Archives mensuelles : février 2019

Une belle rencontre à la rivière

Ces jours-ci, il fait un temps superbe ! Le temps idéal pour aller faire un tour à la Galaure, notre rivière qui est à deux pas de chez nous. ( Je vous avais partagé le joli documentaire que Baptiste avait fait sur notre rivière).

Les enfants ont pris leur petit sac à trésors, c’est parti !

Quand soudain … maman, regarde !!! A deux pas de nous, se baladant tranquillement …

Un ragondin ! On l’a observé un très long moment entrer dans l’eau, nager, se diriger apparemment avec sa queue comme un gouvernail, faire une petite pause pour faire un brin de toilette, repartir en nageant beaucoup plus vite, … Un vrai régal ! Je vous laisse découvrir notre nouvel ami dans cette petite vidéo prise cet après midi !

Mais pendant cette balade, nous avons aussi bien évidemment fait des bateaux avec des bouts de bois, jeté des galets dans la rivière …

Ben oui, la pierre était grosse, ça éclabousse !

Nous avons joué dans les bans de sable … Eh, regardez ! Une trace ! Est-ce une trace de serpent se demande Noé ?

On opte plutôt pour un petit oiseau sautillant …

Un peu de land art ! Une montagne apparait …

Mais il y a aussi ces merveilleux galets de notre Galaure !

Regardez le mien !

De toutes les formes, de toutes les couleurs …

De quoi jouer, classer, observer …

Mais on observe aussi la nature qui se réveille … des pervenches, des arums …

Et ça, qu’est ce que c’est ?

On étrenne alors une nouvelle application conseillée par Papiluc : PlantNet.

Vous prenez une photo de la plante, du fruit, d’une feuille, d’une écorce, d’une fleur … Et l’application vous propose ce qui lui parait le plus probable, ainsi que quelques autres propositions. Il s’agit donc d’un noisetier !

Nous avons aussi appris que ces mini « pommes de pin » étaient les fruits de l’aulne (si je dis une bêtise, n’hésitez pas à me corriger en commentaire parce que je ne suis pas une bonne naturaliste …)

Nous avons aussi appris que non Noé, ce n’est pas une myrtille mais le fruit du lierre grimpant et que c’est hautement toxique !!!

Et voilà, on prend le chemin du retour tout en s’arrêtant encore régulièrement !

Au revoir notre belle Galaure, à bientôt !

Pour découvrir d’autres activités nature, cliquez ici ! 

Ages au moment de l’activité : Firmin, 5 ans, Noé, 8 ans. 

Faire des films de magie !

Samedi Noé a fêté (avec 2 mois de retard) son anniversaire avec ses copains. Quand on lui a demandé ce qu’il voulait faire pour cette anniv, il n’a pas hésité une seconde : on veut refaire un film comme l’année dernière !

Objectif : scénario et tournage du film en environ une heure ! ( après, ils saturent !)

Alors c’était parti ! Première étape, aller avec les enfants dans le coin déguisement et discuter sur ce qu’ils aimeraient faire : oh moi je suis un magicien, moi un viking …

Je les aide un peu à essayer d’organiser leurs idées… Donc un film de magie. Oui, et il y aurait une sorcière ! Et elle fait quoi cette sorcière ? Ben elle fait une potion magique dans son château. Et ils feraient un combat de sorts avec la magicien … Oui, mais et le viking alors ? C’est le copain du magicien ! Ok … Et Toi Noé ? Tu es qui ? Ben moi je suis un vampire !!! Oui, et toi t’es copain avec la sorcière.

Quant à Firmin, il est déjà déguisé avec son chapeau melon et son gilet de berger … Et toi tu arrives à la fin et tu leur dis d’arrêter de se battre. Oh j’ai une idée, dit Baptiste ! Tu verras ! D’autres copains préfèrent être derrière la caméra que devant !

Donc c’est parti, Baptiste a déjà installé son fond vert, ses lumières, son micro. Il est maintenant à la direction d’acteur ! Tiens, viens ici, et fais comme si tu lançai des sorts …Toi tu tournes ton bâton comme si tu faisais une potion …Ah, et on va mettre des coussins sous le fond vert, et tu tombes en arrière comme si on t’avait lancé quelque chose ! … Et toi Noé, tu fais comme si tu volais et je tourne autour de toi avec la caméra …

Le tournage fini, les enfants filent jouer dehors ! Pendant ce temps, Baptiste commence vite son montage… trouver des fonds pour remplacer le fond vert, des bruitages, des effets spéciaux, des musiques … Lorsque les parents arrivent, il peut montrer deux ou trois petits bouts mais il finit son montage le soir !

