rapporte donc 4×6 = 24 points. Vous avez compris qu’on a donc tout intérêt à privilégier les longues lignes pour les gros chiffres ! Une ligne de cinq 9, 45 points, mais de cinq 1, 5 points … Ca rapporte moins !

C’est un jeu intéressant pour tous les âges ! Les grands et les adultes y trouvent sans problème leur compte !

Et les plus jeunes comme Noé qui a 7 ans aussi, avec un peu d’aide de papa pour la première partie !

Et c’est un très bon jeu si votre enfant est en plein dans les tables de multiplication !!! Une ligne de quatre 7, 4×7 c’est combien déjà ?

Firmin, lui, a joué en même temps que nous avec ses pièces, mais avec un objectif différent ! Il choisissait les pièces qu’il voulait et essayait de faire des lignes ! Pas simple de regarder toutes les lignes en même temps !

Bref, un super petit jeu de stratégie pour tous les âges, très vite expliqué et aux parties courtes ! Ce qui est super, c’est que nous partons tous avec les mêmes pièces dans le même ordre, donc pas de hasard ! Enfin si un peu quand même, car une fois qu’on a disposé pas mal de pièces, le tirage peut convenir aux uns et pas aux autres ! Et puis en plus, on peut faire un peu de math !

(Ages au moment de l’activité : Rémi, 17 ans et demi ; Lison, 13 ans ; Noé, 7 ans et 4 mois Firmin, 4 ans et 4 mois )

Pour découvrir les autres jeux de société dont on a parlé dans le blog, cliquez ici ! 

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

Archi-blocs

Je m’aperçois que je n’ai pas fait l’article que j’avais en tête depuis longtemps sur ces archi-blocs ! (et je précise, c’est pas sponsorisé, c’est le parrain de Firmin qui lui a offert ! )

De quoi s’agit-il ? D’un ensemble de blocs en carton de formes variées :

Sur chaque face, un décor différent : couleur unie, motifs géométriques colorés ou en noir et blanc, animaux, éléments architecturaux…

On peut regarder le motif de face comme cette tête de chien ou de côté pour voir dans l’angle les deux bottes d’un futur personnage.

Le tout est fourni avec un petit livret et quelques idées de modèles.

Noé et Firmin se sont donc bien sûr amusés dans un premier temps à reproduire les différents modèles du livret ! Ici, une fusée.

Mais ce qui est très sympa , c’est que sous le modèle, se trouvent des petites idées pour aller plus loin, pour transformer l’objet … Comme poursuivre la construction du pont par exemple.

Mais bien sûr, place à l’imagination ! Ce rond là peut être oeil, hublot ou lucarne.

L’enfant peut construire toutes sortes de châteaux, personnages, véhicules et se raconter des histoires !

Tout à l’heure, alors qu’il était en pleine construction d’un village avec toutes sortes de jeux, il est allé chercher la boîte d’archi-blocs …

… et hop ! Deux maisons de plus dans sa ville !

Il a utilisé en plus des archi-blocs le grand arc-en-ciel, des kaplas, un peu de Spielgaben qu’on ne voit pas sur la photo et la ville Caroch (contraction de carton et scotch ) fabriquée avec ses frères et soeur. Mais attention, si vous regardez bien, un tigre rode …

En avant les histoires ! (euh … non c’est le slogan d’un autre jeu, ça ! )

Age au moment de l’activité : Firmin, 4 ans et 4 mois

Pour découvrir d’autres jeux de construction, cliquez ici !

EnregistrerEnregistrer

Pastels en famille !

J’aime beaucoup quand nous nous mettons en famille à faire des dessins libres !

Ce jour là, c’était pastels à l’huile aux si belles couleurs vives ! Un champ de coquelicots pour Lison, un plan bien sûr pour Noé !

Et un grimoire pour Baptiste !

Un beau moment calme et créatif !

