Archives du mot-clé compter

Apprendre avec les pédagogies alternatives : une nouvelle collection !!!

Oui ! Il s’agit bien d’une nouvelle collection qui commence !

Après le grand guide des pédagogies alternatives qui apparemment vous plaît beaucoup, nous avons écrit avec ma co-autrice Madeleine Deny deux nouveaux petits guides :

Lire et écrire , apprendre avec les pédagogies alternatives

Compter et calculer, apprendre avec les pédagogies alternatives.

En restant dans la lignée du grand guide, nous sommes allées voir dans de nombreuses pédagogies (Montessori bien sûr, mais aussi Freinet, Decroly, Reggio, Steiner, John Holt et bien d’autres) ce qui était proposé pour ces divers apprentissages. Vous y verrez donc à la fois des aspects théoriques assortis de multiples activités très concrètes pour accompagner les enfants dans leurs découvertes ! Et puis vous retrouverez des dialogues entre Madeleine et moi qui permettent d’aborder d’autres points et de partager nos expériences !

La bonne nouvelle, c’est que « Lire et écrire » sort très très bientôt, dans une dizaine de jours à peine !

Alors n’hésitez pas à le commander chez votre libraire préféré ( vive les librairies indépendantes !) mais si vous préférez, vous pouvez précommander « Lire et écrire » par exemple en cliquant ici !

« Compter et calculer » le suivra de près et vous pourrez l’avoir courant juillet ( à précommander par exemple en cliquant ici ).

Et puis bien sûr, si vous n’avez pas encore lu le grand guide des pédagogies alternatives (ou si vous souhaitez l’offrir !), cliquez là !

J’ai hâte de les avoir dans les mains et de pouvoir échanger avec vous à leurs sujets !

Les tables de multiplication façon Steiner-Waldorf!

Noé est revenu l’autre jour avec comme devoirs la table de 2  à apprendre. Ah ! Et bien c’est le moment d’aller chercher du côté des pédagogies alternatives, et pourquoi ne pas aller piocher chez Steiner ! Je lui fais donc rapidement un rond en marquant les chiffres de 0 à 9. Puis je lui montre comment réciter sa table de 2 en dessinant sur ce rond ! 0x2, fastoche, 0. Mets ton crayon sur le zéro. Puis 1×2=2, le crayon trace un trait du zéro vers le deux. 2×2=4, le trait va vers le quatre, etc. Quand on arrive à 2×5=10, on ne regarde que le chiffre des unités du résultat et donc on va vers le zéro. Oh, mais ensuite le crayon repasse sur les mêmes traits ! 6×2=12, on va vers le 2, etc !

Et puis le lendemain, je me souviens d’un grand rondin de bois que nous avons dans les morceaux de bois de nos « loose parts » . Mais ça sera parfait, ça ! Hop, je plante des clous , Je marque aux posca les chiffres au-dessus…

… et je propose ça à Noé avec un brin de laine !

Et c’est parti : 0, 2, 4, 6 …

Parfois la laine sort un peu des clous, il faut la remettre …

Et on recommence !

Le voici en pleine action :

Et voilà le résultat  : un magnifique pentagone !

Mais c’est qu’entre temps la maîtresse a donné la table de 5 à apprendre … Alors on teste aussi avec notre rondin de bois !

Et là ! Oh ben pas de joli pentagone, juste une ligne droite entre le zéro et le cinq !

Sa soeur passe par là … Et si tu essayais la table de trois ?

Aussitôt dit, aussitôt fait ! Noé commence à prendre le coup de main avec la laine !

Et cette fois-ci, c’est une magnifique étoile qui apparaît sous ses yeux émerveillés ! (si si, émerveillés ! )

Et alors que je suis partie faire autre chose, voilà mon Noé qui me court après : regarde maman la table de 4 !!! C’est une étoile aussi mais pas la même !

Et oui, les tables de multiplication peuvent susciter l’enthousiasme ! Qui l’eut cru ! Et quand on fait marcher ses mains en même temps que sa tête, ça aide ! Et puis, on remarque une nouvelle fois que les math, c’est beau !!!

(âge au moment de l’activité : Noé, 7 ans et demi)

Pour découvrir d’autres activités mathématiques, cliquez ici

Pour découvrir d’autres articles autour de la pédagogie Waldorf-Steiner (et aussi d’autres pédagogies alternatives), cliquez là ! 

Et si vous voulez en savoir plus sur les pédagogies alternatives, vous pouvez vous procurer mon livre : le grand guide des pédagogies alternatives en cliquant ici!

