Archives pour la catégorie Fabriquer, créer

Sauti, sautons !

Il y a quelques jours, j’ai vu sur Facebook une video d’un jeu dans une cour de récréation qui m’a bien plu !

Nous avons donc sorti nos grosses craies de trottoir et nous avons dessiné sur notre terrasse des parcours .

Une succession de ronds avec des flèches, tantôt dans un sens, tantôt dans un autre, tantôt un pied de chaque côté du rond. Parcours à effectuer le plus vite possible bien sûr !

Les enfants se sont pris au jeu, dessinant leur propre parcours, modifiant les symboles : si on ne met qu’une flèche, on saute à cloche pied, a décidé Noé.

Et puis les parcours, ce n’est pas forcément en ligne droite. Il voulait faire un escargot mais finalement ce fut un serpent. Firmin aussi a dessiné son petit parcours.

Adopté à l’unanimité ici. Leur soeur Lison en rentrant du collège a elle aussi testé le parcours !

Allez, une petite video pour les voir en action :

Ages au moment de l’activité : Firmin, 4 ans et 9 mois ; Noé, 7 ans et 9 mois ; Lison, 13 ans et demi

Pour découvrir d’autres activités où l’on bouge, cliquez ici ! 

Formes à dessin

Alors non, contrairement aux apparences, ce matériel Montessori n’est pas un outil de géométrie mais sert à préparer la main à écrire ! En pédagogie Montessori, les difficultés sont toujours isolées : l’enfant ne se concentre pas ici sur des lettres à écrire mais juste sur sa main, son crayon et le geste de tracer. Ce matériel est donc composé de  dix formes en métal, le cadre rose et la forme elle-même bleue avec un bouton de préhension. Je les avais pour les enfants placées dans un ordre aléatoire mais on peut les classer par ordre de difficulté. Voici les noms des formes, dans l’ordre de la photo : le disque, le quadrilobe (ou rosace), le triangle équilatéral, le carré, le trapèze, l’ellipse, l’ovale ( oui, l’ovale a, comme son étymologie l’indique, une forme d’oeuf ; à ne pas confondre donc avec l’ellipse !), le triangle curviligne, le rectangle et le pentagone. Dans la pédagogie Montessori, on nomme toujours précisément les objets à l’enfant, et il retient tout naturellement les termes à force des utiliser.

Alors oui, j’ai craqué, j’ai acheté les formes à dessin sur lesquelles je zieutais depuis un moment, mon petit gaucher n’étant pas un champion de l’écriture ni du graphisme en général, je me suis dis que ce pouvait être intéressant d’introduire ce matériel !

Voici donc l’utilisation « de base » : L’enfant va chercher une des formes. Il place d’abord le cadre rose, choisit un crayon de couleur puis fait le contour de la forme. Ces formes en métal sont grandes, lourdes par rapport à des pochoirs en plastique que l’on pourrait avoir et sont donc plus faciles à manipuler, plus stables.

Puis l’enfant prend la figure bleue, la place exactement sur sa première trace, choisit une autre couleur et en trace le contour. Le contrôle de l’erreur se fait par l’enfant en observant ses deux traces : si elles se superposent, c’est qu’il a été assez précis.

Puis l’enfant choisit une troisième couleur et trace des lignes verticales à l’intérieur de la forme. il peut aussi la colorier, ou la décorer d’autres motifs.

Noé, qui est plus grand, s’est aussi intéressé aux formes à dessin !

Il a pris le disque et après en avoir fait le contour, il l’a utilisé pour faire des motifs.

Il était très fier de sa création !

 

Il a alors cherché une autre façon d’utiliser son disque … Cette fois-ci en faisant plusieurs fois le contour entier du disque mais en décalant légèrement le disque.

Et en rajoutant une ellipse !

Il a ensuite superposé plusieurs fois le triangle curviligne en le tournant et a ensuite colorié les espaces délimités.

