Archives du mot-clé projet

Apprendre, c’est naturel

Pourquoi apprendre peut-il parfois apparaître comme si compliqué ?

Apprendre, c’est la vie !

Pourtant, apprendre, c’est ce qu’il y a de plus naturel au monde, c’est un besoin naturel, apprendre, c’est la vie même. Et vivre, c’est apprendre. Dès la naissance, l’enfant apprend : il apprend à respirer, à se nourrir, à babiller, à parler, à se déplacer à quatre pattes puis à marcher, à entrer en contact avec l’autre … 

petit Firmin qui explore son environnement proche et apprend à garder son équilibre en marchant sur des galets.

Apprendre seul, par imprégnation, dans un environnement porteur

Maria Montessori crée à ce sujet le concept « d’esprit absorbant de l’enfant ». L’enfant n’a jamais eu besoin de leçons pour découvrir tout cela. Il apprend seul, par imprégnation, sans faire d’effort particulier. Rien ne peut l’empêcher d’absorber tout cela de manière inconsciente, et ce que les notions soient complexes ou non. C’est pourquoi l’environnement dans lequel évolue l’enfant est si important.

Noé qui observe un insecte trouvé mort puis va le dessiner.

Des connexions en constante évolution dans notre cerveau

Les neurosciences modernes rejoignent sa théorie en parlant de « plasticité cérébrale » pour expliquer que notre cerveau est capable d’ajuster ses connexions neuronales en fonction de notre environnement. Des milliards de connexions se font, se défont ou se renforcent, selon qu’elles seront beaucoup utilisées ou pas. Mais le cerveau a besoin d’une alternance entre exercices et repos.

Nous apprenons touts notre vie, chacun avec nos propres ressources

Ainsi, nous serons des apprenants toute notre vie, et ce besoin d’apprendre est très fort, physiologique, vital. Chaque individu, comme le proclament les enseignants de la pédagogie Reggio, est plein de richesses, avec une multitude de potentialités, naturellement doué. Chacun a ses propres ressources. Il est donc important de favoriser tous ces possibles en encourageant l’enfant à explorer de nombreux domaines sans séparer les apprentissages de la vie même ! 

On apprend en vivant : en construisant, en peignant, en photographiant, en jouant de la musique, en faisant des expériences seul ou avec les autres … LEs enfants peuvent explorer 100 langages différents comme est dit dans la pédagogie Reggio

Pour préparer notre « grand guide des pédagogies alternatives », j’avais lu beaucoup d’ouvrages de/sur tous ces pédagogues inspirants : Freinet, Montessori, Decroly, Loris Malaguzzi, Friedrich Froebel … et bien d’autres. J’avais pris bien sûr énormément de notes sur leurs idées, leurs pédagogies, leurs façons d’aborder l’apprentissage. 

Noé passionné depuis tout petit par la géographie fasciné par le globe Montessori

Toutes ces notes m’ont servi à présenter ces grands pédagogues dans le grand guide, puis dans les trois autres petits guides.

            Et puis, il m’est apparu évident que ces idées des uns ou des autres se regroupaient, des grandes lignes au sujet des apprentissages se dessinaient, ces pédagogues allaient dans le même sens, ou se complétaient, ou bien exploraient des aspects différents, parfois contradictoires les uns avec les autres mais tout ce foisonnement d’idées était d’une grande richesse. 

Alors j’ai repris mes notes, j’ai attrapé une feuille, j’ai écrit « apprendre » au centre et j’ai commencé à noter toutes ces idées sous forme d’arbre. La feuille bien sûr n’était pas assez grande, j’en ai scotché une autre, puis une autre … Une arborescence passionnante apparaissait, et même plus qu’une arborescence, une représentation neuronale. Parce qu’apprendre, c’est bien sûr une multitude de choses ! Et ce sont tous ces chemins que j’ai envie d’approfondir. Bien sûr, certaines notions pourront nous paraître évidentes, mais c’est important je trouve de les poser toutes, en lien les unes avec les autres. 