Dessiner ensemble, cela encourage chacun à produire quelque chose, on est dans une ambiance de création, parfois un élément du dessin de l’un peut donner des idées à l’autre mais il n’y a bien sûr aucune compétition ! On m’a dit que dessiner à côté de son enfant peut le complexer car il trouvera que son cheval par exemple est moins beau que le nôtre. Mais là, pas de comparaison, chacun est dans son petit projet, le plan de l’un n’a rien à voir avec les fleurs ou le livre des autres !

Et bien sûr, pour ces temps de dessin libre à plusieurs, on varie régulièrement l’outil ou le support ! Peinture, aquarelle, pastels secs … Peindre sur du bois, du papier alu

Si vous voulez découvrir d’autres techniques utilisées, cliquez ici !

(Age au moment de l’activité : Noé, 7 ans 3 mois ; Lison, 13 ans ; Baptiste, 15 ans et demi)

 

EnregistrerEnregistrer

Une cerise ou deux cerises ?

Aujourd’hui, je voulais vous présenter un loto mis au point par le pédagogue belge Ovide Decroly (contemporain de Maria Montessori) pour l’approche de la numération. (je vous avais déjà proposé un loto Decroly sur les couleurs et l’observation)

C’est un loto que j’ai utilisé non pas avec mes enfants cette fois-ci, mais avec une personne avec un handicap mental. Mais ça convient évidemment très bien pour des petits !

Decroly explique que l’enfant passe par différents stades pour acquérir la notion de nombre : notion de présence ou d’absence, faculté de discrimination et d’identification, notion de pluralité et d’unité, notion de deux. Auparavant, les enfants ont réalisé toutes sortes de jeux de classement et de tris : mettre ensemble des objets identiques ( comme trier différents types de graines par exemple), ou trier par couleurs, par formes… Jouer à des lotos ou il faut placer l’image identique sur le carton (loto des animaux, des véhicules …)

Ici, il s’agit encore d’un loto, loto des fruits, mais la nuance est que dans certaines cases, il y a le même fruit mais en quantités différentes : 1 ou 2.

( vous pouvez imprimer deux fois cette image, une qui servira de carton, et l’autre que vous découperez en images, plastifiées, à placer sur le carton).

L’enfant est donc amené à reconnaître la quantité globalement, il « voit » que une cerise et deux cerises, c’est différent, même s’il n’est pas encore capable de les dénombrer réellement.

J’ai ensuite continué l’activité en associant les cartes avec deux objets avec deux doigts levés, et les cartes avec un objet  avec le pouce levé.

On a ensuite posé des petits pions sur les fruits en les comptant.

Et de la même façon sur les deux doigts de la main.

Puis nous avons retourné les cartes fruits en plaçant les pions qui étaient sur chacune d’elle sur l’autre face du carton, afin d’essayer d’avoir une vision un peu plus abstraite du nombre. On comparait alors avec les deux points noirs du dé que nous avions déjà utilisé.

J’ai ensuite réalisé un autre loto sur le même principe avec des animaux représentés une, deux ou trois fois. C’est nettement plus difficile car dans le loto des fruits, on était dans le cas : il y en a 1 ou plusieurs. Et ici, différencier le 2 et le 3 est alors plus compliqué. Decroly proposait des lotos de ce genre avec des images de petits objets du type allumettes, boutons, vis, plumes… qui étaient représentés de 1 à 5 fois.

Nous avons aussi réalisé l’activité que Decroly propose ensuite : les boutons. Ici, les objets sont tous identiques, il n’y a que des boutons, seule la quantité change . J’ai coupé 18 ficelles : six portant un bouton, six, deux boutons et les six derniers, 3 boutons. La personne devait trier les groupes de boutons en les plaçant dans 3 boîtes : la boîte avec une image de 1 bouton, l’autre de 2 boutons et la troisième de 3 boutons. Decroly propose d’arriver progressivement à classer des groupes de 6 boutons.

J’ai proposé ensuite une version plus simple en collant des boutons sur des bandelettes de cartons par 1, 2 ou 3, toujours à placer dans les boîtes correspondantes, ce qui était plus facile à visualiser.

