Archives pour la catégorie 3 – activités 3-6 ans

Apprendre la géographie avec « Sur le chemin de l’école. »

Nous avons regardé récemment le documentaire long métrage « Sur le chemin de l’école ». Comme les enfants ont particulièrement accroché, nous regardons à présent des petits épisodes de 20 minutes chacun issus du coffret « les chemins de l’école. »

Je vous rappelle le principe de ces films : nous suivons un peu de la vie quotidienne puis le trajet d’un enfant du bout du monde pour aller à l’école. Noé et Firmin étaient impressionnés de voir ces enfants faire parfois plus de 2 heures de trajet à pied, à vélo ou à cheval, en traversant des montagnes, de grandes villes ou en évitant des animaux sauvages car l’école est leur seul espoir de sortir de la pauvreté, leur rêve étant souvent de se rendre utile en étant médecin ou enseignant.

Firmin s’exclamait devant les magnifiques paysages de Patagonie, du Kenya ou les montagnes de l’Atlas : « c’est magnifique ! ». Ils voient que les enfants ont rarement l’eau courante et l’électricité, que parfois ils vivent sur des montagnes de déchets comme aux Philippines, que chaque objet qu’ils ont est précieux et que le vélo rouillé, le fauteuil roulant bricolé ou la brouette trouée seront mille et une fois rafistolées car tellement précieux! Ils sont admiratifs devant le courage des deux petits indiens de leur âge poussant leur grand frère Samuel qui est en fauteuil roulant pendant des kilomètres, devant le petit mexicain Angel qui guide son grand frère Alfredo aveugle pour traverser pendant deux heures la monstrueuse ville de Mexico et ses multiples dangers et se rendre à l’école pour mal voyants située à l’autre bout de la ville, devant Nicol et Niessa qui, avant d’aller à l’école, débutent la journée pendant plusieurs heures à essayer de vendre des bijoux de pacotille aux passants pour gagner quelques piécettes …

Après chaque petit film, Noé et Firmin se précipitent vers la carte pour repérer le nouveau pays : les Philippines, le Mali, le Kenya …

Et on se redit à chaque fois le nom des enfants et leur pays ! Du coup, ils savent même situer des lieux plus précis comme la Patagonie, la montagne de l’Atlas ou le golfe du Bengale. Se remémorer à chaque fois tous ces pays permet de les ancrer durablement dans la mémoire. De même, au cours des discussions, si l’on en vient à parler de tel ou tel pays, les lieux vus dans la video seront des repères : ah oui, c’est près du Kenya, le pays de Jackson. Et ils associent à ces lieux des paysages, des modes de vie, des personnes réelles…

Voici quelques secondes de notre petite récapitulation à l’issue du dernier reportage que nous avons vu ( aujourd’hui, c’était Angel et Alfredo de Mexico) :

Une belle leçon de géographie mais surtout une belle leçon de vie !

Ages au moment de l’activité : Firmin, 5 ans ; Noé, 8 ans.

Si vous voulez découvrir d’autres activités sur la découverte du monde, cliquez là

Un jeu pour connaître les arbres

L’autre jour, Noé me demandait des cartes sur les arbres pour son activité du jour… Comme je n’avais pas ça en magasin, j’ai farfouillé et j’ai trouvé exactement ce que je voulais, ce super fichier sur le site Ti’Loustics ( cliquez sur le lien si vous voulez le télécharger)

Je n’ai utilisé que les dernières fiches où sur chaque bande on retrouve la silhouette de l’arbre, la feuille, la fleur, le fruit et l’écorce. Je lui ai présenté façon « leçon en trois temps Montessori » (sur sa demande !) :

  • je lui montrai d’abord 3 arbres, on observait ensemble les caractéristiques de chacun, je lui donnais les noms. (premier temps)
  • Puis je lui demandai de me donner … le charme … le frêne … ( deuxième temps)
  • Enfin, troisième temps, c’est lui qui devait me donner le nom de l’arbre.

Puis je faisais la même chose avec trois autres arbres, puis les six arbres ensemble, etc …

Il pouvait aussi y jouer tout seul en plaçant la bonne étiquette nom sous chaque arbre (j’avais écrit le nom derrière la bande pour autocorrection).

Il y a ensuite une étape que nous n’avons pas encore faite : on trouve dans le fichier les mêmes images en plus grand format. On peut les découper et ne jouer qu’avec les silhouettes, les feuilles ou  les fruits … On peut aussi jouer avec toutes les cartes séparément pour essayer de retrouver à quel arbre appartiennent les différents éléments. Nettement plus compliqué !

