Archives pour la catégorie Apprendre

réglettes Cuisenaire et mathématiques

Depuis quelques jours, Firmin a envie d’activités mathématiques et ce sont les réglettes Cuisenaire dont je vous avais déjà parlé ici  et ici  qui sont de sortie ! Cette fois-ci, Firmin a essayé de remplir des carrés de différentes dimensions avec les réglettes.

Mission réussie !

Puis il a eu envie de les aligner juste devant lui et ensuite de les empiler pour faire une pyramide ! Bien sûr, les carrés se défaisaient, il fallait donc les construire à nouveau mais sans les contours des carrés.

Et voilà !

Le lendemain, c’est une tour Eiffel qu’il a construite. Bien choisir les réglettes pour bien les prendre des plus grandes aux plus petites, les poser avec délicatesse …

Une belle tour ! Il a aussi fait l’escalier à côté.

Puis, de la même façon qu’il avait rempli des carrés, il a rempli des rectangles.

Je lui ai alors suggéré que l’on allait chercher si ces rectangles occupaient tous « la même place ». On essayait de deviner juste en les observant  puis on a essayé de calculer. Firmin savait qu’une réglette valait 4 cubes blancs, que la noire en vaut 7, etc. Et je lui ai dit qu’on allait calculer combien valait chaque rectangle : il calculait moitié en écrivant, moitié dans sa tête et s’est débrouillé comme un chef ! Il a trouvé que celui du haut valait 45, que le rose et jaune occupait 24 places et quand il eut fini de calculer le dernier qui faisait aussi 24, il s’est exclamé : égalité ! égalité !! Noé, qui jusqu’à présent était plongé dans un bouquin, s’est approché et s’est intéressé à ce que faisait son frère  !

Noé a ensuite pris une réglette orange de « 10 » dans sa main est s’est exclamé : « c’est un décimètre » ! Il a vérifié avec une règle et effectivement la réglette orange mesure bien 10 cm, la blanche 1 cm. On a dit que nos rectangles mesuraient donc bien 24 ou 45 cm2, et je leur ai dit qu’on avait calculé la surface du rectangle (ou l’aire).

Et puis Noé s’est mis à aligner 10 réglettes oranges les unes à côté des autres : ça fait 1 mètre !!! Ah et tiens, remarque-t-il, trois carreaux de notre carrelage, ça correspond pile à 9 réglettes, donc 90 cm. Ah ben un carreau mesure donc 30 cm de côté !

Regarde maman, 1 mètre, ça fait ça, me montre-t-il avec ses bras ! Firmin a aussi ensuite  essayé de montrer 1 mètre avec ses bras !!

Bref, de jolis moments mathématiques improvisés dans la joie et le jeu !

Pour retrouver les fiches que nous avons utilisées : ici et

(Ages au moment des activités : Firmin, 6 ans et Noé, 9 ans)

Pour découvrir d’autres activités mathématiques, cliquez ici

Vous trouverez d’autres idées d’activités inspirées par les pédagogies alternatives dans mes livres écrits avec Madeleine Deny : le grand guide des pédagogies alternatives , lire et écrire apprendre avec les pédagogies alternatives, compter et calculer apprendre avec les pédagogies alternatives et  mes tout premiers apprentissages avec les pédagogies alternatives !

Un jeu des couleurs avec Spielgaben

Un petit jeu pour jouer avec les couleurs avec Spielgaben !

Chacun à son tour, nous lançons un dé des couleurs fait maison (vous pouvez aussi coller des gommettes sur un dé ordinaire ou en fabriquer un en carton).Pour lancer le dé, j’ai utilisé une des boîtes de rangement spielgaben pour éviter que le dé ne vole de partout !  Puis on prend un grand anneau de la couleur indiquée par le dé que l’on place où l’on veut sur le plateau. Quand le plateau est plein, on fait la même chose avec les moyens anneaux à placer dans les grands puis avec les petits anneaux.

Ensuite, la même chose mais avec cette fois les boules à placer dans chaque anneau. Et enfin les petits points, toujours avec le dé des couleurs, à placer où l’on veut.

Plein de choses se jouent mine de rien !