Je me suis prise au jeu également et me suis amusée avec le rectangle que j’ai reproduit plusieurs fois. Alors que je commençais à le colorier, Noé s’est écrié : « Oh ! on dirait du Mondrian ! » Et effectivement ! J’ai alors choisi des couleurs des tableaux de Mondrian (bleu, rouge, jaune, noir et blanc). Noé a ensuite voulu lui aussi faire un tableau de Mondrian !

Et j’ai aussi pris du plaisir avec la rosace à faire un champ de fleurs ! C’est toujours intéressant je trouve de faire les activités en famille car c’est motivant, on se donne des idées mutuellement, on voit d’autres possibilités avec le matériel, etc…

Mais, même si vous n’envisagez pas d’acheter ces formes à dessin Montessori (j’ai acheté les miennes chez Tangram Montessori) , vous pouvez vous inspirer de l’idée et prendre des formes d’un jeu, une boite de camembert, une boîte d’allumette, etc … et laisser l’enfant s’amuser à en tracer le contour et à faire toutes sortes de combinaisons et de compositions avec ces formes !

(Ages au moment de l’activité : Firmin, 4 ans et demi ; Noé, 7 ans et demi)

Nous parlons aussi des formes à dessin et d’autres activités pour préparer sa main à écrire dans « lire et écrire, apprendre avec les pédagogies alternatives. »

Et toujours « le grand guide des pédagogies alternatives » pour connaître les grands principes de la pédagogie Montesori, mais aussi Freinet, Reggio, Decroly … ainsi que des idées d’activités concrètes issues de ces pédagogies !

Pour voir d’autres articles sur la pédagogie Montessori, cliquez ici

Pour voir d’autres articles sur la lecture et l’écriture, cliquez ici

Pour voir d’autres activités artistiques, cliquez là. 

 

Faire un plan pour se souvenir …

C’est quoi ce bazar dans le salon ? Mais non, vous n’y connaissez rien, ce n’est pas du bazar … c’est une cabane construite avec soin et passion par Firmin ! Et oui, les projets cabanes reviennent régulièrement à la maison !

Avec des coins pour manger !

Chaises, tables, tabourets, couvertures, tapis, cartons, coussins et autres tissus … Tout y passe ! Et c’est très structuré dans la tête de Firmin ! « J’ai mis une grande couverture, comme ça ça fera un mur. Aussi, j’ai mis un rideau, c’est pour le rideau du spectacle. On passe sous la chaise blanche et c’est l’entrée. On rentre dans la cabane et on passe sous la grande table qui est sous la couverture.  » Bref, il était très fier de ses cabanes !

Mais, car il y a toujours des mais … Voilà que j’ai la mauvaise idée de lui demander de temps en temps de ranger ses cabanes … Drame ! Mais tu la referas une autre fois ! « Mais je m’en souviendrai paaaaas !  » Je lui ai alors proposé de dessiner sa cabane pour s’en souvenir …

Et voici donc le premier plan de Firmin ! Alors vous et moi on a du mal à s’y retrouver … Mais c’était très clair pour Firmin ! « Là c’est le grenier avec la table, là c’est les toilettes avec l’autre table et le bol …  » etc ! C’est très important d’apprendre à représenter du 3D en 2D, mais ce n’est pas facile ! Mais ici, ce n’est pas un simple exercice mais une nécessité profonde avec beaucoup d’affectif ! Et qui a une utilité :  le plan comme mémoire de ce qui a été fait.

Dans une école Reggio, il y avait eu à peu près le même processus. Quelques enfants avaient construit une tour dont ils étaient très fiers. Puis ils en avaient fait le plan, non pas ici pour s’en souvenir, mais pour que d’autres puissent faire la même tour qu’eux ! Il y a ici une idée de transmission par l’écrit, par le plan.