Puis,  bien évidemment, nous emporterons le jeu lors de balades pour nous aider à identifier des arbres car bien sûr rien ne vaut d’apprendre en vrai, dans la nature ! On pourra aussi ramasser des feuilles par exemple, puis faire un herbier en essayant de déterminer à quel arbre elles appartiennent.

Age au moment de l’activité : Noé, 8 ans

Pour découvrir d’autres activités Montessori, cliquez ici

Pour découvrir d’autres activités en lien avec la nature, cliquez là. 

Les boîtes à sons

Noé continue donc comme il l’a décidé de faire son activité quotidienne qu’il pioche dans le grand guide. Faire une activité, c’est sympa mais la fabriquer auparavant, c’est pas mal non plus ! Alors avant de jouer aux boîtes à sons, qui est une activité Montessori, Noé a d’abord fabriqué le jeu.  Pour cela, il a pris de petites bouteilles de yaourts à boire puis a cherché avec quoi les remplir.  Il s’est décidé pour du riz, du gravier, des lentilles et des graines de haricot. (On avait déjà réalisé ce jeu il y a deux ou trois ans mais entre temps les bouteilles avaient perdu leur contenu …)

Noé a versé soigneusement en faisant attention d’en mettre la même quantité dans les deux bouteilles. Il a aussi veillé à ce que toutes les bouteilles aient plus ou moins le même poids pour que ce ne soit pas un critère déterminant.

Il a réalisé ainsi deux séries identiques ( la série rouge et la série bleue). Pour jouer, c’est simple.  On prend une bouteille bleue, on la secoue pour écouter le son, puis on secoue chaque bouteille rouge pour trouver laquelle fait le même son.

Puis on fait de même avec toutes les bouteilles. Lorsque chaque bouteille rouge est associée à une bouteille bleue, on peut opérer à la vérification.

On retourne chaque couple de bouteilles : si les deux croix sont de la même couleur, c’est que l’on a raison. Le son est bien le même, les bouteilles contiennent les mêmes éléments.

Si le jeu devient trop facile, on peut bien sûr augmenter le nombre de bouteilles.

Et puis bien sûr, après que Noé a joué, c’est Firmin qui s’est approché intéressé, comme toujours !

Ages au moment de l’activité : Firmin, 5 ans, Noé, 8 ans.

Pour découvrir d’autres activités Montessori que nous avons faites, cliquez ici.

« Une activité par jour ! »

L’autre jour, avec un petit sourire, j’observe mon Noé prendre son « grand guide des pédagogies alternatives » et déclarer qu’il va faire une activité par jour en piochant dans le livre !

Il a donc ouvert à la page Montessori, activités sensorielles ! Et sur les photos du livre, ben c’est lui il y a quelques années !

C’est donc l’occasion de retrouver un matériel un peu mis de côté ! Il a choisi de faire un grand dégradé avec toutes les tablettes de couleur. Il y a pris un grand plaisir ! ( je vous avais présenté les tablettes ici ! )

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le lendemain (c’est-à-dire hier !) , il a ressorti ses blocs de cylindres  pour faire l’activité « les yeux fermés » ! Se concentrer uniquement sur le sens du toucher, découvrir le monde autrement … On peut aussi faire le jeu des yeux fermés avec n’importe quel jeu d’encastrement, ou faire une tour de cubes les yeux fermés par exemple …

Et bien sûr, tout cela a attiré un petit Firmin qui observe son grand frère avec attention !

Firmin a alors refait lui aussi les tablettes de couleur et les cylindres, puis m’a demandé des activités avec les barrettes de perles (toujours Montessori). Je lui ai d’abord proposé d’associer chaque étiquette nombre de 1 à 10 avec la barrette de perles correspondante (je n’ai pas pris de photo).

Puis comme il était motivé, j’ai ressorti ma table de Seguin (je vous avais détaillé son fonctionnement dans l’article Première table de Seguin, ainsi qu’un lien pour l’imprimer). Firmin comptait  consciencieusement : 10, c’est une barrette orange de 10 perles, 9 c’est la barrette bleue de 9 perles, si je place le 9 sur le 0 du 10 ça fait 19, il y a 19 perles.

Puis il a commencé une pyramide en plaçant l’une en dessous de l’autre les barrettes de perles : la 1, la 2 …

Il a ensuite placé l’étiquette nombre sous la barrette de 10 !

Mais … Je peux continuer, a-t-il déclaré ! Sous le 10, il y a le 11, donc une barrette de 10 et une perle rouge , etc …

Et ce jusqu’à 18 … Oh regarde, il y a une autre pyramide !