Et puis nous avons fait toutes sortes d’activités autour du 1 et du 2 : placer un point par rond … ( ici nous utilisons le Spielgaben)

pareil mais les ronds formant un chemin !

Deux boules par case ( moules à muffins …)

Et après avoir placé les boules, on a mis deux gommettes dans chaque rond.

Deux points par ronds …

(qui se sont transformés en deux yeux d’une tête rigolarde, mais ça je vous l’avais déjà montré )

Aligner deux points jaunes, deux bleus, deux verts … en changeant de couleur à chaque fois.

Associer deux triangles … pour faire un carré !

Et donner deux « gâteaux » chacun à nos bonhommes (pour simplifier, d’abord un vert chacun, puis un noir. 1 et 1, ça fait 2)

… des tours de 2 cubes

… enfiler 2 perles

Ici, je lui faisais mes « commandes ». Des cercles colorés délimités par des cordelettes étaient sur la table. Je lui demandais : je voudrais un jaune ici, ici deux rouges … Comme ça en plus on révisait les couleurs !

On a également joué avec un dé sur les faces duquel il y avait soit un point, soit deux points, soit rien. On lançait le dé et l’on mettait dans les cases le nombre de pions nécessaires.

De la même façon, on peut réaliser une petite course ! Chacun son chemin, on lance le dé et l’on avance du bon nombre de cases (0, 1 ou 2) et on essaye d’arriver le premier!

On a également utilisé les boites à compter Nathan (ces jeux éducatifs Nathan ont d’ailleurs été crées à l’époque d’après les jeux Decroly). On doit placer dans les cases la même chose que ce qu’il y a de dessiné sur les bandes : 1 tigre, deux pingouins …On reste dans la reconnaissance visuelle.

J’ai utilisé ces boîtes pour faire une petite activité avec des duplos. Dans la première boîte, j’ai assemblé deux legos. Elle devait faire les mêmes assemblages dans la deuxième boîte. Mais il était un peu difficile de se repérer dans la boite, alors je lui montrais mon assemblage, elle faisait la même chose et on posé chacune nos deux duplos dans notre boîte.

Un peu plus abstrait, il s’agissait de réaliser en duplos le modèle dessiné.Là  encore, je dévoilais les modèles les uns après les autres

Puis on a fait l’inverse : colorier d’après les duplos assemblés …

 

Voilà, je continue à essayer de proposer des situations, des matériels variés pour ancrer cette notion !

Si vous voulez découvrir d’autres situations mathématiques, cliquez ici

Si vous voulez lire d’autres articles sur la pédagogie Decroly, cliquez là !

Et puis bien sûr, si vous voulez en savoir plus sur Ovide Decroly et bien d’autres pédagogues ( avec en plus plein d’activités) , n’hésitez pas à vous procurer le grand guide des pédagogies alternatives !!! ( ça faisait longtemps que je n’avais pas fait ma pub 😉 )

La communauté de la coquille !

La semaine dernière, nous sommes partis avec l’Arche ( association pour les personnes avec un handicap mental) , comme nous l’avions fait il y a un an et demi , sur les chemins de Compostelle. C’est en fait la cinquième fois que nous partons sur ce chemin en famille et avec l’Arche. Cette année, nous étions 126 partir : personnes avec un handicap, assistants, parents de personnes accueillies, bénévoles, administrateurs, enfants, bébés ou ados ! Nous étions par groupes de 9 personnes de tous âges, de différentes nationalités, avec handicap ou non …

Dans notre groupe, nous avions Firmin …

… et Noé ! Mais les grands étaient eux chacun dans un groupe différent.