Je vous avais déjà parlé de l’amour de Noé pour les plans ! Des plans qu’il suit lors des sorties, des plans sortis de son imagination , des plans pour représenter des villes faites avec des jeux de construction, des plans qui au contraire servent à préparer une construction

Dessiner une tour que l’on a faite ou simplement des formes que l’on a disposées par terre, essayer de représenter avec des kaplas un monument célèbre dont on a la photo … De bonnes activités pour passer du volume au plan et inversement !

On vous parle aussi de ces sujets (et de bien d’autres !) dans notre livre compter et calculer !

Age au moment de l’activité : Firmin, 4 ans et demi

Faire soi même des cadeaux !

Les 18 ans de leur grand frère Rémi approchant, j’ai demandé à Noé et Firmin ce qu’ils voulaient lui offrir. Ils sont restés indécis quelques temps puis Noé s’est écrié : je vais faire de la peinture ! Et bien évidemment, Firmin lui aussi a voulu faire de la peinture. Il m’a demandé une grande feuille que j’ai posée par terre. Je lui ai demandé les couleurs qu’il voulait, j’ai sorti les pots demandés (merci le jeu de peindre, c’est très facile maintenant de sortir des pots de peinture ! tout est prêt ! ), un pinceau par couleur, un verre d’eau, et c’était parti !

Il m’a expliqué que c’était Rémi ! Et oui, un grand grand frère bien sûr ! Bien plus grand que la maison !

Noé, lui, avait une autre idée en tête … Il est allé dans notre coin à loose parts récemment rangé, en a sorti une pomme de pin, puis est allé chercher lui même son matériel, lui aussi dans la boîte à jeu de peindre !

Et il a commencé à peindre de toutes les couleurs cette pomme de pin ! Il se levait régulièrement pour aller chercher une autre couleur, piquait un pot ou un autre à son petit frère …

Ce qui a donné cette superbe pomme de pin multicolore faite avec beaucoup d’application et d’amour !

Et dimanche, nous avons donc fêté en famille les 18 ans du grand Rémi, avec deux gâteaux confectionnés par son frère Baptiste ! (très bons d’ailleurs !!!)

J’adore toujours autant le moment où les petits offrent les cadeaux qu’ils ont faits !!!

On lit une telle fierté dans leurs yeux !

Et un grand frère amusé et touché !

Noé tout aussi fier explique comment il a fait son cadeau !

Elle est belle cette pomme de pin !

Ages au moment de l’activité : Firmin, 4 ans et 8 mois ; Noé, 7 ans et 8 mois, Baptiste, 16 ans, Rémi, 18 ans !

Pour découvrir d’autres activités d’arts plastiques, cliquez ici

Découvrir les émotions dans l’art, la musique, le cinéma, la BD …

Je vous avais présenté il y a près de deux ans le superbe livre bien connu maintenant la couleur des émotions et les marionnettes qu’avait fabriquées la mamie des enfants. Firmin, qui est maintenant en Grande section, travaille sur ce livre avec sa maîtresse et a donc apporté ses marionnettes à l’école. La maîtresse a eu une excellente idée : elle a montré aux enfants plusieurs oeuvres d’art et les enfants ont discuté pour savoir quelle émotion on pouvait y trouver (en s’aidant des marionnettes). Ainsi, la Joconde était « sérénité » et le cri de Munch « peur » par exemple !

Comme j’ai raconté ceci sur ma page Facebook et que cela a eu l’air de vous intéresser, je reprends tout cela dans un article et je complète avec d’autres arts ! C’est parti donc !

Pour cette activité, il ne s’agit pas de dire à l’enfant : voici la peur voici la joie mais de montrer une oeuvre à l’enfant, de discuter avec lui de ce qu’il ressent, de l’associer à une marionnette en essayant d’expliquer pourquoi cette oeuvre représente la joie ou la peur. Et il n’y a pas de bonne réponse, ce que l’un pensera comme joie, l’autre trouvera peut-être que c’est la sérénité par exemple !