Il a ensuite pris les plaquettes « nombres » Montessori ( dizaines et unités). Il piochait une carte bleue (dizaines) et une verte (unités) en associant les perles correspondantes. Ici, 2 barrettes de 10 oranges pour le « 20 » et la barrette de 4 perles jaunes pour l’étiquette 4. Il plaçait ensuite le 4 sur le 0, comptait les perles, il y en a bien 24 !

Ages au moment de l’activité  : Noé, 8 ans ; Firmin, 5 ans

Pour découvrir d’autres activités Montessori, cliquez ici

Et pour commander le grand guide des pédagogies alternatives, c’est là ! 

On invente des histoires !

Tout à l’heure, pendant le cours de clarinette de Noé, nous nous sommes promenés avec Firmin, admirant les coquelicots, jouant avec un bout de bois …

Et puis on a eu envie, Firmin et moi ( je ne saurais pas dire lequel en premier !) de s’inventer des histoires ! J’ai pensé à Gianni Rodari, auteur jeunesse italien mais aussi grand ami et collaborateur de Loris Malaguzzi dans les écoles Reggio et à sa grammaire de l’imagination dont je vous ai déjà parlé. J’ai donc choisi Firmin comme principal protagoniste de nos histoires pour lui faire vivre de folles aventures ! Et puis nous avons inventé ces histoires à deux … Je racontai un peu … Je l’interrogeai régulièrement : et là soudain … qu’est-ce qui se passe à ton avis ? Et là qu’est ce qu’il fait ? 

Notre histoire de Firmin dans l’espace avançait … Quand les idées se tarissaient je rajoutais un événement imprévu qui le faisait sourire, une rencontre … Ces histoires à deux nous ont beaucoup amusés ! Après un voyage en fusée, Firmin commença un voyage autour du monde : il voulait faire un tour en dromadaire mais l’avion les a conduits au pôle Nord … Après un peu de patin à glace, ils sont repartis, ont visité les pyramides d’Egypte, ont traversé le désert en dormant dans des tentes berbères et en faisant des parties de cache cache dans les dunes … puis sont partis en Inde voir les éléphants et la fête des couleurs et puis … ben c’était l’heure de récupérer Noé !

Mais, ce que j’ai trouvé super, c’est que Firmin s’est mis à raconter nos histoires à son frère Noé!  Et puis il faisait quelques variantes : « non mais ça c’est moi qui l’ai rajouté !  » Partage, réinvestissement, mémorisation, imagination, vocabulaire, structure d’un récit, lien avec des connaissances et expériences passées…  il était riche notre petit jeu d’invention improvisé !

Et  Noé s’est mis lui aussi à inventer sa propre histoire ! Le trajet en voiture a été animé !

Ages au moment de l’activité : Firmin, 5 ans ; Noé, 8 ans

Pour découvrir d’autres jeux d’imagination autour des histoires, cliquez ici

 

 

L’art contemporain, ça donne plein d’idées !

Pendant ces vacances, nous avons passé quelques jours à Bordeaux et nous avons notamment visité le CAPC qui est le musée d’art contemporain de la ville. C’est un ancien entrepôt réaménagé ce qui lui fournit un espace superbe !

Nous avons commencé par l’expo Takako Saito et nous sommes tombés sous le charme ! Tout d’abord, nous avons découvert qu’elle proposait un art participatif et que nous pouvions manipuler un certain nombre de ses oeuvres, ce qui est quand même royal et encore plus quand on a des enfants ! Nous pouvions donc jouer avec ses sculptures en introduisant des petites billes et en regardant pour où elles sortaient !

Des oeuvres/jouets, quel plaisir ! on a bien aimé ses petites échelles tordues que l’on voit sur le mur derrière, et que l’on peut s’amuser à essayer de construire avec les enfants en prenant des bâtons aux différentes formes.

Et puis on est rentré dans cette salle ! « Oh des loose parts ! » nous sommes-nous tous exclamés ! En pleine pédagogie Reggio ! Nous n’avons pas eu la chance d’être là au moment de la présence de l’artiste pour pouvoir faire ses ateliers mais on était heureux de voir tout ça !

Apparemment, elle propose de faire sa petite installation en disposant ou piquant des éléments sur une barquette ou  comme on veut !