  • Trouver l’objet de la même couleur que la face du dé
  • nommer la couleur
  • remplir l’espace complètement
  • placer les anneaux concentriques
  • repérer les endroits où il n’y a pas d’anneau ou de boule
  • opérer des choix pour placer les objets de façon artistique en choisissant de mettre ensemble les couleurs semblables ou au contraire différentes, comme cela nous plaît, en verbalisant éventuellement ses choix
  • être précis et délicat pour placer les objets sans déranger le reste de la composition
  • attendre son tour pour lancer le dé
  • bien viser pour que le dé atterrisse bien dans la boîte !
  • Ranger de façon ludique en révisant une fois encore les couleurs et les tailles : donne-moi les petits anneaux rouges, les grands anneaux verts … Mets les points dans la bonne case de la boîte …

Un mon moment où se mêlent le jeu, l’apprentissage et la créativité !

Pour découvrir d’autres activités Spielgaben, cliquez ici

Pour découvrir d’autres activités autour des couleurs, cliquez-là

Vous trouverez d’autres idées d’activités inspirées par les pédagogies alternatives dans mes livres écrits avec Madeleine Deny : le grand guide des pédagogies alternatives , lire et écrire apprendre avec les pédagogies alternatives, compter et calculer apprendre avec les pédagogies alternatives et  mes tout premiers apprentissages avec les pédagogies alternatives !

« Une activité par jour ! »

L’autre jour, avec un petit sourire, j’observe mon Noé prendre son « grand guide des pédagogies alternatives » et déclarer qu’il va faire une activité par jour en piochant dans le livre !

Il a donc ouvert à la page Montessori, activités sensorielles ! Et sur les photos du livre, ben c’est lui il y a quelques années !

C’est donc l’occasion de retrouver un matériel un peu mis de côté ! Il a choisi de faire un grand dégradé avec toutes les tablettes de couleur. Il y a pris un grand plaisir ! ( je vous avais présenté les tablettes ici ! )

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le lendemain (c’est-à-dire hier !) , il a ressorti ses blocs de cylindres  pour faire l’activité « les yeux fermés » ! Se concentrer uniquement sur le sens du toucher, découvrir le monde autrement … On peut aussi faire le jeu des yeux fermés avec n’importe quel jeu d’encastrement, ou faire une tour de cubes les yeux fermés par exemple …

Et bien sûr, tout cela a attiré un petit Firmin qui observe son grand frère avec attention !

Firmin a alors refait lui aussi les tablettes de couleur et les cylindres, puis m’a demandé des activités avec les barrettes de perles (toujours Montessori). Je lui ai d’abord proposé d’associer chaque étiquette nombre de 1 à 10 avec la barrette de perles correspondante (je n’ai pas pris de photo).

Puis comme il était motivé, j’ai ressorti ma table de Seguin (je vous avais détaillé son fonctionnement dans l’article Première table de Seguin, ainsi qu’un lien pour l’imprimer). Firmin comptait  consciencieusement : 10, c’est une barrette orange de 10 perles, 9 c’est la barrette bleue de 9 perles, si je place le 9 sur le 0 du 10 ça fait 19, il y a 19 perles.

Puis il a commencé une pyramide en plaçant l’une en dessous de l’autre les barrettes de perles : la 1, la 2 …

Il a ensuite placé l’étiquette nombre sous la barrette de 10 !

Mais … Je peux continuer, a-t-il déclaré ! Sous le 10, il y a le 11, donc une barrette de 10 et une perle rouge , etc …

Et ce jusqu’à 18 … Oh regarde, il y a une autre pyramide !

Il a ensuite pris les plaquettes « nombres » Montessori ( dizaines et unités). Il piochait une carte bleue (dizaines) et une verte (unités) en associant les perles correspondantes. Ici, 2 barrettes de 10 oranges pour le « 20 » et la barrette de 4 perles jaunes pour l’étiquette 4. Il plaçait ensuite le 4 sur le 0, comptait les perles, il y en a bien 24 !

Ages au moment de l’activité  : Noé, 8 ans ; Firmin, 5 ans

Pour découvrir d’autres activités Montessori, cliquez ici

Vous trouverez d’autres idées d’activités inspirées par les pédagogies alternatives dans mes livres écrits avec Madeleine Deny : le grand guide des pédagogies alternatives , lire et écrire apprendre avec les pédagogies alternatives, compter et calculer apprendre avec les pédagogies alternatives et  mes tout premiers apprentissages avec les pédagogies alternatives !