Et voici donc leur petit film au tournage express : La bataille de la magie !

Et pour rester dans le thème: il y a quelques semaines, Baptiste avait déjà fait un mini mini film de magie avec Firmin qui le réclamait à son frère ! Voici donc, inspiré des courts métrages de Mélies, notre mini magicien !

Ages au moment de l’activité : Noé et ses copains, 8 ans ; Firmin, 5 ans ; Baptiste, 16 ans.

Pour voir d’autres films de Baptiste, cliquez ici

 

Le trésor des lutins

Je vous présente aujourd’hui un autre jeu que les enfants ont eu à Noël : Le trésor des lutins édité chez Gigamic. Il s’agit aussi d’un jeu coopératif, mais un peu moins complexe que « après l’orage … » que je vous ai présenté la dernière fois. Hier, on a profité d’une maîtresse absente pour faire de bonnes parties avec Firmin !

Avant de commencer le jeu, la partie « installation » est également un jeu en lui-même ! L’enfant lance le dé formes et le dé couleurs.

Comme sur un tableau à double entrée, il va placer les clés et les friandises (dont je vous expliquerai l’utilité plus tard) sur le plateau de jeu. Ce hasard permet que la configuration du jeu change à chaque partie.

Voici donc notre plateau avant de commencer : une forêt dans laquelle se trouvent clés et friandises, un trésor caché dans une grotte gardée par un dragon … Le but du jeu : trouver trois clés pour ouvrir le coffre et arriver au trésor avant le dragon !

Les cartes sont disposées tout autour du plateau. Chacun à son tour, on retourne une carte. On y trouve soit un chemin, soit un dragon que l’on place en bas du plateau …

Firmin a pioché un chemin qu’il installe en haut du plateau en essayant de le disposer de façon à ce que l’on puisse se diriger vers une clé.

Le chemin avance, mais on a également placé plusieurs cartes dragons dans la grotte …

Ca y est, on arrive à une clé. Firmin place sa carte chemin puis récupère la clé qu’il va placer près du coffre…

Déjà deux clés de trouvées mais le dragon avance rapidement …

Nous avons réussi à conduire le chemin sur la case friandises que l’on place en bas du plateau.Le dragon est gourmand !  La prochaine carte dragon ira sur les friandises au lien de se diriger vers le trésor ! Ca nous fait gagner un peu de temps !

Ah mais zut … Cela n’a pas suffi … le dragon est arrivé avant nous au trésor … bon ben nous allons faire une nouvelle partie !!!

Et cette fois-ci, youpi ! Nous arrivons au trésor avant lui ! Mais c’était juste !!!

Voilà le plateau en fin de partie ! On voit que suivant les cartes que l’on a piochées, on est parfois obligé de faire des routes inutiles mais l’essentiel est de pouvoir attraper 3 des 4 clés et d’arriver au trésor !

Un petit jeu bien sympathique, assez simple et rapide mais ludique et comprenant toujours son soupçon de suspense ! Il plaît lui aussi beaucoup aux enfants ! Et Noé, 8 ans,  qui adore les jeux représentant des cartes, des labyrinthes, des chemins l’apprécie aussi ! Ce jeu peut être joué à partir de 4 ans environ

Age au moment de l’activité : Firmin, 5 ans

Pour découvrir nos autres jeux favoris, cliquez ici

Un outil pour mémoriser à long terme

Aujourd’hui, je voulais vous présenter un outil pour aider à la mémorisation à long terme. Alors oui, c’est sur écran, mais l’informatique est un outil performant et dans ce cas tout à fait approprié, je vais vous expliquer pourquoi.

Tout d’abord, je suis partie d’un constat avec Noé, et que tout le monde fait sans doute avec son enfant. Lorsqu’il a, notamment, une dizaine de mots à savoir orthographier d’une semaine sur l’autre, il ya arrive généralement bien (je vous avais expliqué il y a quelques temps notre méthode en couleurs pour y arriver !)

Mais si je lui dictais à nouveau ces mots un mois, trois mois après … il n’en restait bien souvent pas grand chose … En effet, pour mémoriser à long terme, nous avons besoin de consolider notre apprentissage pour que celui-ci s’ancre durablement par des répétitions successives, sous forme en quelque sorte de spirale : apprendre une première fois, puis revoir le lendemain, puis 4 jours après, puis disons 15 jours, etc … Notre mémoire a aussi besoin d’un feed back rapide : une réponse immédiate pour savoir si l’on a bien mémorisé.