            Apprendre à apprendre avec ces grands pédagogues, en découvrant leurs idées mais aussi avec des pistes concrètes, pratiques d’activités.

Ca vous tente d’explorer tout ça avec moi ? 

Si vous voulez retrouver tous les articles sur ce projet, ce sera là : apprendre à apprendre avec les pédagogies alternatives

May the force …

Avec un jour de retard, nous fêtons ici la journée Star Wars ! Pour ceux qui n’auraient pas suivi, Le 4 mai, qui se dit « May the forth » en anglais rappelle la réplique célèbre « May the force be with you ! » (Que la Force soit avec toi ! ). Et donc le 4 mai est la journée Star Wars pour les fans et autres geeks !

Ici, Star Wars occupe une place importante depuis maintenant 8 ans… Je vous explique, ce projet familial, c’est une longue histoire ! Quand les trois grands étaient petits, on fabriquait ensemble des cadeaux pour l’anniversaire de leur papa. On avait ainsi fait un jeu de l’oie (il faudra que je vous le présente, celui-ci !), un jeu de tarot avec les photos des enfants …

Un jour, j’ai vu à la télé le film de Michel Gondry « Soyez sympas rembobinez » dans lequel les héros, pour remplacer des films qui ont été effacés sur des cassettes videos, retournent eux mêmes les films (Sos Fantômes, le roi lion, 2001 l’odyssée de l’Espace, Robocop …) avec les moyens du bord ! C’est très drôle ! On dit que les films sont suédés.

Alors j’ai eu une petite idée pour l’anniversaire de leur papa, fan de Star Wars : faire faire aux enfants une version « suédée » de l’épisode 4 (le plus vieux) : déguisements de fortune (pas de vrai masque de Dark Vador par exemple, mais le masque de Batman à l’envers !) , décors bricolés rapidement,

effets spéciaux avec des jouets !

Et mes petits acteurs avaient à l’époque 9, 7 et 5 ans ! Et comme ils n’étaient que trois, ils faisaient plusieurs rôles au cours du film ! Mais le texte est l’ordre des scènes sont identiques (ou presque !) au film d’origine !

Grand succès auprès du papa ! Du coup, chaque année, on continue l’épisode 4, petit bout par petit bout ! On voit les enfants grandir année après année, les voix changer, muer,

les petits frères font leur apparition …

On voit des progrès dans le jeu des acteurs,


Baptiste prend peu à peu la place du réalisateur et fait ça beaucoup mieux que moi !

Il acquiert du matériel anniversaire après anniversaire, et le son devient bien meilleur, puis la lumière !

Il apprend à manier ses logiciels, utilise le fond vert,

Il progresse aussi dans les effets spéciaux et le sabre laser en papier crépon est remplacé par un sabre laser numérique !

Si vous voulez voir l’ensemble des films « Notre guerre des étoiles » (le dernier étant en haut de l’article) et voir grandir les loulous, vous pouvez aller sur la chaine You Tube de Baptiste !  Vous les trouverez ici ! (Et vous y trouverez aussi tous ses autres films 😉 )

Bon visionnage !

Vous trouverez d’autres idées d’activités inspirées par les pédagogies alternatives dans mes livres écrits avec Madeleine Deny : le grand guide des pédagogies alternatives , lire et écrire apprendre avec les pédagogies alternatives, compter et calculer apprendre avec les pédagogies alternatives et  mes tout premiers apprentissages avec les pédagogies alternatives !

Projets et créativité au collège

En math, Lison est en train de travailler sur les parallélépipèdes. Elle devait fabriquer plein de petits pavés en papier puis fabriquer un personnage uniquement avec ces pavés et ensuite décorer. Elle a choisi de représenter Poséïdon.

P1050994

Une autre fois en techno, les élèves devaient inventer et fabriquer la maquette d’un véhicule (roulant, flottant ou volant) avec des matériaux de récupération puis en faire le plan. Elle avait fabriqué ce drôle de bateau à ballons avançant avec la force du vent ! 😉 P1050001 P1050005

Je trouve ça super que l’on propose aux enfants de faire marcher leur imagination et leur créativité pour mieux acquérir certaines notions !