Des livres pour nos philosophes en herbe

Je vous avais parlé il y a quelques temps des ateliers philo que je faisais avec mes petits de maternelle, des moments riches d’échange qui aidaient les petits à se forger une pensée, une opinion, à écouter celle des autres, et à comprendre que parfois, il n’y a pas de réponse juste ou fausse à une question !

Le sujet est en ce moment d’actualité car sort un film intitulé « le cercle des petits philosophes » sur justement ces ateliers philo à l’école.

Je ne l’ai pas encore vu mais voici la bande annonce :

 

On en discutait donc sur les réseaux sociaux, et l’envie de faire ce genre d’atelier en famille se faisait sentir. Mais bon, avec un seul enfant, l’échange est vite limité ! Je voulais donc vous proposer des supports pour ces discussions philosophiques, des livres adaptés à différents âges.

Pour commencer, je trouve que pour les plus jeunes « les p’tits philosophes » que l’on trouve dans la revue Pomme d’Api sont parfaits !

A partir d’une question, les petits héros vont échanger, chacun ayant son opinion.

Les thèmes sont tout à fait adaptés aux petits.

Les différents personnages ont chacun leur personnalité, ce qui donne des avis variés : naïfs, plus raisonnés, tournés vers les autres ou plus égocentriques …

Ces petits dialogues sont simples, drôles et l’enfant peut s’identifier à tel ou tel personnage.

Il peut ensuite verbaliser sur pourquoi il est plus d’accord avec tel ou tel personnage, ou s’il pense autrement.

Une grande image termine souvent la petite BD pour permettre à l’enfant de s’exprimer .

Chez nous, nous n’avons que les revues mais on retrouve ces petits philosophes dans des livres regroupant leurs questionnements .

Une autre série pour les un petit peu plus grands (mais pas tant que ça ! ) chez Nathan : Philozenfants. on retrouve des thèmes très variés comme : savoir c’est quoi, le beau et l’art , la violence, le bien et le mal, la vie, moi c’est quoi, etc … Il y a aussi la même série mais pour les plus jeunes : les petits philozenfants  mais je ne les connais pas (par exemple : dis maman pourquoi j’existe).

On retrouve dans chaque livre 6 grands thèmes. Par exemple, pour savoir : comment sais-tu que l’univers existe, est-ce important de réfléchir , dois-tu tout savoir ,  à quoi sert l’imagination ?

Pour chaque question, 4 réponses possibles suivies de plusieurs oui mais, donc d’autres questions. Je trouve ça très bien, car la philo, c’est justement se poser des questions, et comprendre qu’il n’y a pas de réponses toutes faites.

Puis à la fin une petite réflexion sur la question, que l’on peut bien sûr discuter avec l’enfant, qui peut susciter d’autres questions ou désaccords ! Rien n’est figé.

Pour les sept ans et plus, des livres issus des rubriques d’Astrapi ( qui ont changé de titres parce que mes livres commencent à être anciens !) : les grandes questions philo 1 et 2

Là aussi, on part de nombreuses questions : faut-il toujours obéir ; faut-il toujours être gentil, comment savoir ce qui est vrai ou faux, est-ce que c’est grave de se tromper … etc ! Dans chaque livres, 30 questions sont abordées.

Je pense qu’avant de lire le texte, il est intéressant d’échanger avec son enfant, qu’il exprime d’abord sa pensée. Puis la double page vivante et avec une pointe d’humour va soulever d’autres aspects auxquels il n’aura pas pensé, apporter des opinions différentes … Il pourra au fur et à mesure de la lecture donner sa propre expérience (ah oui, moi aussi …) ou dire éventuellement son désaccord.

Ce qui est important, c’est de ne pas lui dire tu as raison ou tu as tort, mais de le laisser construire sa propre pensée.

Une autre série que j’aimais beaucoup mais qu’on ne trouve que d’occasion, aux éditions autrement, les petits albums de philosophie.  on retrouve comme thèmes le bonheur, la vérité, le beau, l’amour…

Dans ces livres, on suit la petite Ninon et ses questionnements au fil des pages dans sa vie quotidienne. Elle va échanger avec ses parents, ses amis, son frère, son voisin, sa maîtresse et même son chien ! Autant d’opinions qui peuvent être différentes ou se compléter.

