Porter, lancer, empiler

En promenade près de chez nous, je suivais donc Fifi lorsque celui-ci a fait une découverte passionnante : des morceaux de brique …DSC00700

Il s’est installé, et du coup moi aussi ! Et je l’ai regardé faire : il a passé un long moment à transporter ses briques, à les lancer dans l’herbe devant lui, à retrouver les chercher. Il portait à la fois avec beaucoup de concentration les gros morceaux de brique un peu lourds, et les tout petits bouts.DSC00694

 

Et puis il les empilait, les enlevait, recommençait…DSC00697

Ca a duré un bon moment. Il cherchait les petites miettes de brique et les posait dessus…DSC00698

Et effectivement, à la maison, on retrouve ce goût pour porter les gros cubes lourds, (c’est pour ça que les cubes en bois plein, c’est bien, car l’enfant ressent le poids des objets, ce qui n’est pas le cas pour des cubes en plastique ou en carton), les empiler et les jeter. Bon, jeter les briques, ça ne me dérangeait pas, mais jeter les cubes de la tour rose Montessori , j’aime moins …

DSC00504

Alors j’essaie de lui montrer comment les poser délicatement mais ça ne marche pas à tous les coups (le mot délicatement n’appartient pas vraiment à son vocabulaire, mais il progresse quand même ! … des fois …). Vous pouvez voir qu’il avait pris aussi ses balles Spielgaben et qu’il essayait de les poser dessus.

DSC00505

Et l’escalier marron aussi il aime bien ! Et ce jour là, il posait les barres à la verticale et essayait de les empiler également. Pas facile !DSC00510

Ah … ça tient !DSC00511

Bon, il a essayé une troisième mais là, ça se compliquait !DSC00508

Maria Montessori parle de « périodes sensibles » où les enfants vont être très sensibles à certaines choses, poussés vers certaines activités répétitives leur permettant d’acquérir telle ou telle compétence. L’enfant vit alors intensément son présent, s’y concentre et éprouve une joie manifeste lorsqu’il réussit.

En ce moment, manifestement, Firmin a besoin de porter des choses un peu lourdes (c’est apparemment, dixit Montessori toujours,  typique des enfants de cet âge, vers 18 mois) car c’est la période où il lie l’acquisition de l’équilibre et la précision de l’utilisation de ses mains. Alors mon petit bonhomme porte, lance si possible des choses lourdes, et parallèlement essaie d’être précis dans ses gestes en empilant, en prenant aussi de toutes petites choses.

(Age au moment de l’activité : Firmin, 17 mois)

Activités à la maison

9 réflexions au sujet de « Porter, lancer, empiler »

  1. Ah oui quelle concentration en effet! C’est beau :-).
    Titouan aussi aime beaucoup porter des choses lourdes ces temps ci. Et il se lance parfois de sacrés défis!
    Par ailleurs, il commence tout juste à vouloir empiler.
    Belle journée 🙂

    J'aime

  2. Quelle concentration ! Il a l’air de vouloir s’appliquer et c’est génial !

    Têtard de notre coté n’empile toujours pas (d’ailleurs il commence tout juste à prendre un jouet dans chaque main, ce qui est déjà génial), par contre quand on construit une tour avec des cubes , il essai de n’en prendre qu’un sans faire tomber les autres. Sur sa pyramide de cubes, il y a un dessin de girafe qu’il adore particulièrement, et à chaque fois il va chercher ce cube la, même s’il est en plein milieu, alors il est un peu surpris quand le haut de la tour arrive à rester en place dans ses mains. Mais sur une tour de cubes « normaux », il prend celui tout en haut, et si la tour n’est pas tombé, il tape deux fois avec le cubes sur le haut de la tour puis jette sur le coté avant de prendre le prochain cube au sommet. C’est assez rigolo a voir, malgré sa motricité retardé, on voit déjà qu’il essai certaines expériences, et qu’il a ses préférences, et c’est chouette 😉

    J'aime

  3. Nous aussi, a 16 mois, on est en plein dans la construction de tours (cubes et godets). Par contre je ne connaissais pas la theorie sur le poids des objets. Ici les cubes sont en mousse et en carton, et les godets empillables en plastique creux.

    J'aime

    1. L’avantage des matériaux mousse et carton, c’est qu’on peut faire s’écrouler la tour sans catastrophe ! Mais c’est vrai que chez Montessori, la matière (bois) est importante. Quand l’enfant manipule les cubes, ils sentent bien la différence entre le gros difficile à porter et à manipuler et le tout petit tout léger. Cela affine leurs sens et ils « ressentent » cette tour avec tout leur corps. Autre différence aussi avec une tour qu’on trouve en supermarché, c’est que les cubes sont tous de la même couleur. Chez Montessori, l’activité porte sur une seule variable : ici, la taille (et par corrélation le poids) des cubes. LA couleur n’a pas à rentrer en jeu. Pour faire des activités sur les couleurs, ça sera une activité spécifique sur les nuances de couleur ou la seule chose qui change sera la couleur. Elle dit que ça permet à l’enfant de se faire comme un « alphabet » des sensations qui lui permettra ensuite d’être plus sensible aux détails dans un objet plus complexe. Je ne sais pas si tu me suis ! 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s