On peut opérer de manière, disons, artisanale, ce qui fonctionne très bien : je marque une question sur un papier, la réponse de l’autre côté. Si j’ai juste , je mets les papiers d’un côté, je n’y reviendrai pas tout de suite, si j’ai faux, je fais un autre tas pour ensuite réviser.

J’ai trouvé cependant un logiciel que je trouve extrêmement bien fait pour cela, il se nomme Anki. Il est disponible en application (mais payant) pour téléphone ou sur ordi à télécharger (gratuit). J’ai pris les deux car c’est extrêmement pratique quand on a 5 minutes de réviser depuis son téléphone, mais ce n’est pas une obligation ! 

Alors, comment cela fonctionne-t-il ? Tout d’abord, bien sûr, nous l’avons utilisé pour les mots d’orthographe que Noé devait apprendre chaque semaine mais nous y avons rapidement inclus ses conjugaisons, des questions ou vocabulaire de sciences, d’Histoire, les tables de multiplication, même les notes pour le solfège. On peut réaliser des dossiers et sous dossiers, ainsi que mettre des mots clefs pour retrouver rapidement les fiches d’une leçon ( par exemple tablede5, présent …)

Puis l’on rentre ses questions et ses réponses. On peut écrire des mots, mettre des images ou enregistrer du son, ce qui est pratique notamment pour les dictées de mots !

( Sur la photo, un Noé en train de réfléchir et de se dire : mais si, je le sais, je le sais !!!)

Puis l’enfant peut choisir d’être interrogé sur un domaine particulier ou bien sur toutes ses fiches au hasard.

Il lit (ou écoute) sa question, répond à haute voix ou dans sa tête puis clique pour obtenir la réponse.

C’est alors à lui de s’auto évaluer : s’il ne savait pas du tout ou a donné une réponse fausse, il clique sur le bouton rouge à droite. si c’était ultra facile et évident, il clique tout à droite. S’il a su mais qu’il a du réfléchir un peu, sur le bouton vert, etc…

Et, c’est là où le logiciel est particulièrement intéressant. S’il a eu faux, la question lui sera reposée dans quelques minutes. Dans les autres cas, plus cela a été facile, plus cela lui sera proposé dans longtemps. En effet, si la question lui est reposée trop vite, il ne fera pas marcher sa mémoire à long terme. La première fois, la question lui sera proposée dans 4 jours. Si cette fois-ci il a faux, il recommence à zéro. Sinon, elle lui sera proposée dans plus longtemps ; si c’est toujours juste, dans encore plus longtemps. Et si c’est toujours évident pour lui 3 mois après, elle pourra lui être posée dans 1 an par exemple (je ne sais pas exactement !). Mais s’il a oublié, ce n’est pas grave, un autre cycle de révision recommencera.

Je trouve ça vraiment super efficace pour réviser mots, vocabulaire, tables de multiplication et toute notion à retenir. Noé a bien compris que s’il se trompait, ce n’était pas grave, il avait la possibilité de revoir la notion oubliée. Mais par contre, quelle satisfaction quand il voit qu’une fiche lui sera proposée dans plusieurs mois ou 1 an ! Cela veut dire que c’est bien acquis !

Le seul soucis je trouve, c’est que s’il ne fait pas sa petite révision régulièrement, les fiches s’accumulent et cela peut être décourageant. C’était un peu le cas pour Noé au début, mais maintenant c’est lui qui veut faire toutes ses révisions pour mettre le compteur à zéro ! Donc à faire régulièrement, mais plutôt des petites sessions très courtes, quelques minutes par jour par exemple. Il faut présenter ça comme un jeu, un challenge contre soi même, ce qui peut être très motivant ! Mais s’il n’accroche pas, tant pis ! Le but n’est pas de le dégouter ! Ça doit rester un jeu.

Ce logiciel peut fonctionner pour le primaire, mais bien sûr aussi pour des plus grands et même les adultes (je l’utilise pour moi même avec des questions par exemple sur les réalisateurs dont je ne me souviens jamais !!! Je progresse, je progresse !).

Concrètement, comment démarrer avec Anki.

Quand vous cliquez sur le logiciel, vous tombez sur cette page. Cliquez sur ajouter pour vous faire un compte.

Puis cliquez en bas sur créer un paquet. Vous le nommez selon un domain que vous souhaitez étudier. Ici, je l’ai nommé orthographe.

Cliquez ensuite sur le paquet qui vous intéresse (orthographe donc) et cliquez sur ajouter pour y entrer des fiches (donc des questions). Vous tombez sur une fiche comme celle-ci. Dans le cadre recto, vous entrez votre question.

