Archives du mot-clé rivière

Une belle rencontre à la rivière

Ces jours-ci, il fait un temps superbe ! Le temps idéal pour aller faire un tour à la Galaure, notre rivière qui est à deux pas de chez nous. ( Je vous avais partagé le joli documentaire que Baptiste avait fait sur notre rivière).

Les enfants ont pris leur petit sac à trésors, c’est parti !

Quand soudain … maman, regarde !!! A deux pas de nous, se baladant tranquillement …

Un ragondin ! On l’a observé un très long moment entrer dans l’eau, nager, se diriger apparemment avec sa queue comme un gouvernail, faire une petite pause pour faire un brin de toilette, repartir en nageant beaucoup plus vite, … Un vrai régal ! Je vous laisse découvrir notre nouvel ami dans cette petite vidéo prise cet après midi !

Mais pendant cette balade, nous avons aussi bien évidemment fait des bateaux avec des bouts de bois, jeté des galets dans la rivière …

Ben oui, la pierre était grosse, ça éclabousse !

Nous avons joué dans les bans de sable … Eh, regardez ! Une trace ! Est-ce une trace de serpent se demande Noé ?

On opte plutôt pour un petit oiseau sautillant …

Un peu de land art ! Une montagne apparait …

Mais il y a aussi ces merveilleux galets de notre Galaure !

Regardez le mien !

De toutes les formes, de toutes les couleurs …

De quoi jouer, classer, observer …

Mais on observe aussi la nature qui se réveille … des pervenches, des arums …

Et ça, qu’est ce que c’est ?

On étrenne alors une nouvelle application conseillée par Papiluc : PlantNet.

Vous prenez une photo de la plante, du fruit, d’une feuille, d’une écorce, d’une fleur … Et l’application vous propose ce qui lui parait le plus probable, ainsi que quelques autres propositions. Il s’agit donc d’un noisetier !

Nous avons aussi appris que ces mini « pommes de pin » étaient les fruits de l’aulne (si je dis une bêtise, n’hésitez pas à me corriger en commentaire parce que je ne suis pas une bonne naturaliste …)

Nous avons aussi appris que non Noé, ce n’est pas une myrtille mais le fruit du lierre grimpant et que c’est hautement toxique !!!

Et voilà, on prend le chemin du retour tout en s’arrêtant encore régulièrement !

Au revoir notre belle Galaure, à bientôt !

Pour découvrir d’autres activités nature, cliquez ici ! 

Ages au moment de l’activité : Firmin, 5 ans, Noé, 8 ans. 

Après l’orage… : un joli jeu coopératif

Même si cela fait un bon moment que je n’ai pas publié, je ne vous ai pas oubliés ! Je vous présente aujourd’hui un très joli jeu coopératif que Noé et Firmin ont eu à Noël : Après l’orage …

C’est un jeu de plateau où les joueurs incarnent des bergers. L’orage a détruit la passerelle qui permet à leur troupeau de traverser la rivière et un petit mouton est coincé sur l’autre berge.

Il va donc falloir reconstruire le pont pour le faire traverser !

Pour cela, des pions en bois : un berger, une bergère, un mouton mais aussi un castor et un loup.

Les joueurs ont aussi des rondins de bois qui vont leur permettre de reconstruire le pont.

La case avec la scie nous permet de couper un tronçon et de le placer dans la réserve et la case avec le marteau de construire le pont en plaçant un rondin de bois pris dans la réserve.

 

Mais de multiples dangers guettent notre mouton ! si l’on ne construit pas assez vite le pont, il peut tomber dans la rivière et se noyer ! 

En plus, des castors viennent piquer des rondins de bois sur le pont et s’ils en volent trop, on ne pourra pas finir le pont …

Et bien sûr, le loup rode et veut dévorer le mouton …

Pour avancer sur le plateau, les joueurs ont un dé des couleurs qui indique sur quelle case ils vont tomber et donc quelle action ils vont faire.

C’est un jeu coopératif car il n’y a pas un pion par personne. Les joueurs ont à chaque fois le choix entre avancer le berger ou avancer la bergère, ce qui leur laisse un choix d’action. S’ils tombent sur un animal, ils avancent le pion concerné (le loup, le mouton ou le castor), s’ils tombent sur la scie ou le marteau, ils font l’action correspondante, la flèche les fait aller sur la case suivante, le marteau cassé indique que le pion tombé sur cette case ne peut pas jouer pendant un tour. Sur certaines cases, deux actions sont représentées et le joueur peut choisir celle qu’il va réaliser. Il y a également une case dé : dans ce cas, le joueur peut lancer le deuxième dé des couleurs et a alors le choix entre les couleurs des deux dés. Si un dé est rouge et l’autre vert, il pourra aller sur la case rouge ou sur la case verte. Lorsque les joueurs sont bien habitués au jeu, on peut choisir de placer toutes les cartes à l’envers et de ne la retourner que lorsqu’un pion tombe sur cette case, ce qui ajoute en difficulté et en suspense !