Parfois, on lui raconte une histoire pour mieux lui faire découvrir une notion, et ici par exemple on lui explique le mythe de la caverne de Platon.

Ca se lit facilement comme une BD peut-être pour les un peu plus grands ( il est indiqué 8 ans sur le livre)

Dans une présentation un peu différente, voici le livre des grands contraires philosophiques. On trouve dans la même série :  le sens de la vie, c’est bien c’est mal, l’amour et l’amitié …

Il s’agit ici de présenter dans de grandes illustrations des oppositions philosophiques, l’image aidant à mieux comprendre cette notion et permettant d’échanger (toujours !). Ici, par exemple, sur la notion d’unité et de multiplicité (pas simple !). Une classe, c’est une unité mais composée de beaucoup d’éléments différents, les élèves ne sont pas tous identiques.

Ce qui peut aussi amener à parler de sciences !

Je trouve les images très belles et la réflexion intéressante mais souvent plus complexes que dans les autres ouvrages. Mais bien sûr, on peut discuter chacun à son niveau !

D’autres ouvrages que nous n’avons pas à la maison mais que nous avons déjà empruntés à la bibliothèque, très bien aussi.

La série « les goûters philo » de chez Milan  avec également des thèmes variés et de nombreux titres  : moi et les autres , les droits et les devoirs, la justice et l’injustice…

Et la série des petits Platons qui permettent plus d’aborder la pensée de grands philosophes célèbres : Socrate, Pascal, Kant …

Voilà, la liste n’est pas exhaustive mais elle vous donne déjà pas mal d’outils et de pistes pour philosopher avec vos enfants !

Pour découvrir d’autres livres que nous aimons, cliquez ici

Pour découvrir d’autres activités autour des apprentissages, cliquez là ! 

 

 

[Edit : Voici des suggestions des lecteurs du blog  :

  • Un livre pour animer des ateliers philo avec des outils à télécharger en cliquant ici

   

Merci pour le partage ! 🙂 ]

Vous trouverez des idées d’activités inspirées par les pédagogies alternatives dans mes livres écrits avec Madeleine Deny : le grand guide des pédagogies alternatives , lire et écrire apprendre avec les pédagogies alternatives, compter et calculer apprendre avec les pédagogies alternatives et  mes tout premiers apprentissages avec les pédagogies alternatives !

Explorer les réglettes Cuisenaire

Je vous avais déjà parlé de ce merveilleux matériel que sont les réglettes Cuisenaire.  Elles étaient de sortie aujourd’hui ! Elles peuvent servir à faire des calculs savants pour les plus grands mais pour les plus petits, toutes sortes de manipulations et jeux sont possibles.

En farfouillant sur google, j’ai trouvé plusieurs fiches avec ces réglettes et j’ai proposé celle-ci à Firmin (si vous voulez l’imprimer, attention aux dimensions : les réglettes de la tête mesurent 2 cm).

Trouver les réglettes de la bonne longueur, pas toujours facile ! Et on en profite pour utiliser les termes « plus long », « plus court », c’est de la même longueur … Il voit en manipulant que chaque couleur correspond à une taille. « tous ceux qui sont de la même couleur ils mesurent pareil. »

Et puis tout à coup, il s’éloigne de l’objectif premier pour rentrer de lui-même dans les mathématiques ! Comme quoi, la puissance de ce matériel ! Et si je mets trois rouges à côté, c’est la même longueur que quoi ?

Il essaie plusieurs réglettes qu’il place sur les trois rouges …

Ah ben oui, trois rouges, c’est pareil que vert foncé ! Satisfaction du loulou !

Et deux rouges ? C’est pareil que la réglette rose. Il n’est pas utile pour l’instant d’associer les réglettes aux chiffres pour dire le rouge, c’est 2, le rose, c’est 4. 2+2=4 . On se contente de dire deux rouges sont égales à une réglette rose. Ce n’est qu’après beaucoup de manipulations et surtout de jeux qu’on pourra associer les couleurs et les nombres.