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Take it easy

Je voulais vous présenter ce jeu, Take it easy, auquel on a joué intensément avec mon chéri du temps où on n’avait pas encore d’enfants, et puis il a mystérieusement disparu …  ( le jeu, pas mon chéri !!!) On a du l’oublier à droite ou à gauche ! Bref, en discutant d’un jeu auquel on pourrait jouer à deux, on s’est fait une séquence souvenir et , achat compulsif, on a retrouvé et commandé notre take it easy !!!

Et il est parfait pour jouer à deux, mais tout aussi parfait à plusieurs, jusqu’à 6 joueurs ! On peut également faire une petite partie en solitaire sans problème !

Donc, le principe : chacun a un petit carton vierge avec des cases hexagonales ressemblant à des alvéoles d’abeilles je trouve, ainsi que des petites pièces de même forme aves 3 lignes colorées et des chiffres ( chaque couleur correspondant à un chiffre). Et, bien sûr, on essaye de placer les pièces de façon à former des lignes colorées.

Ce qui est intéressant, c’est que nous jouons tous en même temps avec les mêmes pièces. Comment cela fonctionne ? Et bien un joueur a ses pièces à l’envers devant lui et en pioche une au hasard. Il énonce pour les autres les chiffres ( par exemple il a la pièce 5, 7, 4). Les autres , eux, ont leurs pièces face visible devant eux et prennent la même pièce (la 5,7, 4). Vous me suivez ? Puis chacun pose sa pièce sur son carton en même temps. Au début, tout va bien, puis plus ça va, plus on risque d’être bloqué !

Parfois, on n’a pas d’autre choix que de former des lignes de différentes couleurs. Par exemple, dans la photo ci-dessous, il y a une ligne avec des 5 et des 1. Quand tous les cartons sont remplis, on compte les points. Seules les lignes d’une seule couleur peuvent rapporter des points. Donc ma ligne 1-5-1-5 ne rapporte rien, ni ma ligne jaune de 9 puisqu’il y a un 5 en bas. Une ligne avec quatre 6 rapporte donc 4×6 = 24 points. Vous avez compris qu’on a donc tout intérêt à privilégier les longues lignes pour les gros chiffres ! Une ligne de cinq 9, 45 points, mais de cinq 1, 5 points … Ca rapporte moins !

C’est un jeu intéressant pour tous les âges ! Les grands et les adultes y trouvent sans problème leur compte !

Et les plus jeunes comme Noé qui a 7 ans aussi, avec un peu d’aide de papa pour la première partie !

Et c’est un très bon jeu si votre enfant est en plein dans les tables de multiplication !!! Une ligne de quatre 7, 4×7 c’est combien déjà ?

Firmin, lui, a joué en même temps que nous avec ses pièces, mais avec un objectif différent ! Il choisissait les pièces qu’il voulait et essayait de faire des lignes ! Pas simple de regarder toutes les lignes en même temps !

Bref, un super petit jeu de stratégie pour tous les âges, très vite expliqué et aux parties courtes ! Ce qui est super, c’est que nous partons tous avec les mêmes pièces dans le même ordre, donc pas de hasard ! Enfin si un peu quand même, car une fois qu’on a disposé pas mal de pièces, le tirage peut convenir aux uns et pas aux autres ! Et puis en plus, on peut faire un peu de math !

(Ages au moment de l’activité : Rémi, 17 ans et demi ; Lison, 13 ans ; Noé, 7 ans et 4 mois Firmin, 4 ans et 4 mois )

Pour découvrir les autres jeux de société dont on a parlé dans le blog, cliquez ici ! 

EnregistrerEnregistrerEnregistrerEnregistrer

Une cerise ou deux cerises ?

Aujourd’hui, je voulais vous présenter un loto mis au point par le pédagogue belge Ovide Decroly (contemporain de Maria Montessori) pour l’approche de la numération. (je vous avais déjà proposé un loto Decroly sur les couleurs et l’observation)

C’est un loto que j’ai utilisé non pas avec mes enfants cette fois-ci, mais avec une personne avec un handicap mental. Mais ça convient évidemment très bien pour des petits !

Decroly explique que l’enfant passe par différents stades pour acquérir la notion de nombre : notion de présence ou d’absence, faculté de discrimination et d’identification, notion de pluralité et d’unité, notion de deux. Auparavant, les enfants ont réalisé toutes sortes de jeux de classement et de tris : mettre ensemble des objets identiques ( comme trier différents types de graines par exemple), ou trier par couleurs, par formes… Jouer à des lotos ou il faut placer l’image identique sur le carton (loto des animaux, des véhicules …)

Ici, il s’agit encore d’un loto, loto des fruits, mais la nuance est que dans certaines cases, il y a le même fruit mais en quantités différentes : 1 ou 2.

( vous pouvez imprimer deux fois cette image, une qui servira de carton, et l’autre que vous découperez en images, plastifiées, à placer sur le carton).

L’enfant est donc amené à reconnaître la quantité globalement, il « voit » que une cerise et deux cerises, c’est différent, même s’il n’est pas encore capable de les dénombrer réellement.

J’ai ensuite continué l’activité en associant les cartes avec deux objets avec deux doigts levés, et les cartes avec un objet  avec le pouce levé.

On a ensuite posé des petits pions sur les fruits en les comptant.

Et de la même façon sur les deux doigts de la main.

Puis nous avons retourné les cartes fruits en plaçant les pions qui étaient sur chacune d’elle sur l’autre face du carton, afin d’essayer d’avoir une vision un peu plus abstraite du nombre. On comparait alors avec les deux points noirs du dé que nous avions déjà utilisé.

J’ai ensuite réalisé un autre loto sur le même principe avec des animaux représentés une, deux ou trois fois. C’est nettement plus difficile car dans le loto des fruits, on était dans le cas : il y en a 1 ou plusieurs. Et ici, différencier le 2 et le 3 est alors plus compliqué. Decroly proposait des lotos de ce genre avec des images de petits objets du type allumettes, boutons, vis, plumes… qui étaient représentés de 1 à 5 fois.

Nous avons aussi réalisé l’activité que Decroly propose ensuite : les boutons. Ici, les objets sont tous identiques, il n’y a que des boutons, seule la quantité change . J’ai coupé 18 ficelles : six portant un bouton, six, deux boutons et les six derniers, 3 boutons. La personne devait trier les groupes de boutons en les plaçant dans 3 boîtes : la boîte avec une image de 1 bouton, l’autre de 2 boutons et la troisième de 3 boutons. Decroly propose d’arriver progressivement à classer des groupes de 6 boutons.

J’ai proposé ensuite une version plus simple en collant des boutons sur des bandelettes de cartons par 1, 2 ou 3, toujours à placer dans les boîtes correspondantes, ce qui était plus facile à visualiser.

Et puis nous avons fait toutes sortes d’activités autour du 1 et du 2 : placer un point par rond … ( ici nous utilisons le Spielgaben)

pareil mais les ronds formant un chemin !

Deux boules par case ( moules à muffins …)

Et après avoir placé les boules, on a mis deux gommettes dans chaque rond.

Deux points par ronds …

(qui se sont transformés en deux yeux d’une tête rigolarde, mais ça je vous l’avais déjà montré )

Aligner deux points jaunes, deux bleus, deux verts … en changeant de couleur à chaque fois.

Associer deux triangles … pour faire un carré !

Et donner deux « gâteaux » chacun à nos bonhommes (pour simplifier, d’abord un vert chacun, puis un noir. 1 et 1, ça fait 2)

… des tours de 2 cubes

… enfiler 2 perles

Ici, je lui faisais mes « commandes ». Des cercles colorés délimités par des cordelettes étaient sur la table. Je lui demandais : je voudrais un jaune ici, ici deux rouges … Comme ça en plus on révisait les couleurs !

On a également joué avec un dé sur les faces duquel il y avait soit un point, soit deux points, soit rien. On lançait le dé et l’on mettait dans les cases le nombre de pions nécessaires.

De la même façon, on peut réaliser une petite course ! Chacun son chemin, on lance le dé et l’on avance du bon nombre de cases (0, 1 ou 2) et on essaye d’arriver le premier!

On a également utilisé les boites à compter Nathan (ces jeux éducatifs Nathan ont d’ailleurs été crées à l’époque d’après les jeux Decroly). On doit placer dans les cases la même chose que ce qu’il y a de dessiné sur les bandes : 1 tigre, deux pingouins …On reste dans la reconnaissance visuelle.

J’ai utilisé ces boîtes pour faire une petite activité avec des duplos. Dans la première boîte, j’ai assemblé deux legos. Elle devait faire les mêmes assemblages dans la deuxième boîte. Mais il était un peu difficile de se repérer dans la boite, alors je lui montrais mon assemblage, elle faisait la même chose et on posé chacune nos deux duplos dans notre boîte.

Un peu plus abstrait, il s’agissait de réaliser en duplos le modèle dessiné.Là  encore, je dévoilais les modèles les uns après les autres

Puis on a fait l’inverse : colorier d’après les duplos assemblés …

 

Voilà, je continue à essayer de proposer des situations, des matériels variés pour ancrer cette notion !

Si vous voulez découvrir d’autres situations mathématiques, cliquez ici

Si vous voulez lire d’autres articles sur la pédagogie Decroly, cliquez là !

Et puis bien sûr, si vous voulez en savoir plus sur Ovide Decroly et bien d’autres pédagogues ( avec en plus plein d’activités) , n’hésitez pas à vous procurer le grand guide des pédagogies alternatives !!! ( ça faisait longtemps que je n’avais pas fait ma pub 😉 )

Spielgaben : activités dirigées et créations libres !

Ca fait longtemps que sur le blog je ne vous ai pas partagé des activités spielgaben !!! Alors en voici toute une série ! Spielgaben est donc utilisé à la maison souvent en jeu libre mais je l’utilise aussi avec une personne avec un handicap mental pour aborder certains apprentissages. Vous verrez donc des photos de ces différentes utilisations!

Activités autour des couleurs : placer la balle de la bonne couleur sur l’objet correspondant (orange sur la carotte, jaune sur le citron …) tout en nommant les couleurs ( j’ai associé le nom de la couleur à un objet référent, toujours le même,  pour que ce soit plus facile quand on parle : rouge tomate, jaune soleil, etc.)

Puis coloriage de la bonne couleur et jetons de la même couleur placés dessus.

On a aussi associé les barres rouges Montessori et les petits bâtonnets de Spielgaben. Là, il s’agissait de mettre les grands d’un côté, puis les moyens, et enfin les petits de l’autre.

après avoir classé plusieurs fossiles barres rouges en escalier …

On travaille avec les bâtonnets … sur une fiche Spielgaben … On place les bâtonnets au bon endroit selon leur taille …

Puis encore d’autres bâtonnets …

Puis classement des bâtonnets sans fiche … puis encore d’une autre couleur … et encore … (la photo est à l’envers) : on monte l’escalier avec le doigt

On place un rond au bout de chaque bâtonnet ( de la bonne couleur) et le doigt grimpe en touchant les ronds

Pour finir et pour faire joli, un point au centre de chaque rond

Placer les cubes comme moi !

Là aussi, aligner les cubes comme moi !

Placer les cubes comme moi puis placer un carré coloré sur chaque cube

Reproduire une tortue …

Puis décorer librement … J’aime beaucoup alterner les moments de consigne précise avec des moments plus créatifs et plus « cools »

Et puis des activités pour compter :

Donner deux bonbons à chaque enfant …

Faire des tours de deux cubes …

Puis les décorer …

Des tours de trois cubes …

Enfiler trois perles sur des bâtonnets juste à la taille des trois perles …

Puis la même chose mais sur des grands bâtonnets ( c’est plus dur !)

Et fermer chaque bâtonnet par une boule (motricité fine, pas facile !)

A partir d’un petit loto pour compter (pédagogie Decroly tiens, il faudra que je vous en parle de ce loto !!), placer un point sur chaque animal …

Puis déplacer les points de l’image dans un anneau placé dessous. Recompter pour comparer.

Placer dans l’anneau le même nombre de points que de boutons (ah ben tiens, Decroly encore le boutons ! )

Placer le bon nombre de points dans chaque anneau …

Suivre un chemin en plaçant des points dessus

Chemin toujours : un pion dans chaque rond, dans l’ordre du chemin

Reproduire avec des anneaux le chemin de la fiche précédente, y faire se déplacer un personnage ( c’est un bonhomme Grimm’s !).

Puis placer un point dans chaque rond, toujours dans le sens du chemin …

Puis un deuxième …

Aligner des pions …

Puis tracer des lignes de la même couleur que les lignes de points.

Et à partir du dessin, faire d’autres lignes encore mais avec les bâtonnets.

Placer les points de façon concentrique

Et puis réaliser des algorithmes de deux couleurs ! Et puis encore ! Jusqu’à remplir la plaque.

Un tableau à double entrée ! Possibilité de plier la feuille au début pour ne laisser qu’une ligne si c’est trop difficile, et déplier petit à petit pour complexifier.

Placer des bâtonnets sur un modèle pour écrire son prénom

Et puis des créations libres !

… donnant des résultats très graphiques !

Je trouve que ça ressemble à du Poliakoff !

Disposition libre des bâtonnets (mais tous orientés !)

Puis complétés avec des points …

Motricité fine et résultat très graphique aussi !

A la maison des compositions libres, souvent à plusieurs …

Un des jeux préférés de Firmin : faire des maisons en associant des solides.

Et là il avait rajouté des chemins !

Et les avait aussi associés à d’autres maisons (notre petit village en bois)

Se concentrer très fort pour arriver à mettre les bâtonnets dans les trous !

A deux …

Faire des arbres …

Ou des forêts dans lesquelles les bonhommes se perdent !

Et puis ranger les bâtonnets par taille, c’est une activité à part entière qui avait bien occupé Firmin !

Noé toujours fan des labyrinthes !!! Aller jusqu’au trésor en poussant la boule avec un bâtonnet !

Noé qui continue aussi ses petits mondes : ici un parc d’attraction avec grande roue, montagne russe, manège, auto tamponneuses, piscine à boules , manège avec les chaises qui tournent et s’envolent (si si, tout ça, je vous assure !!!)

ici, il avait entrepris de fabriquer le Palais idéal du facteur Cheval !

Un petit escalier dans la construction …

Et un des géants du palais idéal !!!

Ici, l’intérieur d’un château avec une table de banquet, un puits, une chambre, une armoire, la porte …

Un coeur débordant d’amour !!!

A plusieurs main, une histoire qui s’invente tout en jouant : une ville, des voitures qui roulent, un incendie …

Un champ de fleurs !

tout en points …

Représenter aussi la vie quotidienne : le jardin après la cueillette des cerises !

Et puis parfois Noé utilise le spielgaben avec d’autres jeux : ici avec son circuit de train, kapla, pierres et animaux !

Il a construit un zoo géant !

J’aime bien le panda dans sa forêt de bambous !

Des constructions abstraites qui s’enrichissent petit à petit !

Mêler différents dons : les balles, les cordelettes, les bâtonnets, des points pour toujours plus de créations !

Et puis hier soir encore, on n’a pas pris de photo, mais Noé s’est intéressé à juste quatre losanges pour voir tout ce qu’on pouvait juste avec ces quatre formes ! C’était super intéressant ! La géométrie en jouant …

Voilà, spielgaben pour jouer, pour inventer, pour voir le monde d’une façon plus organisée, pour apprendre à maitriser ses gestes, pour apprendre, pour expérimenter, pour faire une activité avec un nombre limité d’éléments ou au contraire avec toutes les boîtes, pour jouer seul ou à plusieurs mains, pour représenter quelque chose ou faire une belle composition mais qui ne ressemble à rien de connu ! Mille et une façons de l’utiliser, de façon totalement libre ou très dirigée, tout est possible et c’est ce que j’aime ! Ca fait trois ans que nous l’avons, et je l’aime toujours autant ! A certaines périodes, il est un peu oublié et à d’autres, il sert quotidiennement ! Souvent, il suffit que je m’installe moi-même pour y jouer et hop !!! L’intérêt renaît et les enfants se précipitent !!!

Pour découvrir tous mes articles sur le spielgaben, cliquez ici.

(Je ne suis pas sponsorisée par spielgaben, juste passionnée par ce matériel, mais si vous êtes intéressé je peux vous parrainer ce qui vous permettra une réduc car c’est pas donné cette petite bête là …)

 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Mon petit magasin !

J’ai proposé un petit jeu à Noé qui lui a énormément plu !!! Il a choisi des objets qu’il désirait « vendre » et les a disposé sur une petite table. Il a écrit lui même des prix (je lui ai conseillé pour le moment de choisir entre 1 et 5 euros). Je lui ai passé une vieille balance Roberval que j’avais récupérée avec ses poids. Je l’ai aidé pour mettre le prix des « pierres précieuses » : 1 euro les 100 grammes.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous nous sommes tous prêtés au jeu et là c’est Lison qui fait la cliente. Je leur avais laissé des pièces de 1 et 2 euros (plus simple pour commencer) : ce peut être des vraies ou des imprimées ! Et c’était parti !OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Beaucoup de plaisir à penser les pierres, à mettre les poids pour en avoir 300 grammes ! Pas facile au début !OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Et l’acheteuse place ses emplettes dans un petit panier !OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Et puis elle fait des petits pièges au vendeur ! Ca coûte 3 euros. Mais je n’ai que 4 euros ! Ah … rendre la monnaie … pas facile non plus au début ! Alors on s’aide de jetons pour bien comprendre !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Et puis on change de rôles, le petit vendeur devient client … Et puis ensuite il change les objets à acheter … Il met d’autres prix … Je lui donne un petit cahier pour qu’il note le prix des objets achetés (3 euros le coquillage, 2 euros de pierres précieuses, 4 euros les matriochkas par exemple …) pour qu’il puisse ensuite additionner tout ça !

Et dans l’avenir, s’il souhaite y rejouer, on pourra introduire des billets, voire des centimes ! On en apprend des trucs en jouant !!!

(Age au moment de l’activité : Noé, 5 ans et 10 mois)

Pour découvrir d’autres activités où l’on compte, cliquez ici !