D’abord la peinture. Je commence par la peur.

Le cri de Munch

Le désespéré de Courbet

Un détail du sacrifice d’Isaac du Caravage

Pour la tristesse, une oeuvre de la période bleue de Picasso : Femme aux bras croisés

 

Vieil homme en pleurs de Van Gogh

Femme au mouchoir , encore de Picasso mais de la période cubiste

Pour la joie,  des nanas de Nikki de Saint Phalle

Un détail d’une oeuvre de Frans Hals : la joie du vin

et un dessin de Lebrun

Pour la sérénité, l’enfant au chat d’Auguste Renoir

La Joconde de Léonard de Vinci

Senecio de Paul Klee . (A moins que l’enfant le classe dans la joie !)

Pour la colère, un autre dessin de Lebrun

Et un masque japonais.

Mais on peut aussi proposer des oeuvres plus abstraites et la discussion sera intéressante sur les couleurs, le geste, les formes …

Une oeuvre d’Hartung évoquera peut être la colère

 

Cette composition de Kandinsky pour la joie

ou cette lithographie de Miro « l’air »

Ce détail de l’oeuvre « Bleu du Ciel » de Kandinsky peut aussi évoquer la joie ou la sérénité

Ce mobile de Calder aussi pour la sérénité

Sérénité toujours avec Honfleur de Nicolas de Staël … ou peut être une certaine tristesse

Tristesse aussi pour cette peinture surréaliste d’Yves Tanguy

Tristesse ou peur pour cette peinture de Soulages ?

Cette huile du peintre abstrait chinois Zao Wou Ki peut paraître inquiétante et évoquer la peur …

Une activité sympa à faire avec des enfants dans un musée : on peut leur demander de se promener dans les salles  et de choisir l’oeuvre la plus joyeuse, puis la plus effrayante, la plue triste, la plus « zen », la plus en colère … cela permet d’être actif pendant la visite, avec un but précis et de regarder les oeuvres d’un oeil aiguisé !

Mais on peut aussi aborder les émotions par le biais des musiques ! J’ai choisi ici des musiques plutôt classiques, mais pourquoi pas le faire avec des chansons par exemple ! Tout est possible. on peut proposer à l’enfant de bouger, danser comme il veut sur la musique avant de discuter pour savoir ce que l’on a ressenti et l’émotion qui se dégage.

Pour la joie : classic rag d’Eubie Blake, un ragtime.

joie toujours : Mendelssohn que l’on peut écouter à 0:58

Et joie enfin avec ce concerto de trompette de Haydn.

Ce prélude de Bach peut évoquer la sérénité …

sérénité aussi pour ce concerto flûte et harpe de Mozart à 11:10

Pour la tristesse, à 0:25, le thème de la liste de Schindler de Williams.

Pour la colère , le dies irae du requiem de Mozart

Le sacre du printemps de Stravinsky a une musique inquiétante qui peut évoquer la peur à 29:00

La montée en puissance de Peer Gynt de Grieg est aussi angoissante ! à 1:53

On peut faire écouter aux enfants plusieurs fois ces musiques, et mettre ensemble au point des gestes. Quand on entend une musique joyeuse, on sautille, quand la musique est triste, on avance doucement, tête baissée. Pour la colère, on met les mains sur les hanches et on avance de façon décidée et énergique  en fronçant les sourcils ! Et pour la peur on avance dans une direction, puis dans l’autre comme si on cherchait une sortie … on peut aussi mettre ses poings serrés sous son menton avec un air inquiet !

On peut aussi inventer une histoire avec des moments joyeux, des moments inquiétants, etc, et même en faire un petit spectacle muet sur fond de musiques évocatrices. Par exemple, un petit chaperon rouge qui cueille des fleurs sur une musique joyeuse … puis le loup qui arrive sur une musique effrayante, etc …

Mais on peut aussi regarder des extraits de films !