Voici d’autres exemples de projets réalisés au collège :

– en anglais, inventer et jouer une pièce en faisant une version contemporaine plus ou moins délirante de Romeo et Juliette

– en espagnol, faire un film de type « film d’horreur »

– après voir rencontrer un slameur, écrire son propre slam (en anglais et en français)

– en techno, creer une coque pour un robot et pour un drone, inventer un logo et un slogan

– en SVT, réaliser une maquette d’un pont à gibier au dessus d’une voie ferrée et d’un train.

-en français, inventer un conte d’origine et le présenter sur un grand panneau illustré

– en français toujours, créer une affiche avec slogan à partir d’un dieu romain

– en anglais, inventer un dialogue pour faire le doublage d’une scène de cinéma et réaliser le doublage

– Inventer un questionnaire autour de la culture latine pour faire un concours pour que  les 6ème fassent des recherches pour y répondre et s’initient à cette culture

– Participer au prix des Incorruptibles et lire 7 livres pour ensuite être capables en groupe de participer à des quizz sur les livres et parallèlement réaliser un livret où :

  • on indique son livre préféré et le moins aimé
  • on crée pour chaque livre une nouvelle couverture avec un  nouveau titre
  • on écrit une poésie sur un  des livres
  • on crée un slogan par livre

– Au CDI, les enfants écrivent des informations insolites glanées ici et là sur un panneau ou un cahier

– Au CDI toujours, un groupe d’élèves proposent des énigmes que les autres essaient de résoudre afin de gagner un petit prix

– Une amie prof m’a aussi raconté un projet qui consistait pour les élèves à créer des films d’animation avec diverses techniques pour animer des personnages issus d’un tableau de Brueghel  sur des jeux d’enfants

– en Arts plastique une expo autour de l’autoportrait (je vous en avais parlé )

IMG_1752

Et puis des projets en plus animés par les profs, hors temps scolaire (entre midi et deux ou après les cours) :

– une chorale super dynamique et joyeuse où les jeunes chantent en anglais des gospels, extraits de comédie musicale, … Rémi avait été enthousiasmé !

– un groupe de théâtre, pour Baptiste cette fois, avec spectacle en fin d’année qui là aussi les motive énormément

– une magnifique mosaïque faite par Baptiste accompagné par la prof de techno.DSC08564

De la même façon, Rémi avait conçu et fabriqué une lampe.

-Rémi aussi, là on est au lycée, qui pour le bac (ses TPE) travaille avec son groupe sur le thème des miroirs ardents, conçoit des expériences, fait des recherches sur leur utilisation au cours de l’Histoire, présente les résultats sous la forme d’une magnifique BD (dessinée par une copine du groupe).

Et j’en loupe encore plein ! Mes enfants sont dans un petit collège public de campagne, ils y sont très heureux, je ne sais pas si les profs sont particulièrement dynamiques ou si c’est partout comme ça mais je trouve ça vraiment bien ! Ils sont heureux et ravis de ces projets !

Pour faire le lien avec les pédagogies « alternatives » qui m’intéressent beaucoup, ça me fait penser par exemple à Steiner qui nous dit qu’il faut que les apprentissages soient vivifiés et là je pense que c’est le cas. Je pense aussi à Montessori pour qui l’enfant apprend aussi avec ses mains ! En fabriquant, concevant, décorant des objets, on apprend mieux, on trouve ça aussi chez Steiner. Prendre l’enfant dans sa globalité, pas seulement son cerveau  ! Mais aussi son corps (dans le théâtre, la fabrication d’objets) et son âme, ses émotions (quand on chante par exemple on exprime des émotions, ou quand on crée tout simplement, on exprime ce qu’on a au fond de soi).