Tout le monde a vraiment beaucoup apprécié ce jeu, même les grands ont trouvé du plaisir à jouer avec leurs petits frères ! C’est un jeu intéressant car les joueurs ont le choix entre plusieurs actions, ils peuvent discuter pour savoir laquelle est la plus judicieuse puisque c’est un jeu coopératif. Il y a du suspense car le danger peut arriver de plusieurs côtés et les choix sont souvent cornéliens ! Vaut-il mieux avancer le mouton au risque qu’il ne se noie ou avancer le loup qui se rapproche dangereusement …

Un jeu que nous vous recommandons donc chaudement ! Je pense qu’il est adapté à partir de 5 ou 6 ans. Il est un peu compliqué pour les plus jeunes du fait de la multiplicité des actions possibles (construire le pont, scier du bois, avancer le mouton) et des dangers (le loup, le castor voleur, la noyade pour le mouton).

Ages au moment de l’activité : Firmin, 5 ans, Noé, 8 ans. 

Si vous souhaitez découvrir les autres jeux que nous aimons, cliquez ici! 

Un petit bateau qui nous entraîne dans une chasse au trésor !

Je voulais vous présenter aujourd’hui le joli documentaire qu’a réalisé Baptiste :

Mais je voulais aussi vous raconter l’histoire du tournage et ce qu’ont découvert Firmin et Noé grâce à ce projet !

Nous habitons tout près d’une jolie rivière sauvage, la Galaure.

Baptiste est maintenant en 1ère  L option cinéma. Pour le lycée, il devait faire un documentaire en lien avec la nature qui pouvait avoir un aspect contemplatif.

Toujours enthousiaste pour tout projet cinéma, il a choisi de faire un petit film sur notre rivière et a embarqué les deux petits dans son aventure !

Il a choisi comme fil conducteur de son film un petit bateau en papier qui voguerait sur notre Galaure.

Pour cela, il s’était fabriqué un drôle d’ustensile …

Cette raquette améliorée lui permettait de récupérer les nombreux petits bateaux en papier qu’il a posés sur la rivière. Ben oui, pas question de la polluer ! Et désolée si je vous ai déçus … ce n’est pas le même petit bateau qui parcourt toute la rivière dans le film …

Mais bon, une promenade avec un Baptiste qui filme n’est pas une promenade comme les autres et on reste souvent longtemps au même endroit le temps qu’il fasse ses différents plans !

Alors on admire le paysage …

On cueille des fleurs …

On lance des galets dans la rivière …

On essaie de faire flotter des bâtons plus ou moins longs …

On grimpe !

On s’invente des histoires et on est un peu comme Robinson Crusoe sur son île déserte.

Mais Baptiste enrôle aussi ses petits frères pour poser le bateau sur l’eau ou pour jouer un petit rôle dans le film !

Et voilà Baptiste courant partout pour chercher le meilleur endroit, le meilleur plan …

Poser le bateau, le récupérer …

Jouer sur la lumière, le mouvement ….

d’en bas …

D’en haut …

Et puis nous nous sommes baladés à différents endroits de notre rivière, et les enfants ont mieux compris que c’était la même rivière qui selon les endroits était plus ou moins petite ou plus ou moins grosse !

Nous sommes allés jusqu’à l’endroit où notre rivière se jette dans le Rhône, à Saint Vallier.

Une petite pause pendant que Baptiste filme des pêcheurs après leur avoir demandé l’autorisation bien-sûr !

Chercher le meilleur endroit ..

Jouer avec les reflets …

Et puis le soir qui arrive vite à cette saison , ce qui donne des plans de nuit et des lumières intéressantes !

Baptiste avait bien prévu son coup et on est arrivé au moment qu’il souhaitait !

Mais après avoir vu notre Galaure se jeter dans le Rhône, on s’est demandé où pouvait bien être sa source !

On a cherché sur des cartes, sur internet et nous sommes allés dans l’Isère dans le bois près de Roybon.

Une balade vraiment sympa et passionnante pour tout le monde ! Une vraie chasse au trésor !

Trouver un filet d’eau au milieu des feuilles mortes, le suivre, écarter les branches pour essayer de se frayer un chemin, jouer un peu , perdre sa trace, le retrouver !

Et arriver dans une zone en creux, une espèce de petite mare. On cherche autour, on ne trouve plus de trace de cours d’eau. On doit bien être à la source de la Galaure !

Une chouette aventure en famille, apprendre à regarder, à observer un plan, à comprendre le monde et comment une rivière voyage depuis sa source jusqu’au fleuve dans lequel elle se jette, et puis bien sûr on a regardé sur une carte comment le Rhône va jusqu’à la mer Méditerranée. L’image du petit bateau voguant les a aidés à imaginer ce voyage !