Allez, je vous liste ce que je peux y voir et qui peut nous donner des idées pour étoffer nos loose parts : pommes de pin, cailloux, galets avec des lettres, feuilles mortes, pelures d’oignons ou d’ail, végétaux séchés en tous genres, noyaux de cerises, pêche, abricot, dattes … , cylindres de carton coupés en deux, cures dents, piques, coquillages, dés, petits bouts de bois, graines, peaux d’avocats, de kiwis ou d’oranges séchées coupées en deux (ce qui fait de petites coupelles), filtres à café, peaux de litchis, coquilles de pistaches, gousses de cacahuètes, fleurs séchées, graines de pissenlit, morceaux de verre poli, bouts de carton ondulé, écorces, plumes, épines de sapin … La liste est bien sûr infinie ! Mais j’y ai trouvé de nouvelles idées auxquelles je n’avais pas pensé !

Et puis dans la salle suivante, nous voyons des oeuvres avec à côté une main dessinée … Mais oui ! Là encore c’est à nous de jouer ! 

Il s’agit d’un grand panneau rectangle aimanté auquel on peut rajouter d’autres longues formes allongées noires pour déstructurer le tableau (ou non !) et toutes sortes d’éléments métalliques !

Les enfants s’en sont donnés à coeur joie ! Bon, le tableau était un peu haut alors Noé a joué le rôle de chef de chantier : il donnait les ordres et Baptiste exécutait ! Mets les chaînes bien droites ! Et celle-là, enroule-la comme un escargot, ici,  etc …

Et ma foi, j’ai beaucoup aimé leur composition !

Tadam !

La même chose, objets aimantés mais sur des tableaux d’autres formes.

Je pense que ça aussi c’est faisable, ne serait-ce que sur le frigo … des idées d’objets métalliques : des chaînes de différentes longueurs, couleurs, formes de maillons, plus ou moins fines ; des couvercles de boîtes de conserve, des petites boîtes de conserve, des moules métalliques, des fils électriques ou fils de fer, des je sais pas comment ça s’appelle pour fermer des sachets, des éponges/boules à récurer, des morceaux de grillage, des morceaux de tôles, des rails, des petites râpes, des charnières, ressorts, petites pièces de monnaie, trombones, vis … là encore la liste peut être longue ! Et puis n’importe quel petit objet auquel on colle des aimants bien sûr.

Les enfants, se sont aussi beaucoup amusés avec ces cubes ( ou autres solides moins réguliers)  jaunes et noirs où ,là encore, tout était aimanté.

Ils pouvaient les disposer comme ils voulaient et y ont passé un long moment !

Là, il s’agit de l’installation de l’artiste elle-même .

Et puis on a pu observer toutes sortes d’oeuvres qui là aussi donnent des idées ! Des suspensions d’assemblages papiers/perles…

De petites boîtes accrochées au mur pour se « raconter des histoires » avec de vieilles photos, des lettres, des éléments naturels, des jouets …

Et,  de même, de petites boîtes en bois dans lesquelles on peut coller ou installer des objets. Les boîtes ,avec les enfants, cela peut toujours faire des activités très riches ! Ils peuvent y coller par exemple des objets pour symboliser des choses importantes pour eux (représentant des personnes, des activités qu’ils aiment faire, des endroits où ils aiment aller, des choses qu’ils trouvent belles …). Cela peut être aussi des boîtes à trésors …

On a trouvé aussi dans le musée ( mais pas dans l’expo Saito cette fois) cette video inspirante je trouve ! Un enfant dessine dans le dos de sa mère qui elle-même essaie de reproduire le dessin de son fils d’après ce qu’elle ressent ! Bon, on peut le faire habillés et avec un stylo bouché dans le dos si l’on préfère 😉

Quelques autres oeuvres que nous avons trouvées délicates, belles, drôles ou intrigantes !

Ce musée était décidément très riche puisqu’il y avait aussi une partie architecture, qui a notamment beaucoup plu à Noé toujours fan de cartes et de plans !

 

Nous aimons beaucoup visiter les musées d’art contemporain ! On est surpris, choqué, amusé, touché, ou pas du tout … En tout cas, cela ne laisse pas indifférent et permet à chacun d’exprimer son ressenti en essayant d’argumenter et d’aller un peu plus loin que : « c’est nul…  » ou « c’est trop beau ! ». Et cet art, beaucoup plus que la peinture plus classique, donne envie de faire ! Ah oui, moi aussi je pourrais … assembler, installer, coller, accumuler … Presque chaque oeuvre peut inspirer ou donner une idée, en recopiant, adaptant ou comme point de départ à quelque chose de plus personnel !

Ages au moment des activités : Firmin, 5 ans ; Noé, 8 ans ; Lison, 14 ans ; Baptiste, 16 ans !

Pour découvrir d’autres articles sur la découverte de l’art, cliquez ici

Pour découvrir d’autres idées et techniques artistiques, cliquez là.