Archives mensuelles : octobre 2016

Non au saucissonnage !

J’ai lu chez plusieurs pédagogues que nous n’apprenons pas dans la simplicité mais dans la complexité, lorsque notre cerveau fait des connexions avec des choses déjà vues, des expériences vécues auparavant, en faisant des liens entre différents domaines ! Je me souviens que Rémi à 3 ans m’avait vraiment surprise, remarquant une corne d’abondance je crois dans un dessin animé parce qu’il en avait vue une la veille alors que nous regardions un livre d’art.

Allez, je vous cause un peu de la pédagogie Reggio que j’adore et qui va bien plus loin que simplement faire de jolies choses avec des billes en verre sur un miroir ! Parce qu’à Reggio, la complexité, ils adorent !

Ils considèrent , à juste titre , que le  monde qui nous entoure est complexe et multiforme mais qu’il ne faut pas avoir peur de cette complexité et s’enfermer dans une fausse simplicité des choses. La connaissance a de multiples racines et non,  l’enfant n’apprend pas de façon linéaire, selon des étapes bien hiérarchisées !  Les enfants interagissent sans arrêt avec les personnes, les objets ou les images autour d’eux. C’est pour ça que la meilleure façon d’aborder un sujet, c’est de le concevoir sous différents points de vue en utilisant plusieurs langages différents. On apprend réellement lorsque l’on fait des connexions entre les connaissances, lorsque une image nous rappelle quelque chose vue dans un film qui nous rappelle une activité que nous avons faite. C’est en croisant les connaissances que l’on apprend et que les savoirs sont ancrés en nous. Ainsi, le soucis principal des écoles Reggio est de créer des connexions à travers de multiples expériences.

image2-reggio-emiliaEt de ces connexions apparaîtront des choses inattendues et surprenantes qui conduiront à des pensées nouvelles ! Pour trouver du plaisir et attiser la curiosité, l’esprit est beaucoup plus stimulé par une situation complexe plutôt que simple et isolée en créant des analogies. Et c’est avec une approche esthétique qui a lieu dans l’atelier avec l’utilisation des cent langages que l’on peut connecter entre eux ces différents éléments de réalité.

Nous-mêmes, nous sommes un tout et à l’école, on nous découpe en tranches, le savoir est saucissonné en français, Histoire, math, chacun dans une case. Dans les écoles Reggio, ils font tout pour éviter que des frontières soient crées entre les différents domaines et la rationalité peut aller avec l’imagination, les connaissances avec les émotions, la science avec l’esthétique, la logique avec la fantaisie. On peut cultiver l’imagination tout en renforçant le sens du possible.

Plutôt que de simplifier une situation qui paraît trop complexe pour notre enfant, il vaudrait mieux l’aider à l’aborder de multiples façons pour cerner petit à petit la question. Cela peut être en regardant un livre, un film, en faisant une maquette, en jouant, en manipulant des personnages, en peignant, en entendant d’autres points de vue différents sur le même sujet,  en l’expérimentant avec notre corps (mime, théâtre …), en créant un dessin animé …

Et puis l’apprentissage est circulaire, l’enfant entendra parler plus tard à nouveau du même sujet et riche de ses expériences, il approfondira encore ses connaissances.  A Reggio, ils laissent l’enfant élaborer ses théories (par les mots, le dessin …) , même si elles nous semblent absurdes, cela n’a pas d’importance. Il construit peu à peu son savoir qui se modifiera de lui-même au contact d’éléments nouveaux et de discussions avec d’autres. Si nous lui plaquons un savoir qu’il n’est pas prêt à entendre, cela sera sans effet. Il faut que l’enfant se sente libre de ses expérimentations, sans sentir de jugements de la part de l’adulte, sans peur de se tromper. L’important est bien la pensée, l’expression, la recherche et non le résultat.

Pourquoi je vous parle de tout ça ? Parce que je trouve qu’il y a de plus en plus de projets dans nos écoles « traditionnelles » où justement on casse un peu les murs entre les matières et moi j’aime ça ! Par exemple, Rémi, pour le bac, a du proposer un projet reliant deux matières différentes et le présenter d’une manière originale. Ainsi, dans son groupe, ils ont parlé des miroirs ardents (vous savez, dans l’Antiquité, ces miroirs qui brûlaient les flottes ennemies) et ont donc étudié le sujet sur le plan historique et physique : il a donc lu les auteurs latins, réalisé des expériences et tout ça sur le même sujet, puis ils ont présenté leurs travaux sous la forme d’une Bande dessinée ! Et ben c’est super riche, ça, je trouve ! Et quand j’entends des esprits chagrins qui rouspètent parce que ça fait perdre du temps aux élèves qui n’ont pas le temps de finir le programme, et ben je pense qu’ils ont rien compris !