On a pu aussi observer deux petits ruisseaux se rejoignant pour grossir la Galaure !

Et puis bien sûr, Baptiste a voulu filmer notre beau Palais idéal du facteur Cheval ( un beau film sur sa vie de Nils Tavernier avec Jacques Gamblin et Laëtitia Casta va d’ailleurs sortir en janvier !!! ) puisque il est construit en bonne partie avec les galets de notre Galaure !

Et Firmin et Noé ne se font jamais prier pour jouer à cache cache dans le palais !

Un joli projet donc où Baptiste a pris beaucoup de plaisir à filmer notre rivière, qui nous a permis de passer de bons moments en famille et de comprendre mieux notre environnement proche et la vie d’une rivière !

Ages au moment de l’activité : Baptiste, 16 ans et demi, Noé, 8 ans, Firmin, 5 ans.

si vous voulez découvrir les autres films de Baptiste, cliquez ici

Si vous voulez découvrir d’autres activités Nature, cliquez là

Si vous voulez découvrir d’autres activités autour de la Géographie, cliquez là ! 

Et si on sortait ?

Tous nos amis pédagogues nous l’ont dit : rien ne vaut du temps passé dehors dans la nature !!! Pour Charlotte Mason, l’idéal serait même de rester 6 heures par jour dehors,

… et ce quel que soit le temps ! Alors bottes ou sandalettes, casquettes ou capuche, c’est parti !!!

Tout à l’heure on a même fait une petite « promenade montessorienne » avec Noé, sous la pluie … où il me conduisait où il avait envie. Il fallait voir son sourire et l’évident plaisir qu’il prenait !

Un peu d’équilibre pour marcher tout en haut de la bute sur un espace très étroit !

Un autre jour à la rivière un peu de musculation pour Firmin !

L’incontournable barrage : porter des grosses pierres, tirer de grands bâtons, les installer, boucher les trous, observer l’eau monter …

Et puis dehors bien sûr, que ce soit en forêt, près de la rivière ou simplement dans le quartier, on découvre  la nature ! On observe et on sent les fleurs !!!

On examine la prêle, plante préhistorique !

On repère les traces des castors !!!

On passe beaucoup de temps devant la fourmilière, à suivre le trajet des fourmis … Il place délicatement une fleur devant l’entrée pour voir les fourmis s’affairer autour …

On vit un vrai moment de poésie (j’ai pas la photo) en voyant neiger autour de nous les pétales de fleur de l’acacia ! (j’ai songé à apprendre à Noé ce que c’est qu’un haïku pour lui proposer d’en écrire un mais … pas fait pour le moment !)

Et puis on observe ce trou en faisant des hypothèses « scientifiques » ou fantastiques sur la présence de ce trou : quelqu’un a creusé ? L’eau a de pluie ? Un géant a laissé une trace de pas ? (Là encore, une piste pour plus tard pour inventer une histoire, faire un dessin …)

Et puis l’autre jour, je vois mon Noé très occupé.

Il avait ramassé une plume et une feuille … Et il avait entrepris de « tremper » sa plume dans la feuille d’arbre, de gratter  pour écrire avec !

bon pas facile mais expérience autonome intéressante !!! Il faudra qu’on fasse des pigments naturels ensemble pour écrire ou peindre !

Bon ben en conclusion plusieurs pistes à exploiter encore !!!

(Age au moment de l’activité : Firmin, 3 ans et 4 mois ; Noé, 6 ans et 4 mois)

Si vous voulez découvrir d’autres activités autour de la nature, cliquez ici

 

Allez petits poissons

Aujourd’hui, je voulais vous présenter un petit jeu offert à Firmin par son tonton : grand succès ! Comme le tonton vit en Allemagne, il a un titre allemand qui est traduit par « Allez, petits poissons » et que vous pouvez trouver là par exemple.

Le principe : deux pêcheurs sur un bateau qui veulent bien sûr pêcher des poissons, et des petits poissons qui veulent rejoindre la mer !

Il y a donc une grande plaque avec le bateau d’un côté, une autre grande plaque avec la mer, et entre les deux des petites bandes de rivière.  Au début du jeu, les poissons sont placés sur la petite bande site au milieu. En début de partie, les joueurs choisissent s’ils sont pour les poissons ou pour les pêcheurs.

Et puis c’est parti. Un dé de couleur que l’on lance chacun à son tour : s’il tombe sur jaune, bleu, orange ou rose, il avance d’une bande le petit poisson de la couleur concernée. S’il fait rouge ou vert, il retire la bande lacée devant le bateau ce qui fait avancer le bateau d’une case en direction des petits poissons. S’il enlève une bande où se trouve un poisson, il pêche le poisson qui se retrouve dans son bateau.