Mais bon, après ce problème qu’il s’est posé à lui-même et qu’il a résolu (et c’est ça, pleinement, les mathématiques ! ) , il continue ses deux bonhommes. Le grand, c’est Noé, et le petit, c’est lui, Firmin.

Puis il s’amuse à faire une pyramide en utilisant bien une réglette de chaque couleur !

Et magique … Notre pyramide se reflète dans un miroir ( ben oui, notre pyramide était au bord de l’eau !)

Alors ensuite, essayer de faire le reflet de la pyramide … D’abord en s’aidant du miroir, puis tout seul en vérifiant à la fin avec le miroir !

Une jolie petite activité sur la symétrie 😉

(Age au moment de l’activité : Firmin, 5 ans)

Pour découvrir d’autres activités mathématiques, cliquez ici

Pour découvrir des informations sur les pédagogies alternatives, cliquez là.

Vous trouverez d’autres idées d’activités inspirées par les pédagogies alternatives dans mes livres écrits avec Madeleine Deny : le grand guide des pédagogies alternatives , lire et écrire apprendre avec les pédagogies alternatives, compter et calculer apprendre avec les pédagogies alternatives et  mes tout premiers apprentissages avec les pédagogies alternatives !

 

Un outil pour mémoriser à long terme

Aujourd’hui, je voulais vous présenter un outil pour aider à la mémorisation à long terme. Alors oui, c’est sur écran, mais l’informatique est un outil performant et dans ce cas tout à fait approprié, je vais vous expliquer pourquoi.

Tout d’abord, je suis partie d’un constat avec Noé, et que tout le monde fait sans doute avec son enfant. Lorsqu’il a, notamment, une dizaine de mots à savoir orthographier d’une semaine sur l’autre, il ya arrive généralement bien (je vous avais expliqué il y a quelques temps notre méthode en couleurs pour y arriver !)

Mais si je lui dictais à nouveau ces mots un mois, trois mois après … il n’en restait bien souvent pas grand chose … En effet, pour mémoriser à long terme, nous avons besoin de consolider notre apprentissage pour que celui-ci s’ancre durablement par des répétitions successives, sous forme en quelque sorte de spirale : apprendre une première fois, puis revoir le lendemain, puis 4 jours après, puis disons 15 jours, etc … Notre mémoire a aussi besoin d’un feed back rapide : une réponse immédiate pour savoir si l’on a bien mémorisé.

On peut opérer de manière, disons, artisanale, ce qui fonctionne très bien : je marque une question sur un papier, la réponse de l’autre côté. Si j’ai juste , je mets les papiers d’un côté, je n’y reviendrai pas tout de suite, si j’ai faux, je fais un autre tas pour ensuite réviser.

J’ai trouvé cependant un logiciel que je trouve extrêmement bien fait pour cela, il se nomme Anki. Il est disponible en application (mais payant) pour téléphone ou sur ordi à télécharger (gratuit). J’ai pris les deux car c’est extrêmement pratique quand on a 5 minutes de réviser depuis son téléphone, mais ce n’est pas une obligation ! 

Alors, comment cela fonctionne-t-il ? Tout d’abord, bien sûr, nous l’avons utilisé pour les mots d’orthographe que Noé devait apprendre chaque semaine mais nous y avons rapidement inclus ses conjugaisons, des questions ou vocabulaire de sciences, d’Histoire, les tables de multiplication, même les notes pour le solfège. On peut réaliser des dossiers et sous dossiers, ainsi que mettre des mots clefs pour retrouver rapidement les fiches d’une leçon ( par exemple tablede5, présent …)

Puis l’on rentre ses questions et ses réponses. On peut écrire des mots, mettre des images ou enregistrer du son, ce qui est pratique notamment pour les dictées de mots !

( Sur la photo, un Noé en train de réfléchir et de se dire : mais si, je le sais, je le sais !!!)

Puis l’enfant peut choisir d’être interrogé sur un domaine particulier ou bien sur toutes ses fiches au hasard.

Il lit (ou écoute) sa question, répond à haute voix ou dans sa tête puis clique pour obtenir la réponse.