Et puis il y  aussi la notion de projets que l’on retrouve notamment à Reggio et chez Freinet. Ces projets permettent souvent d’aborder un sujet sous différents angles, d’associer différents domaines alors que souvent on a tendance à l’école de séparer les différentes disciplines. Là les math côtoient les arts plastiques, l’Histoire la physique, l’anglais la musique, l’espagnol le cinéma, … C’est beaucoup plus riche ! Comme à Reggio, on propose à l’enfant d’utiliser différents langages, pas seulement l’écrit et de les faire danser ensemble ! Par contre une des grandes différences entre Freinet/Reggio et ce qui se passe ici au collège, c’est que ces projets au collège ne sont pas la plupart du temps des projets des élèves mais des projets proposés/ imposés par le professeur et notés.

Tout ça pour dire que ça bouge aussi dans l’éducation nationale, et merci aux profs de mes loulous !

Ages au moment des activités : Lison, 11 ans, Baptiste, 13 ans, Rémi, 15 ans

Pour découvrir d’autres articles en lien avec les pédagogies Decroly, Freinet, Steiner … , cliquez là !

Vous trouverez d’autres idées d’activités inspirées par les pédagogies alternatives dans mes livres écrits avec Madeleine Deny : le grand guide des pédagogies alternatives , lire et écrire apprendre avec les pédagogies alternatives, compter et calculer apprendre avec les pédagogies alternatives et  mes tout premiers apprentissages avec les pédagogies alternatives !

Je veux peindre mon oeuf !

Pour notre table du printemps, nous avions posé un oeuf dans un petit nid. (Pour le vider, un petit trou en haut de l’oeuf, un petit trou en bas et on souffle fort !)

Mais Noé a décrété qu’il voulait peindre l’oeuf !

Bonne idée mon garçon. Quelles couleurs veux-tu ? Du orange et du violet ? Ca roule !

Grace à notre jeu de peindre, c’est vraiment simple maintenant de faire de la peinture, tout est près ! Je sors donc les pots orange et violet, deux pinceaux et un verre d’eau.

Pour que ce soit plus simple pour Noé, je plante dans de la pâte à modeler un pic à brochette et y place notre oeuf. Comme ça tourne trop, je placerai ensuite un autre morceau sous l’oeuf pour le coincer.

P1050259

Noé sait exactement ce qu’il veut. Il me dit qu’il fait des lignes brisées en violet.P1050260

Puis il peint en orange l’espace entre les lignes brisées. Un petit peu de violet encore pour repasser sur les lignes.

P1050261

Puis il replace avec une grande fierté son oeuf coloré dans le petit nid ! P1050264(Age au moment de l’activité : Noé, 5 ans et 3 mois)

Pour découvrir d’autres activités sur Pâques ou le printemps, cliquez ici !

Pour découvrir d’autres bricolages ou techniques artistiques, cliquez ici !

 

Vous trouverez d’autres idées d’activités inspirées par les pédagogies alternatives dans mes livres écrits avec Madeleine Deny : le grand guide des pédagogies alternatives , lire et écrire apprendre avec les pédagogies alternatives, compter et calculer apprendre avec les pédagogies alternatives et  mes tout premiers apprentissages avec les pédagogies alternatives !

Le projet de Noé : écrire un livre

Un jour, à table, Noé inventait une petite histoire … Et puis il s’est exclamé : « je vais faire un livre pour Malon! » (Malon est sa mamie).

Je lui ai demandé s’il voulait essayer de l’écrire mais il a paru très modérément motivé … « Oh non, je te le dis et toi tu écris ! ».

Bon, ok ! Il m’a alors dicté son histoire puis je l’ai imprimée sur plusieurs feuilles que j’ai agrafées en un petit livret.

J’ai réussi à négocier qu’il écrive quand même le titre (oui, je sais, c’était son projet mais bon, tant qu’à faire ! » Il a donc écrit sur une feuille les différents mots du titre de son histoire. Cette fois-ci, on n’a pas complètement fait « l’écriture naturelle » à la Freinet… Il cherchait les sons, les écrivait et moi je lui disais les petites choses qu’il ne pouvait deviner … Quand il a fait le s de casserole, je lui ai dit qu’il y en avait 2, je lui ai dit que souvent à la fin des mots il y avait un e qu’on entendait pas, je lui ai donné le « en » d’aventure qu’il ne connaissait pas, et je lui ai dit de rajouter l’apostrophe … Mais globalement il a bien trouvé tous les mots !