Autre exemple, Baptiste, la semaine dernière, avec les fameux EPI (Enseignements Pratiques interdisciplinaires). Alors oui c’est peut-être pas encore au point, les profs tâtonnent encore un peu mais c’est pas grave ! Baptiste travaille donc sur l’autoportrait dans trois matières : français, anglais et espagnol. Là encore, il devait présenter son travail comme il le souhaitait. Il a choisi … allez devinez … tadam … Gagné ! La vidéo ! Il a choisi d’interpréter un animateur télé présentant son émission : Coïncidences exceptionnelles car la coïncidence exceptionnelle du jour, c’est qu’il a trouvé trois Baptiste Pigache de trois nationalités différentes qui vont chacun se présenter. Je vous laisse découvrir sa vidéo, moi, en toute objectivité, je l’ai trouvée super !

(Et puis rien à voir avec le sujet de la complexité et des connexions entre différents domaines, mais j’en profite pour vous montrer un autre de ses petits films que Baptiste vient de finir de monter : Le voyage du colonel Bon Bibine :

Pour découvrir d’autres infos sur la pédagogie Reggio, cliquez ici !

Pour découvrir tous les films de Baptiste, cliquez ici !

 

Fais de chaque jour une fête ! Musique en famille

Fais de chaque jour une fête, la belle devise de ma copine Aurélie !!!

L’autre jour, notre ami Guy a proposé aux enfants, comme il l’a déjà fait plusieurs fois, de jouer de la musique pour animer une petite soirée dans le village.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Quelle joie pour tous ! Tous ont chanté, même les petits !OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Tous ont sorti les instruments ! Firmin à fond !OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Saxo, alto, violoncelle, percu, c’était l’occasion de jouer ensemble pour accompagner des chansons de variété ou des chansons populaires ! OLYMPUS DIGITAL CAMERA

C’est chouette parce qu’au conservatoire, ils sont dans des classes, des orchestres de niveaux différents et ne jouent donc pas ensemble à ces moments-là !OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Et puis la musique, c’est quand même exigeant, c’est du travail en principe tous les jours ! Alors que c’est agréable quand ça porte ces fruits et qu’on peut jouer spontanément avec facilité des accompagnements assez simples !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les petits étaient aussi ravis, même si Firmin jouait parfois dans la salle plutôt que sur scène !!!OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Un bon moment de partage joyeux et festif !OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Quant à Noé, depuis tout petit il adore la musique, a le sens du rythme, est très concentré quand il joue de sa petite darbouka ! Et là, depuis septembre, il vient tout heureux de commencer à apprendre à jouer de la clarinette !!! L’orchestre s’agrandit !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

(Ages au moment de l’activité : Firmin, 2 ans et 9 mois ; Noé 5 ans et 9 mois ; Lison, 11 ans et 8 mois ; Baptiste, 14 ans et 3 mois ; Rémi, 16 ans et 1 mois)

Pour découvrir les autres activités musique dont je vous ai déjà parlé, cliquez ici (vers la fin) !

Cinéphile !

Baptiste rêve de devenir réalisateur (je vous ai déjà montré plusieurs de ses petites vidéos). Il a donc décidé de parfaire sa culture cinématographique ! Ainsi depuis quelques temps, il regarde film sur film ! Les 400 coups de Truffaut, des Charlot (le dictateur, le Kid, la ruée vers l’or …); le salaire de la peur de Clouzot, Play time de Jacques Tati, le voyage sur la lune ainsi que plusieurs autres petits films de Mélies, le chien andalou de Luis Bunuel …

(Il a regardé aussi avec les petits les petits films de Mélies très visuels ! Et on s’est dit qu’il faudra aussi regarder quelques Charlot avec eux. )

img_2211

Il a aussi commencé un « cahier de réalisateurs », de la même façon qu’il avait fait un cahier d’artistes ! Il a d’abord listé tous les films qu’il avait vus avec leurs réalisateurs, puis a fait sa petite enquête auprès des uns ou des autres pour avoir des noms de réalisateurs et de grands films à découvrir !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA00Et puis bien sûr, voir des films ça donne des idées ! Le chien andalou de Bunuel, le film surréaliste par excellence, lui a donné très envie de faire un petit film surréaliste !

Il a alors écrit un petit scénario…

img_2217

… et a enrôlé sa soeur Lison en tant qu’actrice !

capture-decran-2016-10-06-a-19-41-35

Entrez donc dans l’univers étrange des rossignols martiniquais !!!

(Age au moment de l’activité : Baptiste, 14 ans et 3 mois et son actrice Lison, 11 ans et 8 mois)

Pour découvrir les autres films de Baptiste, cliquez ici !

« A moi la liberté !!! »

Tous les pédagogues que j’ai pu lire nous le disent, vivre dans la nature est tellement important pour le développement de l’enfant ! On prend du temps, on observe, on expérimente, on joue, on fait marcher tous ses sens, on apprend, on ressent le temps qui passe grâce aux modifications de la nature jour après jour … Charlotte Mason déclarait même que les jeunes enfants devraient passer environ six heures dehors par jour, quel que soit le temps ! Alors difficile dans nos vies trépidentes, mais j’ai pris la bonne résolution d’emmener les petits beaucoup plus régulièrement dans la nature, d’autant plus que nous avons la chance l’avoir des bois et une jolie rivière sauvage à proximité !