C’est alors à lui de s’auto évaluer : s’il ne savait pas du tout ou a donné une réponse fausse, il clique sur le bouton rouge à droite. si c’était ultra facile et évident, il clique tout à droite. S’il a su mais qu’il a du réfléchir un peu, sur le bouton vert, etc…

Et, c’est là où le logiciel est particulièrement intéressant. S’il a eu faux, la question lui sera reposée dans quelques minutes. Dans les autres cas, plus cela a été facile, plus cela lui sera proposé dans longtemps. En effet, si la question lui est reposée trop vite, il ne fera pas marcher sa mémoire à long terme. La première fois, la question lui sera proposée dans 4 jours. Si cette fois-ci il a faux, il recommence à zéro. Sinon, elle lui sera proposée dans plus longtemps ; si c’est toujours juste, dans encore plus longtemps. Et si c’est toujours évident pour lui 3 mois après, elle pourra lui être posée dans 1 an par exemple (je ne sais pas exactement !). Mais s’il a oublié, ce n’est pas grave, un autre cycle de révision recommencera.

Je trouve ça vraiment super efficace pour réviser mots, vocabulaire, tables de multiplication et toute notion à retenir. Noé a bien compris que s’il se trompait, ce n’était pas grave, il avait la possibilité de revoir la notion oubliée. Mais par contre, quelle satisfaction quand il voit qu’une fiche lui sera proposée dans plusieurs mois ou 1 an ! Cela veut dire que c’est bien acquis !

Le seul soucis je trouve, c’est que s’il ne fait pas sa petite révision régulièrement, les fiches s’accumulent et cela peut être décourageant. C’était un peu le cas pour Noé au début, mais maintenant c’est lui qui veut faire toutes ses révisions pour mettre le compteur à zéro ! Donc à faire régulièrement, mais plutôt des petites sessions très courtes, quelques minutes par jour par exemple. Il faut présenter ça comme un jeu, un challenge contre soi même, ce qui peut être très motivant ! Mais s’il n’accroche pas, tant pis ! Le but n’est pas de le dégouter ! Ça doit rester un jeu.

Ce logiciel peut fonctionner pour le primaire, mais bien sûr aussi pour des plus grands et même les adultes (je l’utilise pour moi même avec des questions par exemple sur les réalisateurs dont je ne me souviens jamais !!! Je progresse, je progresse !).

Concrètement, comment démarrer avec Anki.

Quand vous cliquez sur le logiciel, vous tombez sur cette page. Cliquez sur ajouter pour vous faire un compte.

Puis cliquez en bas sur créer un paquet. Vous le nommez selon un domain que vous souhaitez étudier. Ici, je l’ai nommé orthographe.

Cliquez ensuite sur le paquet qui vous intéresse (orthographe donc) et cliquez sur ajouter pour y entrer des fiches (donc des questions). Vous tombez sur une fiche comme celle-ci. Dans le cadre recto, vous entrez votre question.

Si vous voulez entrer du son (pour par exemple dicter un mot à orthographier), cliquez sur le petit micro.

Vous obtenez ceci. au recto, un son enregistré. au verso, la réponse à la question (le mot à bien orthographier était ici exemple). Vous pouvez ensuite ajouter autant de cartes que vous voulez en cliquant sur ajouter. Quand vous avez terminé, cliquez sur fermer.

Vous avez ensuite un écran vous indiquant le nombre de fiches présentes dans votre paquet orthographe (ici, une seule ^^). les inédites sont les nouvelles cartes que vous venez d’entrer, les repasser celles auxquelles vous avez répondu une réponse erronée, les à réviser celles sur lesquelles Anki ne vous a pas interrogé depuis un moment. Cliquez sur « étudier maintenant » pour que Anki vous pose les différentes questions !

Voilà le fonctionnement de base qui vous permettra de vous faire vos petites fiches !

Age au moment de l’activité : Noé, 8 ans

Pour découvrir d’autres activités dans le blog autour des apprentissages, cliquez ici. 

Vous trouverez des idées d’activités inspirées par les pédagogies alternatives dans mes livres écrits avec Madeleine Deny : le grand guide des pédagogies alternatives , lire et écrire apprendre avec les pédagogies alternatives, compter et calculer apprendre avec les pédagogies alternatives et  mes tout premiers apprentissages avec les pédagogies alternatives !