Et puis un autre jour, il a écrit son titre « au propre ». Il fallait donc remettre son titre dans l’ordre puisque la fois d’avant il les avait écrit dans le désordre (c’est moi qui lui avait demandé : tu sais écrire casserole ? et l’aventure ? etc.)

P1030953

Il l’a donc écrit au crayon à papier puis a repassé consciencieusement au feutre.P1030955

Il a rajouté bien sûr le nom de l’auteur puis l’a illustré (en fait, l’illustration a été faite une fois tout le livre terminé).P1040886

Un autre jour, Noé a commencé l’illustration de la première page, toujours au feutre.  (le livre s’est fait sur un certain temps, Noé faisant une ou deux illustrations dans la journée)P1030956

Et voici donc notre petite casserole, son papa et sa maman se promenant dans la forêt.P1040889

Puis, pour la deuxième illustration, j’ai proposé une idée à Noé : je lui ai dit que ce serait peut être chouette de changer de technique pour chaque illustration ! On a donc réfléchi ensemble à différentes techniques que nous connaissions et il a choisi la peinture ! Maintenant, grâce à notre jeu de peindre, nous avons nos pots de peinture et nos pinceaux tout prêts, donc cela n’a pas posé de problème pour installer tout ça assez vite. Bon, nous n’avons bien sûr pas sorti les 18 pots de peinture du jeu de peindre, mais il a selectionné les couleurs dont il allait avoir besoin. Firmin s’est joint à la partie bien sûr et a peint lui aussi.P1030967

L’histoire de Noé prend une tournure un peu inquiétante …P1040892

Troisième illustration, crayons de couleurs ! Il ne savait pas dessiner le fusil alors on a cherché avec la tablette et il s’est inspiré du modèle. Pareil pour le renard, à qui il a fait des croix pour les yeux parce qu’il est mort. Il avait vu ça je ne sais où ! L’histoire est toujours assez sombre !P1040895

Page suivante : pastels à l’huile. Il prend modèle sur sa page précédente pour redessiner le chasseur. P1040037

La petite casserole n’a pas l’air bien contente de voir le chasseur ! J’ai été étonnée que son chemin (en orange) ait un effet de perspective ! Et au fond, sur le chemin, si vous regardez bien, il y a le deuxième chasseur ! P1040898

Illustration suivante : on est parti sur le papier découpé ! On a cherché dans les prospectus maison et casseroles …Il a aussi dessiné (tout seul) et découpé dans du papier coloré de quoi faire sa forêt.P1040843 P1040845

Il a commencé par la partie du bas : une maison d’un magazine, des casseroles collées dans la maison (puisqu’elles rentrent vite se cacher) puis il a dessiné derrière la forêt aux crayons de couleur. Il voulait faire aussi quand les casseroles se cachent derrière la maison : il a donc reproduit la maison du catalogue sur une feuille de papier et l’a découpée. Il a collé ses arbres en papier découpé pour faire la forêt et a collé la maison dessus. Puis il a dessiné une petite casserole au feutre sur une autre feuille et l’a collée derrière la maison : on en voit juste un bout qui dépasse !P1040901

Pour la page suivante, on a pensé à l’encre . P1040849

Là encore Firmin participe, tout content mais très concentré sur ses couleurs !P1040850

Et Noé attaque son chemin !P1040852

Sur son chemin de droite, il dessine les cailloux que va ramasser la petite casserole, un arbre de la forêt à gauche. Puis il essaye de dessiner la fougère, les feuilles mais pas facile d’être précis au pinceau et à l’encre ! Il repassera les contours ensuite au feutre noir. en bas, un gros champignon. Et tout en haut, le petit bonhomme que vous voyez est le chasseur qui part.P1040904