Pour la joie, « singing in the rain » (aller à 2:10 ) avec un Gene Kelly, le sourire jusqu’aux oreilles qui rayonne !

Pour la tristesse, pourquoi pas la scène déchirante où le kid et Charlot sont séparés … à regarder à partir de 3:15

Le visage terrifié du personnage qui voit le vampire Nosferatu pour la peur … à 0:54

LA colère de Gabin dans la traversée de Paris ! (On peut arrêter à 0:20 si on veut éviter le « salauds d’pauvres » de Gabin !)

Et les colères délirantes de De Funès !

Bon, pour le cinéma, j’ai séché sur la sérénité ! Si vous avez des idées, je prends !

On peut même inviter les personnages de BD, si expressifs !

colère

tristesse

sérénité

peur

joie !

Cela pourra inciter des séances de dessins de visages exprimant les émotions, ou encore découper des personnages de BD exprimant des émotions et les coller en faisant des petites saynètes rigolotes ( ou angoissantes ! ) et recréer une BD.

Mais encore bien des activités sont possibles ! On avait travaillé sur ce thème avec mes petits élèves il y a longtemps et nous avions fait des panneaux ! Nous nous étions d’abord amusés à mimer les émotions puis je les avais pris en photo.

Pour la colère, les enfants étaient dos à dos, sourcils froncés, bras croisés ou mains sur les hanches ! Et le fond avait été fait de papiers déchirés ou froissés.

Pour le panneau de la peur, au centre les enfants mimant la peur regroupés mais entourés des monstres qu’ils avaient dessinés !

Des enfants joyeux sur un fond coloré

Et des enfants tristes avec un fond fait de coulures de peintures …

Si vous avez des idées d’activités sur les émotions ou d’oeuvres de tout genres, n’hésitez pas à enrichir l’article par vos commentaires !

Pour découvrir d’autres activités sur la découverte de l’art , cliquez ici ! 

 

Activités créatives

Ces derniers jours ont été créatifs dans la famille, notamment sous l’impulsion de Baptiste

Il a sorti les pastels à l’huile pour réaliser un dessin autour des quatre éléments.

Puis il a proposé à ceux qui voulaient une petite séance familiale sur le thème : « s’envoler »

De jolies productions même si l’oiseau-ballon est resté inachevé

Et puis nous avons refait le tri et rangement de nos loose parts (en voilà une partie).

Ce qui bien sûr a renouvelé l’envie de les utiliser !

Sur miroir pour Firmin

Et construction  avec pistolet à colle pour Baptiste

Et puis, quand je suis revenue de courses, j’ai découvert ce drôle d’oiseau que Noé et Firmin avaient réalisé avec Baptiste ! Loose parts et peinture !

Baptiste a aussi sorti la cire à modeler, très utilisée en pédagogie Steiner.

Il a réalisé un beau bateau viking en pleine tempête !

Noé s’est alors installé près de lui pour fabriquer un coeur !

Nous avons également sur demande des enfants réalisé une petite séance de jeu de peindre en famille

On dispose nos 18 pots de peinture, les verres d’eau, les pinceaux et c’est parti !

On se laisse porter par la trace …

Nous nous sommes aussi amusés à créer nos costumes pour la fête du village puisque nous participons au défilé de chars, cette année sur le thème des événements de l’année ! Le nôtre, celui de l’association de l’Arche, représente les anniversaires.

Puisque le char sera un gros gâteau d’anniversaire, nous devenons donc cadeaux, bougies … Lison se fabrique un chignon avec des bougies d’anniversaire et des bracelets de ballons !

Une jolie fête !

(Ages au moments des activités : Firmin, 4 ans et 8 mois ; Noé 7 ans et 8 mois ; Lison 13 ans et demi, Baptiste 16 ans)

Pour découvrir d’autres activités artistiques ou bricolages, cliquez ici