Petite subtilité, si le dé tombe sur la couleur d’un poisson qui a déjà atteint la mer, on peut alors avancer le poisson de la couleur de son choix.

La partie s’arrête lorsque tous les poissons sont soit pêchés, soit ont atteint la mer. Et on compte pour savoir s’il y a eu plus de poissons pêchés ou sauvés !

Ce jeu a vraiment beaucoup plu à Firmin et Noé !

(Age au moment de l’activité : Firmin, 3 ans, Noé, 6 ans)

Si vous voulez découvrir les autres jeux dont nous avons déjà parlé, cliquez ici !

« A moi la liberté !!! »

Tous les pédagogues que j’ai pu lire nous le disent, vivre dans la nature est tellement important pour le développement de l’enfant ! On prend du temps, on observe, on expérimente, on joue, on fait marcher tous ses sens, on apprend, on ressent le temps qui passe grâce aux modifications de la nature jour après jour … Charlotte Mason déclarait même que les jeunes enfants devraient passer environ six heures dehors par jour, quel que soit le temps ! Alors difficile dans nos vies trépidentes, mais j’ai pris la bonne résolution d’emmener les petits beaucoup plus régulièrement dans la nature, d’autant plus que nous avons la chance l’avoir des bois et une jolie rivière sauvage à proximité !

Voici donc notre « promenade » de lundi, on est resté environ 2 heures dehors après l’école, au rythme des enfants, explorant un endroit, avançant un peu, nous arrêtant encore, etc …

Premier arrêt, direct au but, tout au bord de la rivière. Firmin porte encore et encore des cailloux, parfois très gros pour les lancer dans la rivière ! Ca c’est toujours le grand bonheur toujours recommencé !!! Noé lui fait de petits bateaux avec des bouts de bois.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Puis un début de barrage !OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Oh ! Une mini rivière ! Noé peut s’entrainer à marcher sur les pierres ! Et Firmin aussi ! Euh en fait non, il préfère mettre directement les pieds dans l’eau …

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Allez, on va un peu plus loin. Chouette, des tas de terre ! Quelle bonheur de les escalader, et d’y planter des feuilles rouges !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Oh dans le ciel un trait ! C’est un avion ! Et là, regarde maman, un oiseau ! (C’était un rapace qui planait). Et le ciel il est tout bleu, il n’y a pas de nuages !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Et puis ils s’amusent à monter et descendre (pas facile ! ) les buttes pour descendre à la rivière ! Et on charge des gros morceaux de bois …OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Il y a des arbres dans l’eau ! Il y a des arbres dans l’eau ! s’exclame Firmin ! Et oui, C’est leur reflet ! Et l’arbre là bas, c’est un bouleau me demande Noé ?OLYMPUS DIGITAL CAMERA

On avance encore un peu jusqu’au champ de maïs. Quel bonheur de s’y perdre un peu !!!OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Noé observe d’un peu plus près l’épi de maïs :

OLYMPUS DIGITAL CAMERA   OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pendant que Firmin est très intrigué par des longues herbes avec un « plumet » au bout qui poussent en bordure du champ ! On en ramasse quelques unes et puis de retour à la maison, après une recherche sur internet, on apprend que c’est une sétaire (je vous conseille vivement le groupe Facebook que je viens de découvrir : quelle est cette plante, super quand nos connaissances en botanique ne vont pas très loin  comme les miennes ! )

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les enfants remarquent le bas du plant de maïs !OLYMPUS DIGITAL CAMERA

On retourne encore au bord de la rivière. Je les regarde d’un peu plus loin, les laissant à leurs explorations. Et mon Firmin qui s’exclame : « A moi la liberté ! A moi la liberté !!! » . J’en suis restée très étonnée … Où est-ce qu’il a été cherché ça … OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Et c’était tellement adapté !!!OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Et puis bien sûr les feuilles d’automne !!! Une petite douche de feuilles !OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Et une observation d’un peu plus près … Il a aussi remarqué que des feuilles vertes avaient des trous .. Hypothèses … Un escargot ?

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Et on passe par des endroits un peu compliqués … Euh je suis coincé là maman …

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

En revenant, le soir qui tombe… Firmin s’interroge … Le soleil il va se coucher ? Non il va de l’autre côté de la Terre répond Noé !

De retour à la maison, on commence notre table de la Nature/table des saisons : Les feuilles de maïs, les sétaires (maintenant qu’on sait comment ça s’appelle), quelques feuilles rouges ou jaunes … On modifiera à la prochaine sortie, très bientôt, promis  !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA(Ages au moment de l’activité : Firmin, 2 ans et 9 mois ; Noé 5 ans et 9 mois)

Pour découvrir les autres moments « nature » dont je vous ai déjà parlé, cliquez ici !

Pour découvrir d’autres activités où l’on bouge, cliquez ici