Cette année, il s’agit pour nous de la dernière étape : Compostelle. Nous sommes des pèlerins un peu particuliers, comme vous le voyez, et notre périple l’est aussi puisque nous ne faisons à pied qu’une partie du trajet et le reste en véhicule, chaque groupe étant autonome et s’adaptant aux possibilités de chacun. Certains groupes marchent donc beaucoup plus que d’autres. Et cette année en Espagne, notre pélé a été différent des autres années car il est impossible en Espagne de réserver des gites, et étant donné la particularité et la taille de notre grand groupe, nous devions trouver une autre solution. Nous avons donc tous logé dans un monastère à une soixante de kilomètres de Compostelle et nous faisions chaque jour un bout du chemin, prenant le véhicule pour nous rendre à notre point de départ.

Nous voici donc partis vers Compostelle !

Nous avons marché dans les bois …

… dans les villes ou villages …

… au bord de l’océan …

…au bord de la route aussi !

Nous avons traversé un pont à pied qui nous conduisait du Portugal jusqu’à l’Espagne (nous suivions le chemin de Compostelle du Portugal)

On peut mettre un pied en Espagne et un pied au Portugal !

España !

Pour se repérer on suivait les coquilles …

… ou les flèches jaunes !

Euh … je crois que tu vas dans le mauvais sens Firmin !

On a couru après les pigeons!

On a grimpé sur les rochers …

…ou marché sur le sable de la plage.

On a rêvé fasciné devant le mouvement des vagues …

Et on a ramassé des coquillages bien sûr ! Bon, pas de coquilles Saint Jacques !

On a eu de la pluie … Beaucoup de pluie …

Mais ça ne nous a pas empêchés de marcher !

Mais bon, des fois on en avait un peu marre de cette pluie …

Mais grâce à la pluie , on était tout content de jouer avec l’eau qui ruisselait au bord des routes ! Faire voguer une feuille-bateau, imaginer des fleuves, des marécages, des forêts vierges …

Même pas peur!

Et on a marché , encore, sur des chemins …

… sur des murets …

On a monté des escaliers…

On a couru sur des pavés …

Et puis, quand on était un peu fatigué, il y avait des mains secourables qui redonnent du courage !

On a aussi fait des rencontres !

On a même admiré un camion de pompier ancien modèle dans la vitrine d’un musée !

Quand on traversait une ville, on ne manquait pas de faire une pause dans les aires de jeux !

grimper …

Grands et petits ! Et ça rigolait !!!

Sa faire pousser sur la balançoire ! Ca décoiffe !

On peut même y pique niquer !

On a vu de nombreux greniers, des « horreos »…

On a admiré des églises, dont celle-ci en ruines, magnifique !

Et puis comme dit Firmin, le pélé, on marche, on joue,

… on s’amuse…

.. on discute …

… on rigole !

On fait des câlins ! (Là, ce n’est pas en Espagne, mais sur la route, à Lourdes ! )

On a appris que les petits espagnols ne disent pas ouistiti avant une photo mais « patata !!!  » Et on a essayé d’apprendre à compter en espagnol grâce à l’assistante espagnole qui nous accompagnait !

Et puis le soir, comme on se retrouvait tous, on a fait des jeux de piste/chasses au trésor !

On a joué dans des pièces de théâtre …

… on a chanté !

Parfois on se mettait un peu au calme pour rêver !

On fait le clown !

On pose pour la photo !

… Et nous voilà arrivés à Compostelle !

On est très impressionné par le balancement de l’immense encensoir !

Et on pose tous devant la cathédrale de Saint Jacques de Compostelle ! Ca fait du monde, hein !!!

Ca, c’était mon pélé, mais Baptiste a vécu, forcément, un autre pélé et, devinez quoi … Gagné ! Il a tourné un film avec son groupe !

Je vous invite donc à voir « la Communauté de la Coquille », très librement inspiré du Seigneur des anneaux !!!

 

Voilà, une belle et riche aventure qui s’achève ! Ultreïa ! Mais l’Arche cherche déjà quelle sera notre prochaine destination !

(Ages au moment de la marche : Firmin, 4 ans et 4 mois ; Noé, 7 ans et 4 mois ; Lison, 13 ans et 2 mois et Baptiste 15 ans et 9 mois)

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer