Archives du mot-clé dessin

Faire un dessin et inventer une histoire

Noé est allé chercher dans ses pots à trésor une petite boucle de ceinture puis l’a collée sur une feuille. ensuite il est allé chercher ses feutres, a dessiné un personnage et enfin a complété le dessin. J’aie bien son « Barbe verte » !

Le lendemain, je lui ai demandé comment s’appelait son personnage. Après plusieurs essais, il l’a nommé « Raklass » puis il a inventé l’histoire de Raklass que j’ai prise en dictée (je notais à mesure qu’il parlait).

    « C’est Raklass qui habite dans un immeuble mais sa porte est plus petite que lui ! Il ne peut que rentrer à quatre pattes. Et il y avait un immeuble juste à côté de chez lui qui s’est écroulé et il y avait des morceaux de l’immeuble qui étaient allés dans son jardin. Il y en avait beaucoup trop et il y passait des heures et des heures, il nettoyait même la nuit. Et un jour, il n’y avait plus de nuit, plus de jour, plus d’après-midi, plus de midi … Tous les gens avaient regardé le ciel : rien. Le ciel s’est cassé. Et tout à coup, l’immeuble se refait tout seul; la nuit, le jour, l’après-midi, tout était revenu ! Et tous les gens regardaient le ciel : « Whaou, c’est déjà la nuit ! » parce que pendant qu’il y avait rien, pendant que le ciel était vide, le matin, le jour et l’après-midi avaient passé. Fin de l’histoire. » 

J’ai trouvé intéressant de voir qu’il intégrait certaines caractéristiques de son dessin dans son histoire et qu’il ait remarqué que c’était illogique que la porte de sa maison soit plus petite que son bonhomme ! C’est aussi intéressant de voir qu’il a intégré dans son histoire un fait réel, à savoir l’immeuble écroulé puisqu’un immeuble près de chez sa mamie s’est effectivement écroulé e que ça l’a marqué. La notion de durée aussi puisque quand on est retourné chez sa mamie quelques jours après la catastrophe, la route était toujours coupée. Mais ensuite, la pensée magique de l’enfant : hop, tout redevient normal, comme par magie ! Les problèmes disparaissent comme ils sont venus !

C’est toujours intéressant de faire parler un enfant sur son dessin, s’il le souhaite ! Il observe plus attentivement ce qu’il a dessiné, fait marcher son imagination, crée une histoire, exprime des choses plus ou moins enfouies.

Et par la suite, on peut continuer et proposer à l’enfant d’en faire autre chose ! Une BD, une peinture tenant compte de tout ce qu’il a inventé en plus et qu’il n’y avait pas dans le dessin d’origine, un film (d’animation ou non)

(Age au moment de l’activité : Noé, 5 ans et demi)

Pour découvrir d’autres activités pour inventer des histoires, cliquez ici !