Si vous voulez entrer du son (pour par exemple dicter un mot à orthographier), cliquez sur le petit micro.

Vous obtenez ceci. au recto, un son enregistré. au verso, la réponse à la question (le mot à bien orthographier était ici exemple). Vous pouvez ensuite ajouter autant de cartes que vous voulez en cliquant sur ajouter. Quand vous avez terminé, cliquez sur fermer.

Vous avez ensuite un écran vous indiquant le nombre de fiches présentes dans votre paquet orthographe (ici, une seule ^^). les inédites sont les nouvelles cartes que vous venez d’entrer, les repasser celles auxquelles vous avez répondu une réponse erronée, les à réviser celles sur lesquelles Anki ne vous a pas interrogé depuis un moment. Cliquez sur « étudier maintenant » pour que Anki vous pose les différentes questions !

Voilà le fonctionnement de base qui vous permettra de vous faire vos petites fiches !

Age au moment de l’activité : Noé, 8 ans

Pour découvrir d’autres activités dans le blog autour des apprentissages, cliquez ici. 

Après l’orage… : un joli jeu coopératif

Même si cela fait un bon moment que je n’ai pas publié, je ne vous ai pas oubliés ! Je vous présente aujourd’hui un très joli jeu coopératif que Noé et Firmin ont eu à Noël : Après l’orage …

C’est un jeu de plateau où les joueurs incarnent des bergers. L’orage a détruit la passerelle qui permet à leur troupeau de traverser la rivière et un petit mouton est coincé sur l’autre berge.

Il va donc falloir reconstruire le pont pour le faire traverser !

Pour cela, des pions en bois : un berger, une bergère, un mouton mais aussi un castor et un loup.

Les joueurs ont aussi des rondins de bois qui vont leur permettre de reconstruire le pont.

La case avec la scie nous permet de couper un tronçon et de le placer dans la réserve et la case avec le marteau de construire le pont en plaçant un rondin de bois pris dans la réserve.

 

Mais de multiples dangers guettent notre mouton ! si l’on ne construit pas assez vite le pont, il peut tomber dans la rivière et se noyer ! 

En plus, des castors viennent piquer des rondins de bois sur le pont et s’ils en volent trop, on ne pourra pas finir le pont …

Et bien sûr, le loup rode et veut dévorer le mouton …

Pour avancer sur le plateau, les joueurs ont un dé des couleurs qui indique sur quelle case ils vont tomber et donc quelle action ils vont faire.

C’est un jeu coopératif car il n’y a pas un pion par personne. Les joueurs ont à chaque fois le choix entre avancer le berger ou avancer la bergère, ce qui leur laisse un choix d’action. S’ils tombent sur un animal, ils avancent le pion concerné (le loup, le mouton ou le castor), s’ils tombent sur la scie ou le marteau, ils font l’action correspondante, la flèche les fait aller sur la case suivante, le marteau cassé indique que le pion tombé sur cette case ne peut pas jouer pendant un tour. Sur certaines cases, deux actions sont représentées et le joueur peut choisir celle qu’il va réaliser. Il y a également une case dé : dans ce cas, le joueur peut lancer le deuxième dé des couleurs et a alors le choix entre les couleurs des deux dés. Si un dé est rouge et l’autre vert, il pourra aller sur la case rouge ou sur la case verte. Lorsque les joueurs sont bien habitués au jeu, on peut choisir de placer toutes les cartes à l’envers et de ne la retourner que lorsqu’un pion tombe sur cette case, ce qui ajoute en difficulté et en suspense !

Tout le monde a vraiment beaucoup apprécié ce jeu, même les grands ont trouvé du plaisir à jouer avec leurs petits frères ! C’est un jeu intéressant car les joueurs ont le choix entre plusieurs actions, ils peuvent discuter pour savoir laquelle est la plus judicieuse puisque c’est un jeu coopératif. Il y a du suspense car le danger peut arriver de plusieurs côtés et les choix sont souvent cornéliens ! Vaut-il mieux avancer le mouton au risque qu’il ne se noie ou avancer le loup qui se rapproche dangereusement …

Un jeu que nous vous recommandons donc chaudement ! Je pense qu’il est adapté à partir de 5 ou 6 ans. Il est un peu compliqué pour les plus jeunes du fait de la multiplicité des actions possibles (construire le pont, scier du bois, avancer le mouton) et des dangers (le loup, le castor voleur, la noyade pour le mouton).

Ages au moment de l’activité : Firmin, 5 ans, Noé, 8 ans. 

Si vous souhaitez découvrir les autres jeux que nous aimons, cliquez ici!