Archives du mot-clé castor

Après l’orage… : un joli jeu coopératif

Même si cela fait un bon moment que je n’ai pas publié, je ne vous ai pas oubliés ! Je vous présente aujourd’hui un très joli jeu coopératif que Noé et Firmin ont eu à Noël : Après l’orage …

C’est un jeu de plateau où les joueurs incarnent des bergers. L’orage a détruit la passerelle qui permet à leur troupeau de traverser la rivière et un petit mouton est coincé sur l’autre berge.

Il va donc falloir reconstruire le pont pour le faire traverser !

Pour cela, des pions en bois : un berger, une bergère, un mouton mais aussi un castor et un loup.

Les joueurs ont aussi des rondins de bois qui vont leur permettre de reconstruire le pont.

La case avec la scie nous permet de couper un tronçon et de le placer dans la réserve et la case avec le marteau de construire le pont en plaçant un rondin de bois pris dans la réserve.

 

Mais de multiples dangers guettent notre mouton ! si l’on ne construit pas assez vite le pont, il peut tomber dans la rivière et se noyer ! 

En plus, des castors viennent piquer des rondins de bois sur le pont et s’ils en volent trop, on ne pourra pas finir le pont …

Et bien sûr, le loup rode et veut dévorer le mouton …

Pour avancer sur le plateau, les joueurs ont un dé des couleurs qui indique sur quelle case ils vont tomber et donc quelle action ils vont faire.

C’est un jeu coopératif car il n’y a pas un pion par personne. Les joueurs ont à chaque fois le choix entre avancer le berger ou avancer la bergère, ce qui leur laisse un choix d’action. S’ils tombent sur un animal, ils avancent le pion concerné (le loup, le mouton ou le castor), s’ils tombent sur la scie ou le marteau, ils font l’action correspondante, la flèche les fait aller sur la case suivante, le marteau cassé indique que le pion tombé sur cette case ne peut pas jouer pendant un tour. Sur certaines cases, deux actions sont représentées et le joueur peut choisir celle qu’il va réaliser. Il y a également une case dé : dans ce cas, le joueur peut lancer le deuxième dé des couleurs et a alors le choix entre les couleurs des deux dés. Si un dé est rouge et l’autre vert, il pourra aller sur la case rouge ou sur la case verte. Lorsque les joueurs sont bien habitués au jeu, on peut choisir de placer toutes les cartes à l’envers et de ne la retourner que lorsqu’un pion tombe sur cette case, ce qui ajoute en difficulté et en suspense !

Tout le monde a vraiment beaucoup apprécié ce jeu, même les grands ont trouvé du plaisir à jouer avec leurs petits frères ! C’est un jeu intéressant car les joueurs ont le choix entre plusieurs actions, ils peuvent discuter pour savoir laquelle est la plus judicieuse puisque c’est un jeu coopératif. Il y a du suspense car le danger peut arriver de plusieurs côtés et les choix sont souvent cornéliens ! Vaut-il mieux avancer le mouton au risque qu’il ne se noie ou avancer le loup qui se rapproche dangereusement …

Un jeu que nous vous recommandons donc chaudement ! Je pense qu’il est adapté à partir de 5 ou 6 ans. Il est un peu compliqué pour les plus jeunes du fait de la multiplicité des actions possibles (construire le pont, scier du bois, avancer le mouton) et des dangers (le loup, le castor voleur, la noyade pour le mouton).

Ages au moment de l’activité : Firmin, 5 ans, Noé, 8 ans. 

Si vous souhaitez découvrir les autres jeux que nous aimons, cliquez ici! 

Et si on sortait ?

Tous nos amis pédagogues nous l’ont dit : rien ne vaut du temps passé dehors dans la nature !!! Pour Charlotte Mason, l’idéal serait même de rester 6 heures par jour dehors,

… et ce quel que soit le temps ! Alors bottes ou sandalettes, casquettes ou capuche, c’est parti !!!

Tout à l’heure on a même fait une petite « promenade montessorienne » avec Noé, sous la pluie … où il me conduisait où il avait envie. Il fallait voir son sourire et l’évident plaisir qu’il prenait !

Un peu d’équilibre pour marcher tout en haut de la bute sur un espace très étroit !

Un autre jour à la rivière un peu de musculation pour Firmin !

L’incontournable barrage : porter des grosses pierres, tirer de grands bâtons, les installer, boucher les trous, observer l’eau monter …

Et puis dehors bien sûr, que ce soit en forêt, près de la rivière ou simplement dans le quartier, on découvre  la nature ! On observe et on sent les fleurs !!!

On examine la prêle, plante préhistorique !

On repère les traces des castors !!!

On passe beaucoup de temps devant la fourmilière, à suivre le trajet des fourmis … Il place délicatement une fleur devant l’entrée pour voir les fourmis s’affairer autour …

On vit un vrai moment de poésie (j’ai pas la photo) en voyant neiger autour de nous les pétales de fleur de l’acacia ! (j’ai songé à apprendre à Noé ce que c’est qu’un haïku pour lui proposer d’en écrire un mais … pas fait pour le moment !)

Et puis on observe ce trou en faisant des hypothèses « scientifiques » ou fantastiques sur la présence de ce trou : quelqu’un a creusé ? L’eau a de pluie ? Un géant a laissé une trace de pas ? (Là encore, une piste pour plus tard pour inventer une histoire, faire un dessin …)

Et puis l’autre jour, je vois mon Noé très occupé.

Il avait ramassé une plume et une feuille … Et il avait entrepris de « tremper » sa plume dans la feuille d’arbre, de gratter  pour écrire avec !

bon pas facile mais expérience autonome intéressante !!! Il faudra qu’on fasse des pigments naturels ensemble pour écrire ou peindre !

Bon ben en conclusion plusieurs pistes à exploiter encore !!!

(Age au moment de l’activité : Firmin, 3 ans et 4 mois ; Noé, 6 ans et 4 mois)

Si vous voulez découvrir d’autres activités autour de la nature, cliquez ici