Voici donc notre « promenade » de lundi, on est resté environ 2 heures dehors après l’école, au rythme des enfants, explorant un endroit, avançant un peu, nous arrêtant encore, etc …

Premier arrêt, direct au but, tout au bord de la rivière. Firmin porte encore et encore des cailloux, parfois très gros pour les lancer dans la rivière ! Ca c’est toujours le grand bonheur toujours recommencé !!! Noé lui fait de petits bateaux avec des bouts de bois.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Puis un début de barrage !OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Oh ! Une mini rivière ! Noé peut s’entrainer à marcher sur les pierres ! Et Firmin aussi ! Euh en fait non, il préfère mettre directement les pieds dans l’eau …

OLYMPUS DIGITAL CAMERA OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Allez, on va un peu plus loin. Chouette, des tas de terre ! Quelle bonheur de les escalader, et d’y planter des feuilles rouges !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Oh dans le ciel un trait ! C’est un avion ! Et là, regarde maman, un oiseau ! (C’était un rapace qui planait). Et le ciel il est tout bleu, il n’y a pas de nuages !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Et puis ils s’amusent à monter et descendre (pas facile ! ) les buttes pour descendre à la rivière ! Et on charge des gros morceaux de bois …OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Il y a des arbres dans l’eau ! Il y a des arbres dans l’eau ! s’exclame Firmin ! Et oui, C’est leur reflet ! Et l’arbre là bas, c’est un bouleau me demande Noé ?OLYMPUS DIGITAL CAMERA

On avance encore un peu jusqu’au champ de maïs. Quel bonheur de s’y perdre un peu !!!OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Noé observe d’un peu plus près l’épi de maïs :

OLYMPUS DIGITAL CAMERA   OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pendant que Firmin est très intrigué par des longues herbes avec un « plumet » au bout qui poussent en bordure du champ ! On en ramasse quelques unes et puis de retour à la maison, après une recherche sur internet, on apprend que c’est une sétaire (je vous conseille vivement le groupe Facebook que je viens de découvrir : quelle est cette plante, super quand nos connaissances en botanique ne vont pas très loin  comme les miennes ! )

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les enfants remarquent le bas du plant de maïs !OLYMPUS DIGITAL CAMERA

On retourne encore au bord de la rivière. Je les regarde d’un peu plus loin, les laissant à leurs explorations. Et mon Firmin qui s’exclame : « A moi la liberté ! A moi la liberté !!! » . J’en suis restée très étonnée … Où est-ce qu’il a été cherché ça … OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Et c’était tellement adapté !!!OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Et puis bien sûr les feuilles d’automne !!! Une petite douche de feuilles !OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Et une observation d’un peu plus près … Il a aussi remarqué que des feuilles vertes avaient des trous .. Hypothèses … Un escargot ?

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Et on passe par des endroits un peu compliqués … Euh je suis coincé là maman …

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

En revenant, le soir qui tombe… Firmin s’interroge … Le soleil il va se coucher ? Non il va de l’autre côté de la Terre répond Noé !

De retour à la maison, on commence notre table de la Nature/table des saisons : Les feuilles de maïs, les sétaires (maintenant qu’on sait comment ça s’appelle), quelques feuilles rouges ou jaunes … On modifiera à la prochaine sortie, très bientôt, promis  !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA(Ages au moment de l’activité : Firmin, 2 ans et 9 mois ; Noé 5 ans et 9 mois)

Pour découvrir les autres moments « nature » dont je vous ai déjà parlé, cliquez ici !

Pour découvrir d’autres activités où l’on bouge, cliquez ici

Modeler de la cire

L’autre jour, nous avons modelé de la cire (de la marque Stockmart, très utilisée dans la pédagogie Steiner). Les couleurs sont super belles, ça sent bon ! Mmm !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Baptiste choisit de modeler un petit personnage…OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Lison de décorer un pot en verre (ça colle facilement dessus)OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Noé a tenté de graver dessus avec un cure dent !OLYMPUS DIGITAL CAMERA

La cire est un matériau différent de la pâte à modeler, plus dur.OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Je pense que faire quelque chose d’un peu gros ne doit pas être facile, mais prendre de tout petits bouts, ça fonctionne bien ! Le clown de Baptiste prend forme ! OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Noé finalement s’attaque aussi à la décoration d’un pot en verre !OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Chacun est bien concentré sur sa petite création ! img_0644

Et voilà les oeuvres !img_0651

Baptiste a aussi fait un petit James Bond. Mais comme il était un peu trop petit, il m’a dit que c’était un Baptiste déguisé en James Bond ! (comme il avait filmé un mini générique James Bond !)

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

(Ages au moment de l’activité : Noé, 5 ans et 9 mois ; Lison, 11 ans et 7 mois ; Baptiste, 14 ans et 3 mois)

Pour découvrir les autres techniques artistiques dont je vous ai déjà parlé, cliquez ici !