Pour la dernière illustration, on commençait à sécher au niveau des techniques utilisées, et puis comme il s’agissait de pierres, de feuilles, on a pensé à notre « maison de la nature » et aux installations qu’il avait faites avec ces éléments naturels. Et notre petit Firmin toujours présent pour faire la même activité que son frère ! P1040854

Et pour faire la maison, SpielgabenP1040869

Il a donc fait deux échelles car ils montent sur des échelles pour accrocher les feuilles et les cailloux, au milieu sur une petite table les personnages ont placé la fougère dans un vase … et les champignons ont été mangés m’a dit Noé ! P1040907

Pour la quatrième de couverture que Noé tenait absolument à illustrer, il a fait son dessin avec le Spielgaben.P1040879

Il voulait à nouveau dessiner la forêt. Noter le détail qui m’a bien fait rire : le code barre !

« – qu’est ce que tu fais en blanc ?

– Et ben le truc qu’il y a à la fin du livre ! » P1040910

Voilà, une chouette expérience et un beau projet qui l’a tenu pendant plusieurs jours, sans se décourager et sans abandonner (exploit pour mon Noé qui « fatigue » souvent vite et a la flegme d’aller au bout des choses !) . Mais là, il avait un objectif, c’était SON projet et le fait de varier les techniques, les langages a du maintenir aussi l’intérêt !

(Ages au moment de l’activité : Noé, 5 ans et 2 mois et Firmin, 2 ans et 2 mois) 

Pour découvrir d’autres activités d’écriture, cliquez ici !

Pour découvrir les autres techniques artistiques dont je vous ai déjà parlé dans ce blog, cliquez ici !

Pour découvrir toutes les activités faites avec Spielgaben, cliquez là

Vous trouverez d’autres idées d’activités inspirées par les pédagogies alternatives dans mes livres écrits avec Madeleine Deny : le grand guide des pédagogies alternatives , lire et écrire apprendre avec les pédagogies alternatives, compter et calculer apprendre avec les pédagogies alternatives et  mes tout premiers apprentissages avec les pédagogies alternatives !

Le projet de Noé : coccinelles dans l’herbe

L’autre jour, Noé m’a décrété qu’il voulait faire une activité mais qu’il voulait choisir. Bon, ok, je lui ouvre mon tableau Pinterest « Dessiner, peindre, coller » et je lui dis de regarder pour voir si quelque chose lui plaisait. Et là, il repère tout de suite un collage avec des coccinelles dans l’herbe. Je cherche des feuilles de couleur (une marron, différents verts, une blanche), je lui dis de sortir sa trousse avec ses ciseaux et sa colle et c’était parti !

Il commence à découper de longues bandes de papier vert pour faire l’herbe.DSC09055

Il découpe du papier marron, le colle en bas de la feuille et commence à coller ses brins d’herbe. Une fois l’herbe collée, il décide de s’arrêter pour recommencer une autre fois !DSC09057

Le lendemain, je lui donne du papier rouge et du papier noir et je le laisse se débrouiller. Il a l’ipad avec le modèle affiché ! Il commence par dessiner un « rond » sur le papier rouge et le découpe. Il le colle sur son herbe. Il découpe ensuite un petit rond noir pour la tête de sa coccinelle et la colle.DSC09090

Puis il prend son feutre noir pour faire les antennes, les points, et les pattes ! DSC09088

Une coccinelle … deux coccinelles … Il décide de s’arrêter là ! DSC09091C’était son projet et il l’a mené pratiquement tout seul, j’étais même parfois dans la pièce à côté ! Bravo Noé !

(Age au moment de l’activité : Noé, 4 ans et 3 mois)

Pour découvrir d’autres techniques artistiques, cliquez ici

Pour découvrir d’autres activités autour du printemps, de l’été ou d’autres saisons, cliquez là

 

Vous trouverez d’autres idées d’activités inspirées par les pédagogies alternatives dans mes livres écrits avec Madeleine Deny : le grand guide des pédagogies alternatives , lire et écrire apprendre avec les pédagogies alternatives, compter et calculer apprendre avec les pédagogies alternatives et  mes tout premiers apprentissages avec les pédagogies alternatives !